kissidougou

Lynchage de Sangardo (Kissidougou): les précisions du préfet et du commandant de la compagnie gendarmerie

Deux personnes ont été lynchées le 3 janvier dernier à Sangardo, une sous-préfecture située à 25 km de la commune urbaine de Kissidougou. Depuis lors, des commentaires fusent de partout et chacun essaye d’expliquer l’affaire à sa manière. Dans le but d’éclairer la lanterne des uns et des autres, le préfet de Kissidougou, El hadj Mamadou Cissé et le commandant de la compagnie gendarmerie, Sâa Robert Léno ont bien voulu nous livrer leurs versions des faits et l’état actuel des enquêtes. Lisez !

img_20170107_105838

Sâa  Robert Leno, Commandant de la compagnie gendarmerie de Kissidougou : « les renseignements recueillis ressorts qu’il ne s’agissait pas d’un enlèvement d’enfant mais plutôt un accident de la circulation intéressant la voiture RAV4 conduite par la victime mortelle Kolima Kolié et un propriétaire de bœufs  de Damandou carrefour Hermankonon. C’est à la suite d’une mauvaise interprétation qu’un citoyen de Sangardo aurait reçu un appel à partir d’un autre citoyen de Damandou carrefour selon lequel  un enfant a été enlevé par des inconnus à bord d’une RAV4. Donc,  lui il vient innocent,  il ne savait absolument rien avec ses passagers et ils viennent trouver un attroupement, la route barré, il vient et on l’arrête. On tombe sur eux et le conducteur et son passager ont été tués. Au jour d’aujourd’hui, plusieurs personnes de cette sous-préfecture sont arrêtées parmi lesquelles figurent le maire et le vice-maitre de Sangardo. Ils sont été arrêtés (maire et vice maire) pour la simple raison que le drame s’est passé devant eux. Surtout le vice maire qui n’a rien fait, il est resté indifférent et le maire Bakary Kaba. Nos services vont pour les patrouilles et on est entrain de voir comment créer une base, mais il faut qu’un ratissage général  s’effectue d’abord  parce que c’est tout le monde y compris les villages voisins qui sont venus… ».

img_20170107_125015

 El hadj Mamadou Cissé, préfet de Kissidougou: « Je vais vous dire franchement que depuis le début du drame jusqu’à maintenant, tout ce qui s’est passé a été filmé. Nous allons préparer cette bande et on va l’envoyer à la  RTG  avec tous les commentaires et avec toutes les interviews. Au jour d’aujourd’hui,  34 personnes sont interpellées, ils sont tous en prison et l’enquête continue. J’avoue très sincèrement tout avis contraire à ce que je viens est du mensonge et des fausses rumeurs. Toutes les dispositions ont été prises par les autorités civilo militaires de Kissidougou concernant l’acte de Sangardo. Nous, nous considérons cet acte comme un accident à travers les fausses informations et l’instinct grégaire de la population. Deux personnes ont perdu la vie et nous sommes entrain de bien gérer cette affaire. Les victimes sont un ressortissant de la Guinée forestière du nom de kolié et un autre du nom de Kallo. Les autorités sont entrain de prendre toutes les dispositions pour poursuivre cette affaire afin que des sanctions exemplaires soient prises pour que jamais plus cela ne se répète à Kissidougou… ».

Propos recueillis par Youssouf Keita, depuis Kissidougou

+224 666 48 71 30

 

Commentaires

commentaires




2 thoughts on “Lynchage de Sangardo (Kissidougou): les précisions du préfet et du commandant de la compagnie gendarmerie

  1. Kolié Jean

    C’est vraiment indigne dans notre pays que des gens agissent mal plus que les animaux , Nous voulons faire justice nous même ,il n’ya pas deux mois que deux personnes venaient d’être brûlés à Siguiri, dans les mêmes circonstances. Ou est notre foi en Dieu et on passe tout le temps a faire du gymnastique pour rien ,ou sont passes nos valeurs sociales ,les autorités non qu’à prendre leur disposition car ;les citoyens se font justice puisque des criminels se retrouvent libres ce qui fait que ces analphabètes confonds les choses et ne sont plus rassurés de la moralités des forces de l’ordre et de la justice et tentent de régler à leur façon en commettant irréparables
    Je suis Koly Soua Kolie plus jamais ,jamais,car il avait droit à la vie comme nous autres

    Repondre

Laisser un commentaire