Bantama Sow aux artistes : « vous devez vous battre pour la paix et la cohésion nationale et non pour faire de la politique »

Ce vendredi 29 septembre, le ministre des Sports, de la Culture et du Patrimoine Historique, Sanoussy Bantama Sow a rencontré  l’ensemble des artistes, musiciens et humoristique de Guinée à la Payotte située au quartier Camayenne à Conakry. L’objectif de cette rencontre  était d’échanger sur des questions préoccupantes du monde de la culture guinéenne.

Dans son discours, le porte-parole des artistes, Moussa Moise Camara, sociétaire du Sofa de Camayenne a expliqué : « Mon ministre, ici nous sommes obligés de vous dire toutes les vérités, parce que vous êtes à côté de notre président de la république. La culture est une situation à connaitre de tous les responsables guinéens parce que c’est là l’identité de la nation. Vous avez vu sur ce podium des artistes guinéens en train de faire des démonstrations, ils sont tous petits en Guinée mais sortez vos artistes un peu en dehors de la Guinée, vous les verrez brillants. Ils (les artistes) ont les premiers prix dans le monde, je commence par les balais nationaux. La guinée est un patrimoine historique, tous les ports négriers de la Guinée, il faut les visités et les restaurés ».

Poursuivant, il a précisé : « ce que je vais vous demander, c’est votre aide auprès du président de la république pour que les artistes connaissent leurs droits, le droit d’auteur qu’on doit leurs affectés tous les ans. Nous vous connaissons capables  et nous vous pousserons à être capables. Nous sommes là pour vous dire la vérité et on vous dira toute la vérité », a-t- ajouté.

En réponse, le ministre Bantama Sow a tenu à préciser à ses hôtes: « Vous avez énumérez un certain nombre de problèmes que vous avez. Mais, je vous rassure que j’ai déjà entendu ça avec ISTO et Jeannot. Ils connaissent exactement les problèmes auxquels la culture guinéenne est confrontée. Il y a l’assurance pour les artistes. Dans les conditions normales pour s’assurer, chaque artiste doit payer quatre cent mille franc guinéen, mais le président de la république a donné un montant, soit la moitié de ce que chaque artiste doit payer. Donc, chaque artiste doit payer désormais deux cent milles franc guinéen. En plus de l’assurance, nous avons crée des fonds d’aide aux artistes parce qu’il faut reconnaitre qu’aujourd’hui, quand vous circulez dans le pays, vous rencontrez des personnes qui ont fait la fierté de ce pays qui marchent, vous ne pourrez pas les reconnaitre. Ils tirent le diable par la queue. »

Plus loin, le ministre a invité les artistes à s’unir dans l’intérêt de la nation: « Il faut que les artistes s’unissent et vous devez soutenir le régime. Dans tous les pays, la plupart des artistes sont avec les régimes. Si vous voyez les petit-Condé qui organisent des grands concerts à l’esplanade du palais du peuple, c’est parce qu’il y a la paix. La dernière fois, je suis passé à la payotte, ici. Le célèbre Papa Kouyaté a dit  » si la Guinée est arrivée là où elle est aujourd’hui, c’est parce que les artistes ont soutenu la Guinée dans toutes les épreuves, ils ont soutenu le régime de Sékou Touré et le régime de conté ». Votre mission est que vous devez vous battre pour la paix et la cohésion nationale, mais dès que l’artiste, tu fais la politique, tu divises la population parce que si petit Condé est d’un côté et Fatou Linsan de l’autre coté. Chacun va diriger de son côté et les fans aussi seront divisés. Ne faites pas çà et servez surtout la Guinée. Le pouvoir, c’est le bon Dieu qui donne. Celui qui vient, vous l’accompagnez, vous le soutenez jusqu’à ce qu’il part, personne n’est éternelle. »

A rappeler qu’après cette rencontre  de la payotte, le ministre Bantama Sow s’est encore rendu au musé national  de sandervalia pour rencontrer l’alliance guinéenne pour la danse et la percussion. De là, il (le ministre Bantama) a encore réitéré son engagement à accompagner ces groupes artistiques qui sont souvent dans les oubliettes en Guinée.

Elisa Camara

+224 654 95 73 22

 

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires


TAG


Laisser un commentaire