02 Octobre 2018 : et si on se disait aussi les vérités qui fâchent ? (Par Dorah Aboubacar Koita)

Chaque 02 Octobre, les guinéens célèbrent leur indépendance. Nous sommes indépendants et pourtant nous sommes dépendants de l’Occident même pour la gestion de notre Aéroport 60 ans après. Sommes nous vraiment indépendants.

Peut on célébrer une indépendance en occultant délibérément ceux et celles qui ont mené farouchement la lutte ?  Peut – on commémorer sincèrement cette date quand le chef d’orchestre n’est pas prêt et refuse catégoriquement de reconnaître les pères de l’indépendance dans ses discours depuis 7 ans ?

Nous ferions mieux de dédier le 02 Octobre à une méditation nationale sur la décadence des valeurs en Guinée , la quasi inexistence d’hommes politiques fiables dans le pays dont la sagesse pouvait inspirer la jeunesse.

Peut-on célébrer le communautarisme, l’ethnostratégie et le clanisme ?

Peut-on célébrer une éducation nationale comateuse, un système de santé qui fait notre honte ?

Peut-on célébrer nos tricheries dans les élections, les marchés publics, les concours et les nominations?

Peut-on célébrer le fait que l’occident continue de nous construire des latrines et des points d’eau dans nos villages y compris dans ceux de nos fortunés ? Célébration de la honte!

Peut-on célébrer notre incapacité à créer de la valeur ajoutée sur la bauxite et l’acajou de Boké,  Kamsar et Fria ; les agrumes de Kindia, la pomme de terre du Foutah ; le coton et l’or de la haute Guinée ; le café, cacao et banane de la forêt …pour donner de l’emploi aux jeunes?

Peut-on célébrer la méfiance, l’opacité et le désir permanent de nuire à ses compatriotes?

Le 02 Octobre est un jour dont la vacuité symbolique me fait réfléchir  sur nos péchés collectifs et la manière dont nous détestons notre pays et ses valeurs. Défilé civil et militaire, c’est vraiment bien mais je me demande quel est le message à retenir?

Sans l’indépendance mentale, nous ne sommes que  des esclaves en liberté contrôlée. A quoi servent nos grades de master, d’ingénieur et de  doctorat si c’est pour être des guignols!

Une indépendance, c’est la célébration de l’autodétermination et de l’émancipation de chaque peuple, de l’existence d’institutions fortes résistantes comme le rocher. C’est l’hommage rendu à la bravoure, à la créativité, aux inventions et aux valeurs. C’est la célébration des symboles, des fiertés nationales, du patriotisme, des avancées dans le respect des droits humains et de la sécurité humaine. C’est la célébration de la géopolitique du pays à travers des positions d’influence politique, d’influence scientifique et technologique, d’influence économique, d’influence culturelle et d’influence sportive.

Un peuple ne célèbre pas l’instabilité institutionnelle

Un peuple ne célèbre pas la corruption et l’impunité

Un peuple ne célèbre pas un parlement d’indignité

Un peuple ne célèbre pas l’incurie politique

Un peuple ne célèbre pas

Un peuple ne célèbre pas l’incapacité à réformer l’école et le système sanitaire

Un peuple ne célèbre pas ceux qui pillent les deniers publics et se protègent entre eux

Un peuple ne célèbre pas la dépendance du système judiciaire

Un peuple ne célèbre pas un multipartisme de destruction de l’unité nationale et des valeurs républicaines

Un peuple ne célèbre pas l’échec des politiques de l’emploi et l’égarement de la jeunesse

Un peuple ne célèbre pas l’inexistence de l’éducation à la citoyenneté et l’analphabétisme

Un peuple ne célèbre pas la culture du mensonge, de la haine et des vengeances

Nous aimons trop propager la haine, la jalousie, l’orgueil et l’humiliation, et pas assez la générosité, le sacrifice proportionnel, l’humilité et l’honnêteté qui sont les conditions pour bâtir dans la cohésion et la solidarité des nations fortes , prospères et fréquentables.

L’indépendance ce n’est pas un gâteau d’anniversaire, elle ne se donne jamais, elle s’arrache par un long combat patriotique et se fortifie par la détermination des dirigeants de bien gouverner leurs pays pour le bien-être de la population dans chaque bassin de vie. Elle suppose de servir son  pays honnêtement et avec amour et non d’être un pro-consul d’une puissance étrangère pour garantir des marchés publics à celle-ci avec des prébendes en retour au détriment des entreprises et des expertises nationales.

L’indépendance est une question d’affirmation de l’identité culturelle d’un peuple, ce qui lui évite d’avoir un complexe d’infériorité face à d’autres peuples. D’où l’importance pour chaque peuple de disposer de leviers de construction de ses sources de fierté qu’il protège jalousement, défend avec détermination et revendique en permanence .

Nous serons dans quelques heures le 02 Octobre 2018, il ne faut pas qu’on se voile la face, notre vraie Indépendance sera:

– La lutte contre la corruption massive ,

– La lutte contre le chômage effréné des jeunes guinéens,

– La lutte contre la pauvreté et les maladies,

– La lutte contre l’éducation commercialisée et décadente,

– La lutte contre l’insécurité et la démagogie qui l’habille,

– Enfin la lutte contre cette race de politiciens indignes sans vision…

Néanmoins, BONNE FÊTE DU 02 OCTOBRE 2018 POUR UNE GUINÉE UNIT, FORTE ET PROSPÈRE POUR TOUS!

Dorah Aboubacar KOITA  

Juriste et activiste de la société civile guinéenne

[email protected]

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires




Laisser un commentaire