Pas d’élections locales en 2017 : Faya Millimouno du BL se dit ne pas être surpris

La 15ème session du comité de suivi de l’accord politique du 12 octobre 2016 s’est tenue hier lundi au Petit Palais. Une session au cours de laquelle on a fait comprendre, implicitement, que les élections communales ne peuvent pas se tenir en 2017, parce que la CENI a besoin de 120 jours pour exécuter ses activités. Joint au téléphone ce mardi par la rédaction de Mediaguinee, le président du Bloc Liberal(BL), Dr Faya Millimouno, a déclaré : « ça ne nous a pas étonné. C’est juste ce que nous avons déjà prévu depuis quelques mois. »

Et de poursuivre : « Je crois que c’était un secret de polichinelle. Depuis janvier 2016, on savait que l’argent n’a pas été prévu dans la loi de finances 2017 pour aller aux élections en 2017. Cela est connu. Nous, nous avions dit au moment où le projet de loi avait été soumis en fin 2016, qu’il n’y avait pas d’argent, les plus fulminés nous ont dit, ‘’non l’argent avait été prévu en 2016 et donc ça sera reporté en 2017 « . En matière d’écriture comptable, si un budget a été prévu et qu’il n’a pas été utilisé, il faudrait faire en sorte que l’argent soit en l’état transféré ou reporté directement sur une autre année pour qu’une dépense soit fixée. Donc, depuis tout ce temps, il n’y a rien qui a été fait pour que l’argent soit obtenu pour l’organisation des élections. La CENI, récemment, a présenté un budget de 336 milliards pour l’organisation des élections locales alors que le budget rectificatif sur lequel l’assemblée nationale est en train de discuter ne prévoit que 115 milliards. La différence c’est plus de 200 milliards. Comment peut-on rêver que les élections vont être organisées en 2017 ? Quand il n’y a pas l’argent, c’est l’honneur et la guerre. Maintenant pour le cas des 120 jours, à mon avis, on n’a pas tellement de temps dans la mesure où tout dépend de quand on va commencer le compte à rebours. C’est-à-dire que la CENI nous dit qu’il a 120 jours d’activités incompressibles. Mais ça peut commencer demain, comme ça peut commencer dans 2 ans. Donc pour moi, le nombre 120 jours, ce n’est pas ça l’enjeu principal. L’enjeu principal c’est l’argent. Et, il n’y a pas de volonté politique de la part du président de la république et du gouvernement. Et de l’autre côté, nos amis qui sont dans l’opposition et qui sont à l’assemblée nationale ne semblent pas non plus dénoncer cette situation suffisamment pour arriver à obtenir de l’argent nécessaire à l’organisation des élections. Donc, ça ne nous a pas étonné. C’est juste ce que nous avons déjà prévu depuis quelques mois ».

Elisa Camara  

+224 654 95 73 22

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires




Laisser un commentaire