« Le Cameroun n’est pas prêt » pour la CAN 2019, selon le président de la CAF

Selon Ahmad Ahmad, le Cameroun n’est pas prêt, même à (accueillir) quatre équipes. Une visite d’inspection va évaluer si l’organisation de la CAN 2019 sera maintenue au Cameroun ».

Le Cameroun, qui devra accueillir en 2019 la Coupe d’Afrique des Nations (CAN), « n’est pas prêt » pour abriter cette compétition continentale, a estimé samedi à Ouagadougou le président de la Confédération africaine de football, Ahmad Ahmad.

« Le Cameroun n’est pas prêt, même à (accueillir) quatre équipes », a déclaré Ahmad Ahmad lors d’une conférence de presse, en marge d’un séjour à Ouagadougou pour assister à la finale de la Coupe du Faso.

Interrogé sur la probabilité de délocaliser cette CAN en raison du « retard dans la réalisation des infrastructures », le président de la CAF a indiqué qu’il y aura une visite d’inspection composée des experts et d’un cabinet d’audit spécialisé, sans les politiques, qui va évaluer « si nous pouvons organiser cette CAN au Cameroun ».

« C’est en ce moment-là que nous tirerons les conclusions nécessaires avec le comité exécutif », a-t-il souligné, évoquant toutefois un « plan B ».

« Le plan B, c’est une ouverture des procédures d’appels d’offres pour qu’il y ait d’autres (pays) qui participent (à l’organisation), a-t-il indiqué sans plus de précisions.

Alors que le Cameroun semble en retard sur le cahier de charges, une demi-douzaine de pays dont le Maroc et l’Algérie ont annoncé être « prêts à accueillir la CAN-2019 », selon la CAF.

Mi juillet, le ministre des Sports et de l’Éducation physique du Cameroun Pierre Ismaël Bidoung Mpkatt avait assuré que « malgré les contraintes liées à l’adversité de la conjoncture économique actuelle et à la persévération de la sécurité de notre pays, le gouvernement est totalement engagé (…) à remplir le cahier de charges de la CAF ».

La CAF a décidé en juillet à l’issue d’un symposium au Maroc d’augmenter le nombre d’équipes (de 16 à 24) participant aux prochaines CAN (à partir de 2019) ainsi que de déplacer la compétition de janvier-février à l’été européen (juin-juillet).

Avec AFP

 

Commentaires

commentaires




Laisser un commentaire