Célébration de la Journée de la Jeune Fille : le président Alpha Condé cède son fauteuil pour 30mn à une jeune fille

A l’instar des autres pays du monde, la Guinée a célébré la Journée internationale de la Jeune Fille ce mercredi 11 octobre à la Bleuezone de Kaloum. C’était sous la présidence de la Première dame de la République de Guinée, Hadja Djené Kaba, avec le thème ‘’Autonomisons les filles : avant, pendant et après les crises ».

Au cours de la célébration de cette Journée, les fonctions de président de la République de Guinée et de président en exercice de l’Union africaine ont été assurées par la jeune Aïssata Tafsir Camara, en présence de plusieurs membres du gouvernement et des partenaires techniques et financiers de la Guinée.

Dans son discours, la ministre de l’Action sociale, de la Promotion féminine et de l’Enfance, Mariam Sylla, a rappelé : « Le thème international de l’édition de 2017 s’intitule : ‘’Autonomisons les Filles : avant, pendant et après les crises’’. Evocateur par son titre, ce thème semble pourtant avoir une signification particulière dans notre pays. Il n’est plus un secret pour personne que plusieurs indicateurs d’autonomisation des filles positionnent notre pays à une place de premier plan peu reluisante. Nous figurons malheureusement parmi le peloton de pays qui exercent des pratiques affectant les droits inaliénables des filles, notamment les mutilations génitales féminines, les viols ou les mariages précoces. Pourtant, l’heure n’est plus à la simple dénonciation caricaturale ou à l’instrumentalisation des statistiques à des fins propagandistes. »

La ministre de l’Action sociale a ensuite précisé ceci : « Des résultats encourageants, tels l’accès et la réussite scolaires des filles, sont enregistrés ces dernières années. Malgré la résistance, les lignes semblent bouger et ce, même en zone rurale ou parmi les groupes analphabètes. Parler d’égalité de sexes ou d’autonomisation des filles n’est plus considéré comme un sacrilège mais plutôt comme une revendication légitime. »

De son côté, Séraphine Wakana du Système des Nations unies a indiqué : « Le pays possède l’un des taux de mariages précoces les plus élevés dans le monde. 54,6% des filles se sont mariées avant leur 18ème année et 29% avant l’âge de 15 ans. Aussi, les études montrent que le risque de mourir de causes liées à la maternité est très élevé chez les femmes de moins de 20 ans que chez les femmes entre 20 et 30 ans. »

Au nom de son institution, le directeur pays de Plan-Guinée, Amavi Akpamagbo, a remis un rapport sur la situation de la jeune fille. Un rapport qui est composé de témoignages de plusieurs filles du pays.

Après avoir reçu ce mémorandum, la Première Dame de la République, Hadja Djené Kaba, a réitéré aussi son engagement à accompagner cette lutte engagée par Plan international, à savoir la lutte pour la promotion de la jeune fille. « C’est pourquoi, consciente de mon engagement à promouvoir et à protéger les droits des femmes et filles, la fondation Prosmi, que j’ai l’honneur de diriger, s’inscrit dans le cadre des plaidoyers pour la mobilisation des ressources  à travers des programmes et projets conformément aux attentes de la campagne mondiale parce que je suis une fille. », a-t-elle indiqué.

Elisa Camara

+224 654 95 73 22

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires




Laisser un commentaire