Parawol (Lélouma) : des cases et biens matériels  réduits en cendre, une personne blessée

On vous disait dans une de nos dépêches que 11 cases et des objets de valeurs ont été incendiés dans le district de Guigné, sous-préfecture de Parawol, préfecture de Lélouma par un feu mystérieux. Le lundi 06 février 2017, cinq autres cases ont été brulées dans la même sous-préfecture. Bilan, un père de famille grièvement blessé, des dégâts  matériels important. Au micro de Mediaguinee, Mamadou Oury Barry, directeur préfectoral de la croix rouge de Lélouma indique que tout est parti lorsqu’une femme après avoir fini de préparer laisse son fourneau allumé dans l’une des cases sans l’éteindre

« L’incendie s’est produit dans le secteur Touléré, district de Dondhé, sous-préfecture de Parawol Dambon vers 17 heures 30 minutes. Le feu n’a rien laissé sur son passage, toutes les 5 cases et leurs contenus ont été calcinés. Informée, une équipe de la croix rouge s’est rendue sur les lieux. D’après nos enquêtes, c’est une femme qui est à l’origine de cet incendies. Selon les témoins, elle aurait laissée sont fourneau allumé dans sa case après avoir fini de préparer sans l’éteindre. Malheureusement, il n’y avait que peu de personnes dans le village, elles n’ont pu maitriser le feu », explique Mamadou Oury Barry.

Les citoyens de Touléré ont tout perdu. Nourritures habits et aussi de l’argent ont été  ravagés. Actuellement, les victimes passent la nuit à la belle étoile, dit Mamadou Oury Barry qui a demandé de l’aide aux bonnes volontés, histoire de venir en aide aux sinistrés.

«  les victimes ont tout. Parmi elles,  un père de famille qui a quatre femmes et 10 enfants. Ce dernier a perdu 15 sacs de riz, 5 téléphones portables, deux valises d’habits et plusieurs millions dont la valeur n’est toujours pas connue. Le monsieur a été lui-même grièvement brûlé du côté droit pendant qu’il essayait d’éteindre le feu. Actuellement, la victime est hospitalisée à l’hôpital préfectoral de Lélouma. Donc, nous lançons un appel a l’endroit des autorités et des personnes de bonnes volontés pour venir en aides à ces victimes», conclut le directeur préfectoral de la Croix-Rouge de Lélouma.

Par Amadou Tidiane Diallo, correspondant régional à Labé

620 44 25 83

 

 

 

 

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires




Laisser un commentaire