Pr Alpha Condé à Paris: une visite d’Etat des grands symboles …

Comme dirait l’autre ‘’Voir Paris et Mourir’’. Tout simplement. En effet, dans l’histoire de ses relations avec la France, la Guinée n’avait jamais eu droit à un tel égard de la part de l’ancienne puissance coloniale. Peu avant que la délégation officielle guinéenne ne foule le sol français, des curieux de Paris ont dû s’interroger sur un phénomène rare qui ne pouvait passer inaperçu : le tricolore français qui tenait galamment compagnie à celui de la Guinée à des endroits de record de fréquentations touristiques à Paris comme la Grande Avenue des Champs Elysées. Les rues adjacentes du Palais présidentiel français, elles-mêmes n’étaient pas en reste de ce beau décor. Autre temps, autre mœurs.

Grande Une Nouvelle Elite 199bon
C’est bien ce Paris aux couleurs guinéennes qui a déroulé le tapis rouge pour le chef de l’Etat guinéen le 10 avril 2017, aux environs de 14 heures, au Pavillon d’honneur de l’Aéroport d’Orly. A l’accueil, comme cela est de coutume dans le protocole officiel français, Alpha Condé a été accueilli par un membre du gouvernement qui se trouvait être cette fois-ci, Mme Annick Girardin, ministre de la Fonction publique.
Le cérémonial d’accueil terminé, le chef de l’Etat et sa suite se sont ébranlés dans un cortège, direction l’hôtel Le Meurice situé sur la Rue Rivoli dans le 1er Arrondissement de Paris.
Après avoir pris ses quartiers dans cet imposant édifice, Pr Condé qui ne s’aménage pas de répit reçoit en audience la première personnalité : Emmanuel Macron, candidat du Mouvement En Marche, favori des sondages de la Présidentielle française de 2017. Le tête-à-tête dure plus d’une heure, à l’issue duquel l’homme politique français ne fera aucune déclaration à la presse qui campait déjà dans le hall de l’hôtel, même s’il était décontracté.
Mais tout cela n’était qu’à titre informel. La visite d’Etat a commencé le mardi 11 avril, par l’hôtel national des Invalides. Aux environs de 10 heures, la délégation officielle guinéenne (de ministres d’Etats, de Conseillers à la présidence, de ministres et du personnel de l’ambassade) est entrée dans l’enceinte des Invalides pour se soumettre à un protocole strict. Une vingtaine de minutes plus tard, le Président Condé en compagnie de Ségolène Royale, ministre de l’Environnement est arrivé sur les lieux pour recevoir les honneurs de l’armée françaises. Cérémonie grandeur nature au cours de laquelle, l’officier en chef de ce musée lui a témoigné la grandeur des soldats de la République qui sont tombés au champ d’honneur pour leur patrie. Ce fut un moment d’intense émotion pour le Pr Condé et sa délégation.
Les honneurs militaires terminés aux invalides, le cortège présidentiel s’est ébranlé vers le Palais de l’Elysée où François Hollande attendait son hôte. Là aussi, cérémonie grandeur nature. Accueil, tête-à-tête, signature de neuf accords de coopération touchant à des domaines de la santé, de l’environnement, de l’énergie, de l’agriculture ; point de presse et photo des deux hommes d’Etats.
A cette occasion, Alpha Condé a placé sa visite à l’Elysée sous le signe de la reconnaissance des bienfaits du Président Hollande à l’endroit de l’Afrique dont il préside aujourd’hui la plus grande organisation, en l’occurrence, l’Union africaine. Il a ainsi rappelé les efforts faits par le chef de l’Etat français dans la sécurisation du Sahel ainsi que dans la lutte contre l’épidémie d’Ebola en Afrique de l’Ouest. L’hôte de l’Elysée n’a pas manqué en ces instants solennels de marteler ses vérités qu’il avait déjà assenées lors du forum économique d’Abidjan. En plaidant en faveur d’une Afrique véritablement indépendante qui assume son destin en toute responsabilité. D’où son plaidoyer en faveur d’une coopération d’égale à égale avec la France.
