Fête nationale de la République fédérative du Brésil: allocution de Ramos Alirio, chargé d’affaires « en pied » en Guinée

La République fédérative du Brésil a célébré la date du 7 septembre. En Guinée, le chargé d’Affaires « en pied » du Brésil en Guinée Ramos Alirio a livré un discours dont voici le contenu…

Son Excellence M. l’Ambassadeur Mohamed Hadi Barry, Secrétaire Général du MAEGE, porte-parole de la délégation du Gouvernement de la République de Guinée à cette cérémonie,

Excellences Messieurs les Ministres d’État Thierno Ousmane Diallo, Ministre de l’Hôtellerie et du Tourisme, André Loua, Ministre de la Pêche, e Abdul Ahmed Rahman, Ministre de la Santé,

Messieurs les Conseillers d’État et autres hauts fonctionnaires du Gouvernement de la République de Guinée,

Mes chers collègues Chefs de Mission diplomatique, Messieurs les Consuls, Messieurs les Représentants résidents des Organismes Multilatéraux,

Prezados dirigentes e funcionários da empresa brasileira “Construtora OAS”,

Queridas patrícias, estimados compatriotas aqui presentes,

Cher(e)s invité(e)s, cher(e)s ami(e)s,

  1. « Bonsoir et bienvenu(e)s à la commémoration de la Date nationale du Brésil. Nous célébrons en ce jour le 194ème anniversaire de l’indépendance du Brésil, proclamée le 7 septembre 1822. Le nouvel État s’est constitué sous la forme d’un empire – l’Empire du Brésil – et a été gouverné par deux empereurs jusqu’au 15 novembre 1889, quand il est devenu une République Fédérative avec un Législatif bicaméral : la Chambre des Députés, qui représentent les citoyens, et le Sénat, qui représente les unités de la Fédération, aujourd’hui de 26 états autonomes – chacun avec sa propre charte, son drapeau, son gouverneur élu, son assemblée législative élue, son judiciaire et sa police – et un District Fédéral, qui s’étendent sur un territoire de 8,5 millions de Km2.
  2. Nous y voilà : 194 ans comme État souverain, avec un peuple de plus de 206 millions d’individus. Le Brésil contemporain n’est plus le pays de la canne à sucre, du caoutchouc ou du café. Le Brésil du XXIème siècle est parmi les plus grands producteurs de denrées alimentaires du monde.  Mais nous excellons également dans d’autres domaines que ceux de l’agriculture et de l’élevage.  Nous construisons nos machines, nos véhicules, pas seulement des automobiles, mais aussi des bus, des camions, des trains, des vaisseaux et des avions.  Oui, EMBRAER est le troisième constructeur d’avions dans le monde.  En outre, nous fabriquons nos satellites – les « brasilsats », qui couvrent toute l’étendue du territoire national, et les mettons en orbite.  Le Brésil est autosuffisant en pétrole et bientôt, avec le développement de l’exploitation des gisements les plus profonds, nous serons parmi les plus grands producteurs mondiaux.  Avec un PIB de plus de US$ 2,5 milliards de dollars, le Brésil se réjouit d’être parmi les plus grandes puissances économiques du monde.   Le Brésil, malgré la présente conjoncture, est un pays qui est sur la bonne voie, qui se développe et atteint des niveaux plus équitables de distribution du revenu national. 
  3. Chers amis, en 2013 nous avons accueilli les Journées Mondiales de la Jeunesse Catholique et sommes devenus le premier pays à être visité par le Pape François. En 2014, nous avons siégé avec un grand succès la Coupe du Monde de Football de la FIFA. Deux ans seulement après, le Brésil vient d’abriter les Jeux Olympiques Rio 2016, que le Président du Comité international olympique Thomas Bach a qualifiés de « remarquables », « emblématiques ».  Félicitons les États-Unis d’Amérique pour ses 121 médailles, 46 d’or.  Le Brésil a décroché 19 médailles, 7 d’or, la première celle de la judoka Rafaela Silva, née dans une « favela » de la périphérie de Rio, qui a lutté toute sa vie pour surmonter les obstacles et a si triomphalement réussi. La dernière, celle de l’or du football masculin de l’équipe du formidable Neymar. La Guinée a participé des Jeux olympiques à Rio avec une délégation de cinq athlètes.  J’ai le plaisir de vous annoncer la présence, parmi nous, ce soir, de mon cher ami M. Atef Chaloub, du Comité Olympique de Guinée, qui a présidé la délégation guinéenne au Jeux Rio 2016.
