Lettre ouverte au président de la République : « vous devez éviter l’effet pervers d’un mauvais entourage »

Siguiri le 10 Sept 2017-

LETTRE OUVERTE A MONSIEUR LE PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE DE GUINÉE

Excellence Monsieur le président,

Je me permets de vous écrire cette lettre ouverte et citoyenne pour partager avec vous mon appréciation de l’état de la nation et surtout des observations afin de contribuer au redressement de notre patrie bien aimée, la Guinée.  

Cher président,    

La situation nationale actuelle de notre pays mérite et nécessite une refondation de la gouvernance. Vos récentes nominations sont venues amplifier ce besoin de réforme de la situation politique et économique, par la responsabilisation d’hommes et de femmes rompus à la tâche, patriotes avec des expériences confirmées de gestion des affaires publiques.

 A mon sens, L’actuel gouvernement a suffisamment démontré ses limites. Il est urgent d’insuffler du sang neuf à l’exécutif et pour ce faire, vous devez  changer vite et bien de fusil d’épaule sinon, vous risquez de ne pas avoir d’arguments pour justifier les contreperformances de votre régime à presque 2 ans de la fin de votre deuxième et dernier quinquennat (2015-2020).

Excellence Monsieur le président,

Vous le savez plus que quiconque que la situation nationale de ces dernières années est marquée par des difficultés à amorcer la relance économique, à qualifier et dépolitiser l’administration publique, et à assurer le bien-être aux citoyens malgré quelques efforts fournis. Au plan politique, c’était plutôt une avalanche d’actes de défis contre l’autorité de l’Etat à travers des grèves, des marches et des manifestations intempestives.

 Pendant ce temps, Excellence Monsieur le président, de Conakry à Nzérékoré en passant par Siguiri et Kankan, j’ai observé le quotidien des citoyens, j’ai échangé et discuté avec eux dans les Grains, les café bars … mais pour dire vrai, vous êtes caricaturé par l’opinion publique comme un moteur diesel, lent à amorcer la vitesse de croisière et qui manque de volonté ferme d’aboutir vite à des résultats concrets dans les actions de développement national. Oui ! Monsieur le président, c’est ça l’impression de la majeur partie des guinéens contrairement à ce que vos soit disant « fidèles » vous raconte et vous chante nuit au jour alors qu’en réalité ils sont tout sauf ce que vous pensez d’eux.

J’ai beaucoup entendu, beaucoup vu et beaucoup vécu, ils disent que je suis trop critique de votre régime et de votre gouvernance, je ne répondrai jamais à ces personnes mais une chose est claire, celui qui ose dire les choses telles qu’elles sont à un chef l’aime plus que celui qui passe par tous les moyens même le plus détesté et le plus indigne pour se faire plaire à tout prix au chef. 

Excellence monsieur le président,

Vous devez éviter l’effet pervers d’un mauvais entourage. En Guinée, il est de coutume de déclarer que le président est bon, mais c’est son entourage qui est mauvais. Il s’agit là en fait, d’une insulte au président lui-même car, votre responsabilité est pleinement engagée dans la qualité des hommes et femmes qui vous entourent, pour lesquels, vous devez opérer des choix basés sur la probité, la compétence et l’ardeur au travail. Il est plus que jamais temps, que vous mettez activement en œuvre, l’image d’homme de paix et de rassemblement dont vous êtes crédité. Vous devriez éviter d’être l’otage des ressortissants d’une seule région ou d’un clan restreint qui sont devenus des supers riches alors que le pays traverse une pauvreté indescriptible.

En votre qualité de président de tous les Guinéens, il convient que vous devez veiller au développement de tout le pays , en responsabilisant les citoyens en fonction de leurs compétences et mérites, sans discrimination de leur appartenance politique ou régionale et prendre en compte les critiques et propositions pertinentes des déférentes composantes de la nation dans l’intérêt général. Les membres du gouvernement et les hauts cadres de l’administration doivent bannir à jamais de leurs propos et comportements, l’arrogance, l’orgueil, le mépris, le mensonge et la corruption qui ont longtemps été des causes de la mauvaise gestion, de la haine et de la division sociale en guinée.

