Le ministre Dr Ibrahima Kourouma sur les domaines de l’Etat à Dubréka : « le constat est amer »

Après la décharge de Dar-es-Salam et le site réservé de Kagbèlen mercredi dernier, le ministre de la Ville et de l’Aménagement du Territoire, Dr Ibrahima Kourouma en compagnie de ses cadres techniques, du Haut Commandant de la Gendarmerie Nationale, des cadres du département en charge de l’Environnement et des autorités préfectorales de Dubréka a visité hier vendredi 8 septembre, certains domaines réservés de l’Etat dans ladite préfecture.

Au total, trois sites ont été visités à cet effet. Il s’agit de Simbaya (non loin de Yorokoguia), Khabitah qui couvre 3.900 hectares et le plateau de Bondabon. Sur ces sites visités, la délégation ministérielle a constaté avec amertume ça et là que ces domaines sont anarchiquement occupés. Des bornes de délimitation ainsi que des agrégats étaient visibles par endroits.

Interrogé sur la question, le ministre Kourouma n’a pas caché sa déception. « Le constat est amer. Nous continuons de constater qu’on a des sites de l’Etat qui sont agressés par la population. Le long des flancs que nous avons visités et la zone forestière réservée, nous constatons qu’il y a des populations qui sont venues s’installer là. Plus grave, c’est même des lotissements qui sont faits. On ne peut pas comprendre aujourd’hui que les zones foncières réservées soient encore agressées par la population », dit-il.

Poursuivant, le ministre Kourouma a précisé qu’à cette allure, « si nous ne prenons pas nos responsabilités, on va être dans une situation où notre pays va être complètement déforesté. Nous allons faire des marquages et des délimitations à partir de mardi prochain sur l’ensemble des zones de Dubréka. Les personnes concernées vont non seulement avoir des sanctions administratives, mais elles vont aussi répondre de leurs actes ».

De son côté, le Directeur préfectoral de l’habitat de Dubréka, Sory Condé a, une nouvelle fois nié toute implication de sa juridiction dans ces occupations anarchiques desdits domaines de l’Etat. Selon lui, sa direction n’est au courant de rien dans ces occupations anarchiques.

Pour sa part, le Haut Commandant de la Gendarmerie Nationale et Directeur de la Justice Militaire, Général Ibrahima Baldé a promis que ces actes ne resteront pas impunis.

Par Yousouf Keïta

+224 666 48 71 30

 

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires




Laisser un commentaire