Examens nationaux : c’est parti pour les épreuves d’entrée en 7ème année

Les premières épreuves de l’examen d’entrée en 7ème années ont été lancées ce lundi 19 juin 2017, en Guinée. Dans la commune de Ratoma où nous nous sommes rendus très tôt ce matin, ils sont au total 18298 candidats dont 9045 filles à affronter ces épreuves. C’est le ministre de la Santé Publique, Dr Abdourhamane Diallo accompagné d’une forte délégation qui a donné le coup d’envoi desdites épreuves à l’école primaire de Kipé2.

Dans ce centre, il y a au total 329 candidats dont  168 filles, 11 salles et 22 surveillants. Selon, le directeur communal de l’éducation de Ratoma, Bakary Camara, « la nouveauté, c’est d’abord la décentralisation de cet d’examen d’entrée en 7ème années. Et pour cela, le gouvernement à travers le ministre de l’enseignement pré-universitaire et de l’alphabétisation a mis tous les moyens à notre disposition pour que ces examens soient crédibles et transparents. Au  total, il y a 18 2 98 candidats dont 9045 filles repartis dans 58 centres, les 58 centres aussi sont repartis en 2 catégories. Il ya 53 centres qui abritent l’enseignement laïque, c’est-à-dire ce qui font uniquement français  et 5 centres qui abritent l’enseignement franco-arabe. Pour la sécurité, nous avons déployé 116 agents sur le terrain  et la santé aussi 116 agents », dira-t-il entre autres.

De son coté, le ministre Abdourhamane Diallo a souligné : « C’est un véritable honneur pour moi de lancer les examens d’entrée au collège dans la commune Ratoma .Et précisément dans le complexe de Kipé. Le plus important pour le gouvernement est de s’assurer que l’enseignement guinéen est qualifié. Et, pour ce qui concerne ces examens, il s’agit de s’assurer qu’ils se déroulent dans de très bonnes conditions et que tout soit réuni pour que le méritant puisse passer en classe supérieur », a-t-il martelé avant d’ajouter :

« Vous avez entendu tout ce que nous avons comme difficultés dans le secteur de l’éducation. Pour nous, il s’agit donc de créer tout ce qu’il faut comme condition pour que les méritants puissent progresser, afin que nous préparions l’avenir de ce pays comme il se doit. Je me réjouis de voir que les examens démarrent dans de très bonnes conditions, toute l’équipe d’encadrement est présente, les autorités communales sont présentes et les représentants du ministère de l’enseignement pré universitaire. Au niveau de ce centre, j’ai constaté que les surveillants sont présents, la santé et la sécurité sont présentes et on a reçu une enveloppe scellée et bien fermée que j’ai ouvert avec un candidat… ».

Plus loin, il a tenu à préciser : « Les consignes sont claires. Je pense que l’important ce n’est pas l’expression tolérance zéro, mais c’est ce qu’il y a derrière l’expression. Il est temps que nous soyons tous responsables et que nous nous engageons tous de sorte que les anciennes habitudes qu’on avait dans la gestion des examens s’arrêtent. Il faut vraiment qu’on apporte la rigueur dans ce que nous faisons, les règles sont très claires il n’y a pas de si, il n’y a pas de mais. Il s’agit seulement d’être rigoureux de sorte que les méritants passent », a  rappelé le ministre Abdouramane Diallo.

Elisa Camara                                                  

+224 654 95 73 22

 

 

 

Commentaires

commentaires


TAG


Laisser un commentaire