Hollande lui, a fixé le cadre de cette visite, précisant avoir organisé une visite d’Etat pour la première fois dans l’histoire des relations franco-guinéennes et indiqué qu’il en organise la toute dernière avant de quitter l’Elysée. Tout un symbole, car si avant Alpha Condé et après lui, d’autres chefs d’Etats africains ont été reçus sous Hollande, ils n’ont pas eu droit au même accueil. Sauf, dit-on, pour Idriss Deby Itno, le président tchadien, grand allié stratégique de la France en Afrique.
Au-delà de ces symboles politiques, des accords signés par les deux parties prévoient des projets d’une extrême importance pour la Guinée. Entre autres, l’installation à Conakry d’une station de traitement des ordures ainsi que la construction de trois micro-barrages hydroélectriques qui viendront renfoncer la politique énergétique du gouvernement.
Ensuite, le président Condé a pris congé de son homologue français pour le Palais Bourbon, siège de l’Assemblée nationale. Ici, la délégation est accueillie sur tapis rouge par Claude Bartolone, le président de la deuxième institution française. L’entretien des deux personnalités est suivi d’un déjeuner offert à l’hôte de marque par le maître des lieux.
Nous sommes presque dans la mi-journée quand le président guinéen rapplique à l’hôtel Le Meurice pour y enchainer des audiences qu’il a bien voulu accorder à d’importants membres du gouvernement français. Au programme, les ministres de l’économie, de la défense, de l’environnement et de l’agriculture.
La journée du mardi fut très chargée. Après les audiences, le président Condé s’est rendu aux environs de 20 heures 30 au Palais de l’Elysée pour un diner d’Etat que lui offrait François Hollande. Beaucoup de Guinéens, de la délégation officielle comme de la diaspora y ont pris part. Un moment d’échanges informels que les politiques et les hommes d’affaires des deux pays ont mis à profit pour dessiner les sillons d’une nouvelle coopération gagnant-gagnant.
Mercredi 12 avril 2017, les visites de la délégation guinéenne conduite par le Pr Condé se sont poursuivies dans les institutions françaises.
Première étape, l’Institut du monde arabe où participant à un colloque organisé par l’Agence Française de Développement (AFD) sur le thème : ‘’Tout Afrique : les enjeux d’une approche continentale’’, Alpha Condé a fait une communication.
Il sera ensuite reçu par Gérard LARCHER, Président du Sénat français avec lequel il aura un entretien. Suivi de sa visite au siège du MEDEF où il confèrera avec des dirigeants d’entreprises françaises. Là, un déjeuner-débat sera offert. Les opérateurs économiques guinéens échangeront avec leurs homologues français, les parties guinéenne et française iront même au-delà pour formaliser les accords signés la veille.
De retour à l’hôtel Le Meurice, le Président Condé a reçu en audience Jean-Marc Ayrault, ministre des affaires étrangères. Avant de repartir sur le terrain pour cette fois-ci participer à l’exposition « Afrique des routes » au Musée de Quai Branly-Jacques Chirac.
C’est par cette étape que la visite d’Etat du Pr Alpha Condé a pris fin à Paris sur une note de satisfaction de sa délégation qui était composée de beaucoup de ministres et d’hommes d’affaires. Ces derniers étant conduits par Kerfalla Person Camara ‘’KPC’’ et Kaba Guitter.
(Nous y reviendrons).
Sékouba Savané,
Envoyé spécial à Paris (In Nouvelle Elite)

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires




One thought on “Pr Alpha Condé à Paris: une visite d’Etat des grands symboles …

  1. dramé Aboubakar

    depuis le début du quinquennat de mr hollande aucun président africain n’avaient été reçue autant avec respect . Merci la france et merci hollande . le guinéens sont fières de la france .

    Repondre

Laisser un commentaire