Depuis Kérouané, Amadou Damaro Camara réagit : ‘’la situation s’est calmée. Les doléances ou revendications des populations ont déjà été transmises au chef de l’Etat’’

Suite à la manifestation qui secoue la ville de Kérouané depuis quelques jours, la rédaction de Mediaguinée a contacté, dans la soirée du jeudi, le président du groupe parlementaire du RPG Arc-en-ciel, Amadou Damaro Camara, qui y séjourne actuellement. Il nous a fait le point de la situation. Avant d’annoncer une concertation ce vendredi entre la population et les autorités.

« Je suis arrivé ici le mardi dernier. Déjà à Kankan, on s’est concerté avec le gouverneur. Entre-temps, on m’a annoncé le décès du Sotikèmo de Damaro (…). Le mercredi, c’est aussi le jour du marché hebdomadaire de Kérouané. Nous avons demandé de laisser la population aller faire son marché le mercredi et que le jeudi, c’est-à-dire aujourd’hui, on allait avoir un meeting avec la population pour comprendre les problèmes qu’elle pose. Moi, je suis intervenu sur la radio rurale. Toutes les parties, en tout cas intéressées par la grève relative à la route, ont accepté. Ils ont même fait un communiqué pour inviter tout le monde à la maison des jeunes, ce matin », a réagi l’honorable Damaro Camara depuis Kérouané.

Ils ont demandé à ce que je prenne une moto pour quitter les lieux. J’ai dit non. Si je dois mourir, je dois mourir ici, mais je ne vais pas les fuir, ce sont mes enfants

Il fait toutefois part de son étonnement par rapport à la suite des événements. « Vers 03 heures du matin, ce sont des enfants des écoles primaires et secondaires qui ont passé toute la nuit à danser. Cela a été organisé par certaines personnes pour empêcher le meeting d’aujourd’hui [jeudi, 12 octobre]. Quand on me l’a dit, j’ai essayé d’aller à la rencontre de ces jeunes. J’avoue que j’ai été surpris par l’âge de ces jeunes. J’ai essayé de m’adresser à eux. Pendant que certains demandaient à ce que tout le monde se taise pour m’écouter, d’autres se versaient l’eau et se roulaient par terre ou prenaient la poussière pour mettre sur eux-mêmes. Pendant 30mn, je n’ai pas réussi à les raisonner. Vous pouvez vous imaginez déjà quand les enfants agissent comme ça, à se salir eux-mêmes comme ça, ils ne sont pas prêts à écouter. Alors, ils ont commencé à jeter les sachets d’eau. Et aussitôt, les plus grands ont fait un cordon autour de moi tout de suite. Ils ont demandé à ce que je prenne une moto pour quitter les lieux. J’ai dit non. Si je dois mourir, je dois mourir ici, mais je ne vais pas les fuir, ce sont mes enfants. Je tiens à leur parler parce qu’ils ne savent même pas pourquoi ils sont dans la rue.  Nous avons marché pendant au moins 1km, du carrefour jusqu’à ma maison. Le cordon était autour de moi. J’ai marché normalement jusque là-bas. Ça insultait ‘’négociation zéro’’, ‘’délégation zéro’’.  On sentait que c’était des mots dictés à ces enfants. Il n’y avait pas un seul adulte parmi eux. Il n’y avait pas un seul qui avait 19 ans. »

Je vois des images de lundi où toute la population était sortie, on manipule comme si c’était des images d’aujourd’hui, ça n’avait rien à voir

Parlant des images de la marche dans la ville de Kérouané, qui circulent sur la toile, l’honorable Amadou Damaro Camara a précisé : « Je vois des images de lundi où toute la population était sortie, on manipule comme si c’était des images d’aujourd’hui, ça n’avait rien à voir. Et ce groupe aussi qui a fait ça n’était pas du tout d’accord avec ceux qui ont organisé la marche pacifique du lundi passé.  Alors, ils sont venus chez moi. Quand je suis entré dans ma cour, ils ont jeté des pierres sur les tôles. Après, quelques minutes, ils se sont retournés, ils se sont dispersés. Alors, ce soir le gouverneur est entré probablement. C’est la situation. Tous les barrages qu’ils avaient mis, ils les ont aussitôt levés. Puis, après mon passage, les uns et les autres ont commencé à venir pour dire non, nous on ne nous a pas dit ça ; non, ce n’était pas nous. Certains mêmes qui ont jeté des pierres, on leur a demandé pourquoi ils faisaient ça, ils ont dit non, on ne sait pas, on nous a dit de le faire. Voilà un peu ce qui s’est passé. La situation s’est calmée et nous allons les écouter demain [vendredi, 13 octobre, ndlr]. Et après l’écoute, même si nous avons une quelconque réponse, les informations que nous avons, nous allons les leur donner.  Et les doléances, les revendications ou leur plateforme ont été déjà transmises au chef de l’Etat. »

 Elisa Camara

+224 654 95 73 22

 

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires




3 thoughts on “Depuis Kérouané, Amadou Damaro Camara réagit : ‘’la situation s’est calmée. Les doléances ou revendications des populations ont déjà été transmises au chef de l’Etat’’

  1. Keoulen komo

    Le loubard politique a eu chaud.
    Pour paraphraser Abraham Lincoln on peut tromper une partie du peuple tout le temps mais jamais tout le peuple tout le temps.Continuez à nier l evidence.
    LE PROGRES EN MARCHE .HA HA POUR VOUS ET POUR VOS FAMILLES.

    Repondre
  2. Observateur

    Cellou Dalein n’a aucune consideration aux femmes guineennes pour avoir meuble son cabinet sans femme mais seulement il a ramasse dans la poubelle du president Alpha. Dans la poubelle on y trouve Makanera, Papa Koly, Jean Marc etc

    Repondre
    1. Diallo Soul

      @Observateur pauvre haineux tu devrais comprendre que Cellou n’est pas un parti politique. Pout toi et ta gangue des haineux devriez comprende qu’on peut entrer dans la politique en vedette mais sortir en vedette demande beaucoup des réussites. L’article parle des sauvages de Kérouané et non de Cellou. Ce n’est pas pour rien que meme votre mentor Alifa le grimpeur vous considère comme des phéneants. Il n’y a pas d,Etat en Guinée. Comment peut -on laisser les enfants de moins de 18 ans saccagés tout dans leur passage par tout en Guinée. C’est devenu la mode en Guinée. Tantôt on manifeste pour le manqué de courant ou le prix des ignames à kanakan siguiri etc—.
      Ces phénomènes sociaux doivent être analyses afin de comprendre les causes et de les prevenir.
      Pauvre haineux rester à accuser sans se soucier des causes de ces mouvements. Un gouvernement digne doit faire cette analyse mais malheureusement ne sait pas ou ne veut pas ou bien ne peut comprendre que la dignité est l’harmonie entre le dire et le faire.

      Pauvre haineux la Guinée n’a pas besoin des gens comme toi.

      Ce pays a besoin de ses cadres , fils et filles unis et chaser les demons comme toi pour se developer .
      Vive la Guinée unie et prospère
      Diallo Soul

      Repondre

Laisser un commentaire