Jusqu’à preuve du contraire: Lettre au Père Noël (Par Top Sylla)

Cher Père Noël
Dans quelques heures ce sera Noël, avec son lot de cadeaux. Je t’écris ces lignes, parce que comme beaucoup d’autres, je partage l’opinion de celui qui a dit que si tu n’existais pas, il aurait fallu te créer.
En Guinée on arrive au terme de l’année quasiment sur les rotules. Dans leur majorité, les Guinéens ont vécu 2016 dans la misère, en se posant cette question culpabilisante : « qu’avons nous fait au bon Dieu » ?
Présenté par certains au départ comme un groupe de « jeunes technocrates », l’attelage gouvernemental mis en place par notre président réélu, sans grande inspiration, a surtout fait dans le tâtonnement, l’improvisation et le manque de clarté.
Résultat des courses ? Un capital sympathie qui s’est rétréci comme une peau de chagrin, des réformes sans lendemain et quelques mauvais souvenirs. Si lors de la composition du gouvernement d’aucuns, offusqués, avaient parlé de « copains et de coquins » ; la gestion brouillonne qui a suivi et l’odeur des affaires sulfureuses qui empeste l’air, montrent qu’en son sein ce ne sont pas aussi les crétins et les gredins qui manquent.
Avec un Premier ministre qui semble étranger au gouvernement dont il est pourtant censé assurer la coordination, quoi de plus normal, me diras-tu cher Père Noël ? C’est vrai qu’il a quand même un mérite : celui de trôner à la Primature pour être arrivé premier dans un concours … de circonstances ! Il se pourrait d’ailleurs, comme son prédécesseur, qu’il y passe plusieurs années, question d’inscrire son inaction dans la durée.
En face, il y a l’opposition qui fait de plus en plus penser au radeau de la Méduse. Depuis la signature de l’accord du 12 octobre dernier, que certains de ses membres qualifient de naufrage politique, elle est devenue une maison folle. Plus que par les arguments, chaque clan cherche à imposer ses choix par les invectives, le chantage ou la ruse.
Autre chose. Quand tu passera près de certaines chaumières, ne sois pas surpris d’entendre une curieuse version de la prière « Notre Père ». Une « hérésie » à mettre au compte de la misère ambiante et des ressentiments politiques.
Du genre :
« Père Alpha qui est si souvent dans les cieux
Que ton nom soit oublié
Que ton règne s’achève en 2020
Que ta volonté ne soit plus alors faite sur la terre comme au ciel
Pardonne-nous notre déception, comme nous pardonnons aussi à ceux qui ont voté pour toi
Ne nous soumet pas à la tentation de te virer avant, mais délivre-nous du mal-vivre ».
A l’orée de la prochaine année, j’aimerais que tu le saches cher Père Noël. Dans mon pays, la faillite de l’Etat, les inégalités sociales, l’insécurité, le désordre moral sont plus encore d’actualité. C’est pourquoi je te demande, « Petit Papa Noël, quand tu descendra du ciel » :
De ne pas oublier de placer « Rudolf », le neuvième renne, devant ton traineau pour éclairer le chemin. Tu devrais aussi te munir de bougies, parce que tu pourrais trouver le pays plongé dans le noir. On nous avait dit que le barrage de Garafiri allait régler le problème de l’électricité au moins à Conakry. Ensuite ils ont dit qu’il fallait attendre celui de Kaléta, avant de nous faire comprendre maintenant que la solution c’’est plutôt avec le projet Souapiti.
En fréquentant certains quartiers ou villes ne reste pas longtemps, surtout à proximité de la résidence d’un préfet ou d’un gouverneur, sinon tu risques d’être molesté et délesté de tes cadeaux par des bandits armés de PM AK.
Si tu fais un tour du côté de notre « télébidon » nationale, daigne inspirer ses responsables pour trouver autre chose que ces JT « sékoutouréens », où l’unique sujet s’appelle ‘’l’intégralité du discours du chef de l’Etat’’.
Enfin, cher Père Noël, je te conjure de donner à toute cette faune politique qui sollicite nos voix, tout en faisant peu de cas de nos droits, un cadeau : la bonne foi et le sens de l’intérêt général. Ainsi, avec les élections à venir, mes compatriotes trouveront forcément le ou les guides qu’il leur faut. Sans avoir besoin, pour suivre l’Etoile du Berger, des services de Gaspard, Melchior et Balthazar, les Rois mages.
Jusqu’à preuve du contraire.
Par Top Sylla

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires




Laisser un commentaire