Conakry : la Première Dame Hadja Djènè Condé mobilise les femmes guinéennes en faveur de la paix

La salle historique du 28 septembre du palais du peuple a servi de cadre ce dimanche 8 octobre 2017, à la tenue des travaux de la journée de concertation des femmes sur la paix. C’est une Initiative du cabinet de la Première Dame de la République qui vise selon nos informations à impliquer les femmes guinéennes de toutes catégories sociales dans le processus de mise en œuvre d’un climat de paix sur l’ensemble du territoire national guinéen.

Placée sous le thème principal « la femme guinéenne au service de la paix », cette rencontre de concertation a regroupé des centaines de femmes et c’est la Première Dame de la République, entouré par des présidents d’institutions républicaines, des représentations des partenaires et de plusieurs autres invités de marque qui a donné le coup d’envoi des travaux de ladite journée de concertation.

Trois thématiques à savoir dynamique des conflits en Guinée, rôles et responsabilités des femmes dans la Résolution pacifique des conflits, résolution 1345 et connexes : niveau de mise en œuvre et défis ont été largement élucidées au cours des échanges.

Pour la présidente du Conseil Economique et Social (CES), Hadja Rabiatou Sérah Diallo, la femme guinéenne « n’a pas de couleur, ni race, ni religion et pour préserver la paix, il faut nous concerter », a-telle précisé, avant de saluer l’initiative du cabinet de la Première Dame.

Selon la présidente de la COFIG-DCPD, Dr Makalé Traoré, chaque femme guinéenne doit se considérer comme responsable de la préservation de la paix et qu’elles doivent avoir des attitudes de la paix au delà des mots, des discours et de toute appartenance politique. « Si nous perdons cette mission, notre raison d’être n’aura pas de sens. Car, nos devanciers ont toujours réussit dans leur combat de maintien de cette paix dans notre pays », a-telle insisté.

????????????????????????????????????

De son côté, Elhadj Djeriba Diaby, ambassadeur de la paix a appelé les Guinéens à s’aimer, se pardonner pour le développement de la Guinée. Selon lui, la Guinée n’a pas connu de guerre. Mais, dira-t-il, il existe quelque chose dans ce pays qui est plus dangereux que la guerre. « Cette chose s’appelle la haine. Donc, il est tant que les Guinéens se réveillent et s’acceptent parce que si les hommes ne peuvent pas faire la paix ou prôné la paix, pourquoi pas les femmes ? », s’est-t-il interrogé.

Dans son intervention de circonstance, la Première Dame de la République a tout d’abord demandé à l’assistance d’observer une minute de silence en la mémoire des femmes qui se sont battues pour la libération de la Guinée du colonialisme. Elle a en outre rendue un vibrant hommage à la femme guinéenne et les religieux.

Plus loin, elle a mentionné que la femme guinéenne est et doit toujours être au service de la paix en Guinée. Selon elle, en organisant cette journée, elle s’est fixé pour objectif de pouvoir impliquer les vaillantes femmes de Guinée à la sauvegarde de la paix et au raffermissement du tissu social durement éprouvé ces derniers temps.

Par Youssouf Keita

+224 666 48 71 30

 

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires




Laisser un commentaire