Conakry : fin des travaux sur la responsabilité sociale des journalistes de l’AGUIPEL

Les rideaux sont tombés ce samedi 18 mars 2017, sur les travaux de l’atelier de formation des journalistes de l’association guinéenne de la presse en ligne (AGUIPEL). Initié par l’AGUIPEL en partenariat avec le centre européen d’appui électoral (ECES) et l’Union Européenne, cet atelier de deux jours a permis aux journalistes participants d’être outillés « sur la problématique de la responsabilité sociale du journaliste web ».

Au cours donc de ces 48 heures de formation, les 50 participants ont au de larges informations sur la question de responsabilité sociale, l’éthique, la déontologie du métier, la dépénalisation des délits de presse en Guinée et l’attitude que doit entreprendre un reporter en milieu hostile.

Au sortir de cette rencontre, les participants ont fait des recommandations à l’encontre du partenaire (ECES) et les autorités représentées par conseiller personnel du chef de l’Etat avec rang de ministre d’Etat à la présidence, Tibou Camara. « La multiplication des formations, joindre la théorie à la pratique, produire un manuel sur la couverture médiatique en terrain hostile et enfin l’assistance des journalistes web dans l’obtention des outils de travail », a cité entre autres la porte-parole Mafoudia Camara parmi les recommandations.

Quant au président de l’AGUIPEL, Amadou Tham Camara, il a tenu à rappeler : « Ce sont des sujets d’actualité. Si on voit ce qui se passe sur les réseaux sociaux et certains sites, cela peut détruire des ménages. J’invite aussi les journalistes à se munir d’une carte professionnelle délivrée par la HAC… ».

De son coté, le conseiller personnel du chef de l’Etat a entre autres mentionné : « Je profite de l’occasion pour rendre hommage à Koula Diallo. 2017 est une année dédiée à la presse. Le Président de la République a annoncé que l’heure du partenariat avec la presse a sonné car, la presse est le baromètre de la société. La presse sera accompagnée dans ses efforts. Les prochains jours, on se rencontrera afin de réaliser une journée de presse pour connaitre ceux dont les journalistes ont besoin » a promis Tibou Camara.

A rappeler que le partenaire de cet évènement (ECES) n’est pas à sa première initiative. Il a pour but d’accompagner le processus électoral et à cet effet, il a suivi  les medias dans l’élaboration du code  de bonne conduite des journalistes où des formations ont eu lieu à Conakry et à l’intérieur du pays.

Par Elisa Camara

+224 654 95 73 22            

Commentaires

commentaires




One thought on “Conakry : fin des travaux sur la responsabilité sociale des journalistes de l’AGUIPEL

  1. dramé Aboubakar

    ce serais une bonne chose si les journalistes respectent leurs droits . Mais j’en doute beaucoup puis que c’est en Guinée que tu enttend ou tu voie des journeaux de l’opposition . donc ce journal ne vas jamais critiquer objectivement les opposants ! les journalistes guinéens d’ailleurs dans tout les domaines il y a rue beaucoup de proges . Mais il y a toujours beaucoup à faire . Puisque ma plus part allument le feux en Guinée sur leur manière d’informer. Mais la plus grave c’est la contre vérité . Tout cela par manque d’investigation du journaliste indépendant ou d’opposition . il y a même des vérités qui ne sont pas bonne a dire . Surtout si la plus part c’est des mensonges ou des on-dits . Comment et pour quoi une journaliste puisse accepter de distribuer des infos sur les on-dits ? Sa ne se passe qu’en republique de Guinée . C’est dans l’un des pays rares ou le journaliste fait des infos pour créer des gros problèmes qui se termine souvent à des morts d’hommes . Ou est le vraie rôle du journaliste dans ce cas ? un journaliste doit être avant tout patriote . Mais malheureusement je suis désolé de le dire qu’en République de Guinée c’est pas le cas pour la plus part surtout si ils travail pour un groupe politique ! . franchement si ce stage d’ailleurs provoquer par alpha condé vas aidez les journalistes guinéens à êtres juste honnête dans leur propos et faire des déplacements pour la recherche de vérité avec des preuves sur ce qu’ils bazardent sur le net ou informé à des radios ce serais un bonne chose et un grand avancement pour les presses guinéenes . Et enfin j’espère qu’ils vont informer pour tout d’abord sur l’intérêt de leur patrie ou de leur nation seulement . Au lieux de politisés tout le temps surtout des fois en diffament le gens qui se tue pour la Guinée comme le gouvernement et le président c’est très choquent . Certains font des informations calomnieuses sans vergogne . j’espère qu’ils vons savoir leur droits et leur devoir comme dans tout les métiers pour éviter de m’être tout le temps la Guinée comme ça été depuis 1984 . j’espère que les journalistes guinéens vont avant tout respecté leur métiers et les gens qu’ils accusent par les ons-dits à 85% de leur informations .il faut qu’ils évites ses péchés de leur propres état . Car si l’informateur ment c’est des gros problèmes partout .

Laisser un commentaire