Kaloum : mécontents, des employés de la SOTRAGUI manifestent auprès du palais Sékhoutouréya

Mécontents de la situation dans laquelle ils vivent, des travailleurs de la société de transport guinéen (SOTRAGUI) sont mobilisés en ce moment en face du palais présidentiel (Sékhoutouréya). Ces manifestants brandissent des pancartes sur lesquelles on peut lire : « SOTRAGUI, 4 mois sans salaires. On en a marre ; Nous demandons l’intervention du président Alpha Condé pour nous rétablir dans nos droits ».

Selon Moussa Aissata Soumah, contrôleur à la SOTRAGUI et l’un des porte-paroles des manifestants, le motif de leur mécontentement est clair. « Nous sommes là pour réclamer le paiement intégrale de nos quatre mois d’arriérés de salaire parce que c’est le président de la République qui a nommé des cadres incompétents  à la tête de cette société qui pouvait pourtant résoudre un certain nombre de chômage des jeunes en Guinée. Malheureusement, ceux qui ont la lourde charge de diriger notre société se sont mal comportés et tout est arrêté aujourd’hui.  La société était devenue pour ces cadres incompétents une mine d’or où chacun d’eux venait se servir et partir. Je vous informe que cette société pouvait faire à Conakry une recette journalière de plus de 100 millions de francs guinéens sans compter les recettes des bus qui partaient à l’intérieur du pays et était subventionnée trimestriellement à hauteur de trois milliards de francs guinéens par l’Etat.  Pourquoi alors la SOTRAGUI ne marche plus », s’interroge-t-il avant d’ajouter :

« Nous sommes là pour dire au président Alpha Condé de procéder à des enquêtes sérieuses dans cette affaire. Il doit convoquer toutes les différentes parties pour voir clair pour nous permettre de connaitre davantage notre sort ».

Au moment où nous mettions en ligne cette dépêche, les manifestants se trouvaient encore sur les lieux et les forces de l’ordre étaient déjà sur place pour assurer l’encadrement de ces employés en colère.

Nous y reviendrons !

Youssouf Keita

+224 666 48 71 30

Commentaires

commentaires




Laisser un commentaire