  1. Demain, à Rio, débuteront les XVe Jeux Paralympiques. Ce seront onze jours de compétitions, 528 au total, dans 23 modalités. Compéteront 4.300 athlètes, dont 285 du Brésil, de 161 pays. Et ce soir, la cérémonie d’ouverture devra être comme a été celle des Jeux olympiques – très, très belle. Elle commencera bientôt, à 21:15h, au stadium do Maracanã.  Des millions de spectateurs dans tout le monde assisteront à près de 2h30 d’un magnifique spectacle. Dommage que nous, chers amis, n’assisterons pas à son début !… Mais, rentrés chez nous, ne ratons pas la continuation de ce beau spectacle !
  1. Excellences les hautes Autorités, chers amis qui m’honorent avec votre présence, nous, les brésiliens sommes fiers du Brésil que nous avons bâti au cours des 194 ans de notre histoire en tant qu’État souverain, du niveau de développement économique et de « soft power » international que nous avons atteint, mais – je vous assure- nous sommes encore plus fiers de notre façon de vivre que nous devons sans nul doute à nos origines africaines, que nous tous prônons. Chaque brésilien porte un morceau de l’Afrique dans son corps, dû au métissage, et dans son âme, dû à l’héritage culturel.  La « feijoada » – le plus typique des plats brésiliens – est une création des huit à dix millions d’africains de l’Afrique d’Ouest qui ont été emmenés au Brésil aux siècles XVIe à XIXe.  Notre si belle « capoeira », que maître Chapéu ici présent apprend aux jeunes guinéens depuis plus d’une décennie, a ses origines africaines.  La samba brésilienne est née à Boké, ville jumelée à Salvador de Bahia.  Bientôt, « insha’alla », Brasília sera jumelée à Conakry, comme les capitales de deux pays frères, et la ville des majestueuses chutes d’eau de Iguaçu, Foz do Iguaçu, à la vile du splendide Voile de la Mariée, Kindia.   C’est pour cause que nous nous sentons tellement à l’aise en Guinée.  Cette identité culturelle rend notre rapport plus facile, parce qu’il n’y a pas de préjugés entre nous. La Section consulaire de mon ambassade en témoigne. 
  2. Le Brésil est – on le sait – l’un des plus grands partenaires de la Guinée dans les forums multilatéraux, comme celui de la ZOPACAS – Zone de Paix et Coopération de l’Atlantique Sud. L’Ambassade de la Guinée à Brasília, inaugurée il y a dix ans, est la seule mission diplomatique de Guinée en Amérique latine y des Caraïbes. Cela témoigne que la Guinée voit le Brésil comme un partenaire stratégique.  Nous sommes fiers de votre vœu de confiance, soyez sûrs.  Quant à notre coopération bilatérale, je vous rappelle: nos territoires étant contigus jusqu’à la partition de la Pangée, il y a deux cents millions d’années, le Brésil est l’extension de la Guinée.  Cela veut dire que le Brésil est aussi « un scandale » de richesses minérales et agricoles.  En ce sens, nous ne dépendons pas de vos richesses pour notre consommation. Il est donc clair que le Brésil ne regarde pas la Guinée avec convoitise, comme une simple source de matière première, nous n’avons aucune intention de bénéficier de vos richesses malgré vous.  Bien au contraire!  Nous sommes prêts à vous donner la main pour marcher ensemble dans la voie du plein développement de nos peuples. 
  3. Mesdames et Messieurs, le Brésil vit un moment de révision, d’optimisation de son organisation institutionnelle. Le brésiliens d’aujourd’hui sont plus scolarisés, ont plus de pouvoir d’achat et, conséquemment, sont plus exigeants en ce qui concerne leurs droits de citoyenneté et la qualité des services publics en matière de sécurité, santé publique et éducation. Nous tous sommes d’accord que nous devons réaliser une série de réformes pour réorganiser l’État brésilien, patrie de nous tous, quelle que soit notre idéologie politique, pour atteindre nos buts communs de croissance économique et développement social.  Parce que nous sommes une démocratie consolidée, reconnue dans tout le monde, et pouvons librement nos exprimer, nous réunir en assemblées et nous manifester dans les rues, nous donnons à quelques-uns l’impression que la crise politique est beaucoup plus profonde qu’elle ne l’est et qu’elle prendra plus de temps pour être résolue qu’elle ne prendra.  Non, chers amis !  Nos institutions sont très solides.  Nous avons acquis un niveau très élevé de respect aux droits de l’homme, de liberté et de respect à toutes les minorités, soient elles ethniques, religieuses ou d’option sexuelle.  
