Pomme de terre

Agriculture : quand la culture de la pomme de terre migre en Haute Guinée

Très pratiquée au Fouta, en Moyenne Guinée, la culture de la pomme de terre est aujourd’hui en migration vers la Haute Guinée, une région connue pour la culture d’igname en abondance, rapporte l’AGP.

Depuis deux ans maintenant, plusieurs groupements de paysans, notamment de la Haute Guinée, ceux de Baro à Kouroussa, se sont lancés dans la culture de la pomme de terre avec pour objectif, de la vulgariser dans toute la région de la savane guinéenne.

Les groupements de Baro, appuyés par un fils ressortissant de la localité, Diaty Condé, ont fait appel à des ingénieurs agronomes pour expérimenter cette culture dans leur village. Avec l’encadrement technique des agronomes qui ont expliqué, que la culture de la pomme de terre est très simple, seulement elle demande le respect de certaines règles, notamment la période de culture. «Cette première expérimentation a réussi en 2016, avec quatre (04) tonnes récoltées de 500kilogrammes cultivés», ont-ils affirmés.

Selon ces ingénieurs, «la provision s’est multipliée cette année 2017. Les paysans ont d’abord récolté 7 tonnes sur 1,5 tonnes de la variété Pounta, et l’estimation annuelle pourrait aller jusqu’à 10 tonnes. Ces résultats ont drainé, à ce jour, une dizaine de groupements de paysans dans la culture de la pomme de terre à Baro, le Banko et le Oulada».

Produit riche en vitamine, la pomme de terre est un luxe en Haute Guinée, avec son prix chère, elle est très peu consommée dans cette région.

Les paysans de Baro veulent donc casser cette barrière pour vulgariser la culture dans la zone à un prix harmonisé, huit mille francs guinéens (8000GNF) le kg, comme ils la revendent actuellement à Baro.
AGP

Commentaires

commentaires




Laisser un commentaire