Siguiri : les travailleurs d’AMCO étaient devant le bureau du préfet pour le respect de leurs droits

Une tension vive a régné lundi 05 juin dernier entre les travailleurs d’AMCO et les autorités préfectorales. Ils étaient des hommes et femmes devant la porte du préfet pour réclamer leurs droits suite à la fin de contrat de la société sous-traitante de la SAG qui les employait

Depuis le mois de janvier dernier, le signal avait été donné par le directeur général de la société mère SAG Abdouharamane Diaby. Ce dernier avait déclaré que le contrat entre AMCO et la SAG tend vers sa fin. Message bien compris par le groupe syndical, à sa tête Mory Makagui, a multiplié les démarches pour défendre les travailleurs de cette société sous-traitante. Après trois voyages sur Conakry dans le but de sauvegarder la paix et la sérénité, l’équipe syndicale a souhaité la collaboration des autorités de la place.

« Nous avons confiance à notre autorité, le préfet doit aider sinon ce n’est pas bon », a alerté le leader des travailleurs. Le préfet, bien entendu, a entamé des négociations à tous les niveaux pour soulager ces travailleurs d’AMCO depuis 15 à 16 ans.
Ils sont au nombre de 200 personnes à vivre dans le désespoir. Le préfet lui rassure : « demander un droit est nécessaire. Même s’il se trouve avec le rat, il faut le réclamer. Nous sommes avec vous.

Récemment, lors d’une rencontre entre le préfet, les travailleurs et cadres administratifs de la préfecture, des dispositions ont été prises à savoir l’emploi des 200 personnes au sein de la société sous-traitante qui remplacera AMCO et les privilèges.

Aussi faut-il que dans la plateforme revendicative, les employés avaient mentionné : « on veut la vérité, vive l’emploi des jeunes, vive le professeur Alpha Condé ». Aux dernières nouvelles, la tension reste toujours vive.

Moussa Koutoubou Condé, correspondant à Siguiri 622478601

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires




Laisser un commentaire