  4. Conscients des défis auxquels nous sommes confrontés, et dans le cadre du perfectionnement de nos institutions démocratiques, le 31 août dernier, Monsieur Michel Temer a pris fonction comme Président de la République devant le Congrès National, pour un mandat jusqu’au 31 décembre 2018, après la décision du Sénat Fédéral de décréter la destitution de la Présidente Dilma Rousseff, par 61 voix pour, 20 voix contre et aucune abstention. Conformément à notre Constitution, il incombe alors au Vice-Président d’assumer le poste vacant de Président de la République jusqu’à la fin du mandat pour lequel il a été élu. Le jugement, qui a conclu la procédure de destitution débutée le 2 décembre 2015, a eu lieu au Sénat Fédéral et a été présidé par le Président de la Cour Suprême, dans le strict respect de la Constitution et la législation brésilienne régissant la matière.
  5. Chers amis, je conclus avec les bons vœux de tous les brésiliens pour que les guinéens puissent aussi avancer dans le processus d’institutionnalisation de l’État guinéen, démocratique, de droit, où l’appartenance ethnique ne soit rappelée qu’à l’occasion des festivités folkloriques, et ne soit plus utilisée comme un prétexte pour des clivages, comme un argument fallacieux pour des disputes électorales. Le peuple guinéen est le plus adorable du monde ! Le peuple guinéen est paisible.  Les guinéens sont accueillants, chaleureux, musicaux, entrepreneurs, créatifs, performants, et méritent le respect de tous les pays – et de toutes les sociétés commerciales – du monde, d’abord le respect, avant même la disposition de coopérer.  Le Brésil a confiance que les intérêts personnels des cadres politiques, ou partagés des partisans politiques, ne prévaudront plus en Guinée sur ceux de l’universalité des guinéens.
  6. Hautes autorités ici présentes, meus prezados compatriotas, chers amis, nous tous avons pris bonne note des bons résultats de la rencontre, le 1er septembre, au Palais Sékoutouréya, de S.E.M. le Président de la République, le Professeur Alpha Condé, avec le Monsieur le Chef de file de l’Opposition, l’honorable Cellou Dalein Diallo, Président de l’Union des Forces Démocratiques de Guinée, pendant laquelle les deux leaders ont échangé sur la situation politique, économique et sociale du pays. Nous nous réjouissons du fait qu’ils ont fait un effort honnête d’aplanir leurs divergences et se sont mis d’accord sur un certain nombre de décisions. Comme le Chef d’État a déclaré, « Il est important que les leaders se rencontrent pour éviter la manipulation d’un côté comme de l’autre ». Le Brésil félicite S.E.M. le Professeur Alpha Condé pour son initiative autant que l’honorable Cellou Diallo pour son ouverture d’esprit.  Le peuple de Guinée en ressortira, naturellement, gagnant. 
  1. Chers amis, après plus de quatre ans à la tête de l’Ambassade du Brésil, j’ai appris à aimer si intensément la Guinée et son peuple que j’ai pris la décision de continuer à vivre et travailler en Guinée après ma retraite, en mi-décembre prochain. Oui, je veux continuer à vivre en ma chère Guinée jusqu’à la fin de mes jours ! J’aime la Guinée ! « La Guinée ra fam má ! » En partenariat avec Monsieur le Consul Honoraire du Brésil Mohamed Faouaze ci-présent, comme dirigeant de la Maison du Brésil en Guinée que nous créerons, je continuerai à déployer mes efforts les plus honnêtes pour faire connaître notre chère Guinée à des investisseurs brésiliens et les attirer, pour multiplier nos échanges culturels et nos partenariats commerciaux. 
  2. Je vous invite maintenant, Mesdames et Messieurs, chers invité(e)s, à un toast à la bonne santé et au bienêtre de S. E. M. Michel Temer, Président de la République Fédérative du Brésil, aussi bien que de S. E. le Professeur Alpha Condé, Chef d’État, Président de la République de Guinée, et de M. Mamadi Youla, Chef de Gouvernement, Premier Ministre, aussi bien qu’au bonheur des peuples frères du Brésil et de la Guinée. Vive le Brésil !  Vive la Guinée!  « Allá kha la Guinée malí ! » Vive la coopération internationale !  Vive l’amitié guinéo-brésilienne! 

Chers amis, merci pour votre présence ! »

 

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires




Laisser un commentaire