Le ministre de la Ville Ibrahima Kourouma sur les domaines de l’Etat à Coyah : ‘’le constat est plus amer que ce que nous avons constaté à Dubréka’’

Le ministre de la Ville et de l’Aménagement du Territoire, Dr Ibrahima Kourouma poursuit sa visite de terrain pour s’enquérir de visu les réalités concrètes.  Après l’étape de la préfecture de Dubreka la semaine dernière, il (Dr Ibrahima Kourouma) s’est rendu ce lundi 11 septembre 2017, sur certains sites réservés de l’Etat dans la préfecture de Coyah.

Encore accompagné par ses cadres techniques, du Haut Commandant de la Gendarmerie Nationale, Général Ibrahima Baldé, les cadres du département en charge de l’Environnement et les autorités préfectorales, le ministre a été désagréablement surpris de constater des constructions sur toutes les zones réservées y compris les flancs du Mont Kakoulima.

A Kindiady où la visite a démarré, la délégation ministérielle a constaté que la zone préalablement affectée aux déguerpis de Grand Moulin, mais qui n’avait pas été approuvée par les services compétents dont la DATU est complètement morcelée en complicité avec des personnes non encore identifiées. Là, le ministre a ordonné de l’arrêt immédiat des activités sur ce site qui, une fois habitée pourrait être un danger pour la vie de la population.

Interrogé sur place, le préfet de Coyah, Dr Ibrahima Barboza Soumah a rejeté tout ce qui est lié à son implication dans cette affaire, avant de reconnaitre que ladite zone n’est pas habitable. « Honnêtement parlant je n’ai jamais fréquenté ce site. C’est aujourd’hui que je viens et je dis que c’est un haut risque d’habiter ici. Parce que c’est une zone hautement stratégique, mais aussi hautement dangereuse. »

De là, cap sur la sous-préfecture de Kouriah où des constructions ont été observées sur les flancs du Mont Kakoulima. Face à ces réalités décevantes, le ministre n’a pas caché son constat. «J’ai le regret de dire que nous faisons aujourd’hui un constat qui très est amer. Il est même plus amer que ce que nous avons constaté dans la préfecture de Dubreka. Que ce soit sur le Mont Kakoulima où ici à Kouriah, vous constater que les gens ont construit partout. Ils ne se sont même pas limités sur le flanc des montagnes, ils sont allés jusque sur les montagnes. Je crois que c’est catastrophe. Si on ne va très vite, on risque non seulement d’avoir une situation de déforestation totale au niveau de ses zones, mais ce qui est plus grave, c’est que nous continuons à avoir une situation qui va mettre nos habitants en danger. Quand vous voyez ce qui est fait ici à Coyah, c’est extrêmement grave. Je pense que chacun de nous doit tirer les conclusions de ce qu’il y a. Je voudrais profiter de l’occasion pour dire assurer la population que nous allons prendre toutes les dispositions pour que ceux qui sont installés aujourd’hui de façon dramatique sur ces collines ou sur les flancs des montagnes soient dégagés. Parce que c’est inadmissible qu’on est plus de forêt au niveau de Coyah et de Dubreka. Tout est détruit. Les gens sont venus faire des maisons et des lotissements sans aucun ordre. Mais nous allons faire qu’à ce niveau, toutes les dispositions soient prises pour que non seulement que les auteurs de ces lotissements répondent devant les autorités, mais aussi ceux qui ont accepté de construire dans ces endroits soient dégagés. »

Poursuivant, il a mentionné que le gouvernement a une mission qui est celle de sécuriser la population et de faire en sorte qu’il ait un cadre de vie descend. «Toutes les personnes au niveau de l’administration qui seraient impliquées dans cette pratique de vouloir défier l’Etat vont naturellement répondre. Nous au niveau de l’administration, nous allons prendre toutes les dispositions qu’il faut. Nous allons extirper du lot de nos responsables tous ceux qui sont impliqués. Et comme je le disais, il n’y a pas de corrompu sans corrupteur. Tous ceux qui sont aujourd’hui impliqués dans cette situation, vont naturellement aussi répondre devant les autorités. Ça, c’est une situation sur laquelle nous n’allons pas hésiter. Je voudrais rassurer tout le monde que ce que nous faisons maintenant n’est pas un feu de paille. Nous irons jusqu’au bout. Il faut que tout le monde comprenne qu’on ne peut pas défier l’Etat. Cette façon d’agir sur les zones réservées et sur la forêt est une défiance. Toutes les dispositions seront prises pour que ceux qui partent dans ce sens sachent qu’il y a un Etat. Nous n’accepterons pas que les gens de façon volontaire décident impunément d’agir, de faire ce qu’ils veulent sur les terres appartenant à l’Etat. Nous allons très prochainement faire des communiqués pour que tout le monde comprenne qu’il n’est plus question de faire des lotissements sans l’autorisation du Ministère de la Ville de l’Aménagement du Territoire », a-t-il ajouté.

A la question de savoir s’il détient des moyens pour atteindre ses ambitions, le ministre a tenu à préciser : «Moi, je n’ai pas d’ambitions. C’est le Président de la République qui a des ambitions et c’est lui qui nous charge des missions. Comme je le disais, il y a une volonté du chef de l’Etat de faire en sorte que le cadre de vie du guinéen soit amélioré. Donc, c’est une vision du Président de la République et nous ferons tout ce qui est possible pour que cette vision soit respectée. Je voudrais rassurer que nous avons le soutien du chef de l’Etat et même de la population. Parce que je suis conscient aujourd’hui que cette population n’aime pas voir une situation comme celle qui s’est passée récemment en Sierra Leone.»

Plus loin, il a annoncé que la délimitation de ces zones occupées est imminente. « Une fois que la délimitation de ces zones sera faite, nous allons prendre des dispositions pour que des maisons qui se trouvent dans ces zones interdites soient complètement dégagées. Les marquages  vont continuer jusqu’à dans 48 heures et après des décisions vont être prises pour que tous ceux qui se trouvent dans ces zones soient dégagés. »

De son côté, le Haut Commandant de la Gendarmerie Nationale a rassuré de l’engagement et la détermination de ses hommes à appuyer les services du département de la ville et de l’aménagement du territoire afin, dira-t-il que ces zones occupées soient immédiatement dégagées. « Comme vous le savez, la Gendarmerie Nationale est à l’avant-garde de toutes les opérations de sécurisation et de récupération des domaines qui appartiennent à l’Etat », dira-t-il, avant d’annoncer que ses services vont mener des enquêtes approfondies sur les responsabilités des uns et des autres dans cette affaire », dira entre autres le Général Ibrahima Baldé.

Par Youssouf Keita  

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires


TAG


Laisser un commentaire