Kankan : des jeunes de Karifamoriah à pied d’œuvre pour la lutte contre l’immigration clandestine et l’exode rural

Une conférence débat portant sur le ‘’l’immigration clandestine et l’exode rural’’ a été animée mercredi dernier 6 septembre par le fondateur de l’université Kofi Annan, Dr Ousmane Kaba dans la sous-préfecture de Karifamoriah, localité située à 6 km de la commune urbaine de Kankan.

L’initiative est de l’association des jeunes pour le développement de karifamoriah (AJDK). Cette association composée a à majorité par les étudiants et élèves a été créée le 28 avril 2017 avec pour vision l’amélioration des conditions de vie de la population guinéenne en générale et celle de Karifamoriah en particulier.

Après avoir observé une minute de silence à la mémoire de tous ceux qui ont péri sur le chemin de l’Europe, Bintou Kaba, la porte-parole de l’association a rappelé le bien fondé de la présente conférence en ces termes : « Nombreux sont nos amis et frères qui préfèrent l’immigration clandestine et l’exode rural dans le seul but de mieux vivre sans pour autant mesurer les conséquences qui peuvent en découler .Ceux qui quittent ont tout l’espoir de trouver le bonheur en Europe. Certains préfèrent donner leur vie pour ce bonheur qui ne reste qu’illusoire mais qui aussi ne fait qu’endeuiller des familles.»

Poursuivant, elle a précisé : « Notre sous-préfecture (Karifamoriah) est déjà victime. Seulement les 5 dernières années, nous avons perdu plus de 25 de nos jeunes dans la mer méditerranée. Ce pendant en organisant cette conférence nous avons bien voulu lancer les activités de l’Association des Jeunes pour le Développement de Karifamoriah (AJDK) dans notre communauté en vue d’informer et de sensibiliser les populations en général, en particulier les jeunes et les femmes sur cette thématique qui devient une préoccupation à la fois locale nationale et internationale, je veux nommer l’immigration clandestine », a-t-elle déclaré.

Pendant une demi heure de communication, le conférencier en langues maninka et française a tout d’abord éclairé la lanterne des participants sur les notions ‘’émigration’’ et ‘’immigration’’ et abordé de long en large les causes et conséquences de l’immigration avant de proposer des alternatives de solution.

Selon Dr Ousmane Kaba, « l’immigration a deux raisons essentielles. La première constitue la dégradation des conditions de vie en Afrique et la deuxième est liée à la mondialisation qui est à l’origine de l’attraction de l’occident par les africains les gens croient qu’en occident c’est le paradis. »

Parlant des conséquences liées à cette immigration clandestine, le numéro 1 de Koffi Annan a déclaré : « L’immigration est une mauvaise chose pour l’Afrique parce que ça vide l’Afrique de sa force de travail et beaucoup de ses immigrants qui se sont retrouvent aujourd’hui en Europe par exemple en France passent la nuit à la belle étoile ».

Pour terminer, Dr Ousmane Kaba a proposé des alternatives de solution. « La solution la plus viable c’est de développer l’Afrique et changer le chômage en emploi et de donner de la prospérité économique.»

La phase questions-réponses entre participants et conférencier a mis un terme à la rencontre. Au sortir de la rencontre, Dr Ousmane Kaba, président de l’association, Fatoumata Kaba la chargée des affaires extérieures et Aboubacar Kaba, le vice président ont respectivement interpelé leurs collègues de renoncer à l’immigration et pensent que l’immigration clandestine n’est pas la solution du bonheur tant cherché par les jeunes. Selon eux, renforcer les initiatives locales est la meilleure solution du bonheur.

A rappeler que ces jeunes qui sont à leur première activité compteraient pérenniser la sensibilisation pour le changement de mentalité des différents acteurs concernés par cette question d’immigration clandestine.

Alpha Oumar Koita, correspondant à Kankan

+224 622 16 07 20

 

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires




Laisser un commentaire