Bénin : arrestation de l’homme d’affaires et ex-opposant Sébastien Ajavon pour affaire de 18 kilos de cocaïne

L’homme d’affaires franco-béninois Sébastien Ajavon, interpellé à Cotonou vendredi après-midi 28 octobre, s’apprêtait samedi soir à passer une deuxième nuit à la compagnie de gendarmerie de Cotonou, avec trois employés de sa compagnie. Ses avocats dénoncent une détention « arbitraire », et le parquet a mis sur pied samedi soir une commission d’enquête mixte pour éclaircir l’affaire et comprendre comment 18 kilos de cocaïne ont pu être saisis dans un container destiné la société COMON-CAJAF dont Sébastien Ajavon est le propriétaire.

Deux entités vont devoir travailler ensemble au sein de cette commission d’enquête, selon une source judiciaire. La compagnie de gendarmerie maritime qui a procédé à la saisie vendredi matin et l’Ocertid, l’Office central de répression du trafic de drogue.

Sébastien Ajavon avait été transféré dans les locaux de cet organisme vendredi soir, mais l’Ocertid se serait alors déclaré incompétent au motif qu’il n’était pas à l’origine de la saisie, selon Me Alain Orounla, l’un des avocats de l’homme d’affaires. Pour lui, la mise en place de cette commission est « une bonne nouvelle » car cela signifie que « l’enquête va pouvoir commencer ».

Les avocats de Sébastien Ajavon dénoncent en effet de nombreux « vices de procédure » : ils assurent que leur client n’a pas été entendu dans le respect des règles, c’est-à-dire en leur présence, et que ni ses droits, ni sa garde à vue, ni le motif précis de son interpellation ne lui ont été notifiés formellement comme le prévoit la procédure.

Le procureur de Cotonou n’a pas souhaité commenter ces accusations mais une source judiciaire confirme que Sébastien Ajavon est bien sous le statut de la garde à vue « pour les besoins de l’enquête » depuis vendredi soir, avec ses trois employés. Au Bénin, la garde à vue peut durer jusqu’à huit jours pour une affaire de trafic de drogue présumé.

Par RFI

 

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires




Laisser un commentaire