La sonnette d’alarme est tirée: une pandémie pourrait faire 30 millions de victimes

À une époque où les virus et bactéries prolifèrent, la coordination entre les acteurs de la santé, la production de vaccins et la solidité des systèmes nationaux sont insuffisantes. Le risque? L’émergence d’une pandémie (une épidémie mondiale) pourrait faire 30 millions de victimes.
C’est tout sauf un scénario irréaliste. Selon un article paru dans la Harvard Business Review, « le monde n’est pas du tout préparé à l’émergence d’une pandémie globale ». La sonnette d’alarme est tirée: une épidémie mondiale pourrait faire 30 millions de victimes

Ebola
C’est que le réservoir d’agents pathogènes a augmenté à une vitesse folle à cause de la déforestation, des phénomènes météorologiques et de l’extraction minière qui favorisent l’émergence de nouveaux virus et bactéries.

Rhanu Dhillon et Devabhaktuni Srikrishna, deux des trois auteurs de l’article intitulé « The World is completely unprepared for a global Pandemic », ont travaillé en Guinée lors de l’épidémie d’Ebola en 2014. Selon eux, le manque de coordination globale entre une multitude d’acteurs est un facteur clé. Ils appellent à la mise en place d’une organisation rigoureuse digne de l’OTAN en termes de planification et de formation.

L’OMS « manque de crédibilité »
« Pour assumer ce rôle de grand coordinateur, l’OMS souffre d’un manque de crédibilité », précisent-ils. Pour rappel, l’OMS avait été accusée d’avoir réagi avec cinq mois de retard pour déclarer l’épidémie d’Ebola en Guinée, Sierra Leone et au Libéria. Son soutien opérationnel sur le terrain avait également été déclaré insuffisant.

L’OMS n’est pas la seule coupable de la « faillite collective » dans la crise Ebola qui a tué 11.000 personnes et infecté 28.000 autres. « Coordonner les efforts pour combattre une pandémie est le défi du siècle », a reconnu Sylvie Briand, directrice du département des maladies épidémiques et pandémiques de l’OMS.

Vaccins
Des aspects culturels liés aux communautés touchées ont aussi été difficiles à gérer. Le fait que les pays affectés avaient connu la guerre a accru les difficultés: méfiance envers les autorités, système sanitaire affaibli.

Dans leur article, Rhanu Dhillon et Devabhaktuni Srikrishna encouragent aussi les acteurs de la santé à accélérer le développement et la mise rapide de vaccins sur le marché. Dans le cadre de l’épidémie d’Ebola, de nombreuses personnes étaient contagieuses depuis plusieurs jours avant d’être testées.

Source: CNN, Harvard Business Review

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires




Laisser un commentaire