Excellence monsieur le président,

Le Premier ministre Mamady Youla n’a pas eu la tâche facile car, dès son arrivée, il a été accusé à tort, de ne pas connaitre les réalités du pays. Mais au fur et à mesure, le Premier ministre s’est avéré comme étant un personnage qui n’a pas une carrure politique, avec un langage souvent maladroit. Il n’arrive pas à imprimer la personnalité qui sied pour un chef de gouvernement, qui n’est visiblement pas la fonction qui lui convient, mais plutôt dans les mines qu’il a longtemps été. Il faut savoir néanmoins rendre hommage à monsieur YOULA, pour sa bonne volonté d’apporter sa contribution au développement de la guinée. Il a fait de son mieux et est parvenu à ses limites.

Il est donc temps, que vous trouvez un autre Premier ministre plus actif et efficace, pour impulser votre projet de société dont, la concrétisation se fait fortement attendre. Une attente en termes de logements décents pour les populations, de santé, des infrastructures routières, la sécurité, l’autosuffisance alimentaire … qui tardent trop à voir le jour, la promotion d’emplois et de micros crédits, pour les couches sociales exclues du secteur bancaire traditionnel pour insuffisances de garanties etc…

Excellence monsieur le président,

L’espoir était grand avec votre arrivée au pouvoir depuis 2010, de voir la guinée se relancer sur la voie du développement économique et social et de la prospérité pour le bonheur de sa population.  Mais Le constat est que les guinéens sont dans le doute et vivent dans la précarité croissante, dans l’anxiété et les lendemains sont incertains.

 La situation aurait été moins inquiétante si une dynamique d’inversion était perceptible. Ce n’est certainement pas le cas pour le moment, et le pays s’enfonce dans la précarité. Aux hésitations, tâtonnements et tergiversations qui caractérisent le style de gouvernance de votre équipe et de vous-même.

La Guinée a besoin de tous ses enfants et le contexte actuel exige plus que jamais, que l‘on mette l’homme ou la femme qu’il faut à la place qu’il faut, au moment qu’il faut. C’est ensemble que nous pourrons faire de cette guinée un havre de paix, de stabilité, de sécurité et de bonheur où l’autorité de l’Etat sera restaurée, l’incivisme et les comportements anarchiques seront éradiqués, et le mieux vivre ensemble redeviendra notre culture.

Excellence monsieur le président,     

Il va falloir mettre de l’ordre dans la maison « Guinée » dans tous ses compartiments ; il va falloir sévir pour que plus aucun dossier ne dorme dans les tiroirs ; il va falloir démanteler les réseaux de corruption ; il va falloir sacrifier quelques-uns pour sauver toute la nation ; il va falloir que vous soyez un Président-leader, un meneur d’hommes exceptionnels ; un véritable père de la Nation ; qui ne recule devant rien ; même pas devant la lourdeur de l’administration.

Par conséquent, cher président, vous devrez rester très vigilant pour ne pas être l’otage de personnages opportunistes politiques et de la société civile, mus par des intérêts bassement matériels, sans expériences et compétences confirmées dans la conduite des affaires publiques. Ces genres de personnages ne peuvent pas vous aider à atteindre des résultats concrets et rapides dans la mise en œuvre de votre programme de gouvernance.

 Excellence monsieur le président,    

J’ai espoir que ce pays sera transformé, métamorphosé pour le bonheur de tous les Guinéens. Je rêve d’un pays bien gouverné, bien dirigé, qui ouvre les bras à ses fils et filles.

L’espoir est bien permis mais il faudrait que chacun apporte sa pierre à la construction de l’édifice, à travers les bons comportements, la discipline et nos pensées positives.

Vive la Guinée ;

En avant pour l’émergence ;

DORAH ABOUBACAR KOITA

JURISTE ET ACTIVISTE DE LA SOCIÉTÉ CIVILE

aboukoita@gmail.com

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires




Laisser un commentaire