Meeting de l’opposition, lundi à Kagbèlen : Alpha Condé a-t-il désavoué le ministre Bouréma Condé ?

On l’annonçait : s’opposer à une décision de Cellou Dalein Diallo c’est mettre Alpha Condé en courroux. Echec pour le ministre Bouréma Condé qui a demandé dimanche de délocaliser le meeting de l’opposition républicaine prévu ce lundi à Kagbèlen pour Dubréka-centre. En tout cas si l’on en croit le chargé de communication de l’UFDG. Selon Alpha Boubacar Bah, les autorités au plus haut niveau, cédant face à la fermeté du chef de file de l’opposition pour reprendre ses termes, ont désavoué le général Bouréma, autorisant ainsi la tenue du meeting à Kagbèlen au siège de l’UDG de Mamadou Sylla.

« Chers amis, suite à la déclaration du MATD et sa volonté de nous interdire le meeting de Kagbelen, les autorités au plus haut niveau viennent de céder face à la fermeté du chef de file de l’opposition et ses collègues de l’opposition », écrit M. Bah sur son mur Facebook. Ajoutant qu’« Instructions ont été données à l’administration du territoire et à toutes les autorités concernées de prendre toutes les dispositions pour la réussite du meeting géant que nous organisons demain lundi au lieu indiqué : AU SIEGE DE L’UDG À KAGBELEN. »

Un peu plus tôt, Bouréma Condé avait egrené dimanche à la télévision nationale un chapelet d’arguments ne permettant pas la bonne tenue du meeting au carrefour de Kagbelen, cette porte principale d’entrée et de sortie de Conakry.

« (…) Au regard de ce qu’un meeting à Kagbélen pourrait représenter pour la liberté générale en Guinée, nous avons pris la décision de demander à monsieur le Maire [de Dubréka, ndlr] de délocaliser le meeting et de l’envoyer à Dubréka centre. C’est ce que nous lui demandons. Une décision contraire ne saurait être admise par l’Etat guinéen », avait insisté non sans fierté le ministre qui s’imaginait être le véritable décideur du mouvement des politiques en République de Guinée.

Hier, la mairesse de Kaloum, puis le maire de Matoto et maintenant le ministre de l’Administration qui échoue à imprimer sa marque. A qui le prochain tour ?

Par Caroline SACKO

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires




Laisser un commentaire