from behind, back view, rear view, back views, behind, back,formally dressed,office worker,business person,movement,business meeting, business meetings,top, tops,day,world of work,object,communication,one adult only,adults only,mature woman, mature women,one woman only,women only,woman,adult,female,40-45 years, 40 to 45 years,40-50 years, 40 to 50 years,mature adult, mature adults,european,person,number,indoor, indoor shots, inside, indoors, indoor shot,color, coloured, colored, colors, colours,view from below, low angle, low angle view, low-angle, low-angle view,photograph,full-length, full body, full length,vertical, vertical format,upward,grey,colour,  colours, color,colors, coloured, colored, colouring,1,direction,concept,walking,occupation,bureau,economy,pumps,shoe,skirt,blazer,jacket,outerwear,clothing,European,businesswoman,single person, one person,office building, office buildings [(c) F1online www.f1online.de, Tel. 069/80069-0, E-Mail:agency@f1online.de ]

Une « guerre des jupes » perturbe le Parlement israélien

Le Parlement israélien a été mercredi le théâtre d’une bataille vestimentaire lorsqu’une demi-douzaine de femmes se sont vu interdire l’accès au bâtiment où elles travaillent sous prétexte que leur jupe ou leur robe étaient jugées trop courtes.

Ces aides parlementaires et employées s’étaient réunies avec une cinquantaine d’autres femmes dans le hall d’entrée de la Knesset en signe de protestation contre le tour de vis donné ces derniers jours au code vestimentaire imposé par l’administration du Parlement, a expliqué à l’AFP Naama Shahar, porte-parole de la députée d’opposition de gauche Merav Michaeli.
Tout cela est étrange
« Tout cela est étrange: nous portons les vêtements que nous avons mis des dizaines de fois. Certaines d’entre nous travaillent à la Knesset depuis des trois ou quatre ans et nous n’avons jamais eu ce genre de problème », a ajouté Naama Shahar. « Personne ne nous a expliqué ce changement des règles, c’est inacceptable ».
La direction de la Knesset a dénoncé cette protestation. « Il s’agit avant tout d’une provocation organisée (…) Les vigiles hommes et femmes du Parlement font leur travail pour faire respecter un code vestimentaire en vigueur depuis des années », a souligné l’administration dans un communiqué.
Tentative d’imposer des normes fondamentalistes
Pour la députée Michaeli, il s’agit d’une « tentative d’imposer des normes fondamentalistes », celles des femmes juives religieuses qui se couvrent les jambes, les bras, tout en revêtant un foulard sur la tête ou une perruque.

Belga

 

Commentaires

commentaires




Laisser un commentaire