L’administration Trump met à exécution ses menaces : pas de visas pour les officiels guinéens à partir de ce mercredi

Coup de massue. L’administration Trump a finalement mis mercredi à exécution ses menaces contre les pays jugés pas coopérants pour le renvoi de leurs ressortissants en situation irrégulière aux Etats-Unis. L’annonce a été faite par l’Ambassade américaine à Conakry.

« A compter du 13 septembre 2017, l’ambassade des Etats-Unis met un terme à la délivrance des visas B, F, J, et M aux officiels Guinéens ainsi qu’aux membres de leurs familles proches, avec quelques exceptions limitées.  Selon l’article 243 (d) de la Loi sur l’Immigration et la Nationalité, à la requête du Secrétaire à la Sécurité Intérieure pour cause de refus d’un pays en particulier d’accepter ou de retarder de manière déraisonnable le retour de ses ressortissants, le Secrétaire d’Etat doit ordonner aux officiers consulaires de suspendre la délivrance des visas jusqu’à ce que le Secrétaire à la Sécurité Intérieure l’informe que le pays en question a accepté le retour ces individus », dit le communiqué de l’Ambassade des USA à Conakry. Soulignant que « si vous êtes concernés par cette mesure de suspension de visa, mais choisissez de demander le visa, nous procéderons à votre interview mais ne serons pas en mesure de vous délivrer le visa jusqu’à la levée de la mesure de suspension. Veuillez en tenir compte avant toute demande de visa, s’il vous plait. Les frais de demande de visa ne seront pas remboursés. »

Récemment, le porte-parole du Ministère américain de la Sécurité intérieure, Dave Lapan, cité par CNN, avait déclaré en août dernier que l’administration Trump imposera des sanctions sur les visas pour quatre pays -dont la Guinée- accusés de refuser de coopérer pour le rapatriement de leurs ressortissants étrangers jugés illégaux aux États-Unis.

Les quatre pays- le Cambodge, l’Érythrée, la Guinée et la Sierra Leone- sont désignés par les États-Unis comme « récalcitrants » parce qu’ils refuseraient ou retarderaient le rapatriement de leurs citoyens sortis des prisons américaines après que les États-Unis aient essayé de les expulser.

Les Etats-Unis avaient établi une liste d’au moins 23 pays qui refusent de coopérer après avoir reçu l’ordre de quitter les États-Unis, après avoir commis des délits y compris un grand nombre de criminels violents.

Et comme les nuages qui annoncent la pluie, l’ambassadeur des Etats-Unis en Guinée Dennis Hankins a indiqué lundi sur Espace fm que «chaque mois, nous donnons une liste de trente personnes qui sont prêtes à être rapatriées en Guinée. Et selon les accords, chaque pays a trente jours pour dire si oui ou non ils sont des citoyens de notre pays. Parce qu’il y a des gens qui sont déjà enregistrés au niveau de l’ambassade guinéenne. Donc, ils sont libres de reconnaître ces gens ou pas ».

Poursuivant, il indique que son pays sait que des Guinéens -pas nombreux- passent aussi par la frontière mexicaine.

« Nous savons qu’il y a des Guinéens qui passent à travers notre frontière avec le Mexique. Alors dans ce cas, il y a la possibilité de voir des gens qui sont rentrés sans document mais, cela est un petit pourcentage. Nous sommes donc prêts à travailler avec le gouvernement [guinéen] pour ce petit groupe de gens qui ne sont pas rentrés avec un passeport. Mais pour les autres, on ne peut rien faire parce qu’ils sont entrés avec un passeport guinéen », insiste l’Ambassadeur Hankins.

Selon AlloConakry, l’ambassadeur de Guinée à Washington a confirmé avoir reçu copie de la décision, regrettant que ses réponses [positives] à l’ensemble des listes n’aient pas été prises en compte par les Américains.

“On ne comprend pas le motif de cette sanction”, a déploré le diplomate Mamady Condé non sans réitérer la position de son pays à poursuivre le dialogue avec les autorités américaines pour une solution rapide et bénéfique pour les deux nations, en relation depuis 1959.

———————-

Sont concernés entre autres par ces types de visas (B, F, J et M), athlètes, amateurs et professionnels (participant pour des Prix monétaires uniquement), visiteur d’affaires, voyage touristique, employés domestiques ou nourrices (devant accompagner un employeur de nationalité étrangère), participants au programme d’échange (professeurs, chercheurs, enseignants), médecins et aussi des étudiants.

Mamadou Savané

+224622290565

 

 

 

 

 

 

 

 

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires




Laisser un commentaire