Moussa Moïse de Espace FM, convoqué par la Gendarmerie : Attention à ne pas rompre la tradition…

En balançant dans un des numéros des GG, des informations dites sensibles sur l’armée, Moussa Moïse Sylla, a fait une erreur dont aucun journaliste n’est exempt dans l’exercice de son métier. ‘‘Le journalisme n’est qu’un métier qui peut avoir de grosses défaillances’’, disait un journaliste chevronné.

Pour cette ‘‘défaillance’’, le média du jeune journaliste, Espace FM, a payé déjà un lourd tribut en restant pendant une semaine sans faire d’émissions. Privée ainsi d’annonces –frapper au porte-monnaie, n’est-il pas la plus sévère des sanctions qu’on puisse infliger à un grand média de la trempe d’Espace FM ? – ; privée aussi d’auditeurs a certainement été difficile à accepter par ce média populaire…

Comme si ces ‘‘supplices’’ ne suffisaient pas, la Gendarmerie convoque pour ce mardi, le journaliste. Les causes de sa convocation ne lui ont pas été signifiées. Mais tout porte à croire que c’est encore l’affaire des ‘‘informations sur l’armée’’ qui rebondit : l’agent judiciaire de l’Etat voudrait poursuivre au pénal le journaliste.

Nous ne commentons pas la décision de la HAC qui avait sanctionné radio Espace, nous ne fustigeons non plus pas la démarche qu’engage l’agent judiciaire de l’Etat.

Nous voudrions simplement attirer l’attention sur ce que, malgré tout ce qu’on peut reprocher au régime, aucun journaliste n’est en prison en Guinée. Ils exercent leur métier avec plus ou moins de ratés ; mais l’exercent librement. avec une liberté de ton pas ordinaire dans la sous-région. Ceci est devenu une tradition à ne pas rompre pour le bonheur de notre démocratie encore fragile compte tenu de son âge. Nous savons tous qu’il est de nos jours impossible de penser à une société démocratique sans liberté de la presse.

Engager une action pénale contre Moussa Moïse n’aura pour bénéfice que donner un coup à l’image démocratique de notre pays.

Ibrahima S. Traoré (guinee7.com)

 

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires




5 thoughts on “Moussa Moïse de Espace FM, convoqué par la Gendarmerie : Attention à ne pas rompre la tradition…

  1. Alpha oumar diallo

    Chaque jour que Dieu fait le peuple de Guinée decouvre le vrai visage du professeur president fondateur Magellan Conde. Apres tous les rates et promesses non tenues le leader bien aime du rpg ethnique s attaque a la liberte de la presse dans l optique de son Troisieme mandat. Cher president fondateur et leader eclaire le peuple de Guinée vous attend au tournant. A bon entendeur…

    Repondre
  2. Que de la verite triomphe

    Le journalisme c’est quoi?
    vous voulez que la democratie marche sur les autres en vous epargnant? Non
    Il faut le sanctionner sinon il fera le pire demain comme Ousmane Gaoul a fait.

    C’est la meme Radio qui avait traite tout les fils des foyers de poligamie de BATARDS et Lamine Guirassi n’a pas sactionne pourquoi.
    Pourquoi les journalistes tirent plus vite la democratie en Guinee plus qu’aux Etats unis ou en France?
    Le CHANGEMENT c’est tout le monde sinon la non saction de Moussa entrainnera le pire dans les medias.

    Repondre
  3. BALDE BOUBACAR

    À mon humble avis et en toute vérité,alpha Condé a commencé sa guerre contre les médias car en réalité,il ne supporte point les critiques en bon opposant historique.Il n’aime que les mamayas et les <>de bantama,hady ou encore malick sankon et kera au siège de leur parti.Espace etant relativement célèbre à travers les grandes gueules,IL FERA TOUT POUR LEUR FAIRE TAIRE….

    Repondre
  4. Mamadou Macka Sy

    Comme le ridicule ne tue pas en guinée sinon combien de criminels dans les corps habillés circule librement en guinée sans être inquiété. On veut faire taire les journalistes sur son projet suicidaire de troisième mandat. Mais attendons de voir le jour qui vivra verra. Ils n’ont qu’a faire ce qu’ils veulent l’histoire les rattrapera car après les chefs le chef c’est parmi nous. A bon entendeur salut.

    Repondre
  5. Sylla

    Ce n’est pas une question de liberte’ d’information.
    On demande simplement a ce soi disant journaliste d’apporter les preuves de ses propos.
    Ou est le probleme dans ca?
    Dans aucune democratie au monde il n’y a ce qu’on veut nous imposer en Guinee’:la liberte’ de colporter des mensonges.
    Il faut remettre cette affaire au Procureur William Fernandez.
    Si ce journaliste des grandes gueules n’a rien a se reprocher,il sera libere’.
    Mais s’il est coupable,toute l’armee’ doit prendre un fouet pour le chicoter jusqu’a ce que le mensonge quitte son corps. Pour tout bon!!!

    Repondre

Laisser un commentaire