Ce qui se passe réellement au sein de la SEG…

Pour comprendre la situation, revenons un peu à l’historique de cette situation en commençant par des banques de la place notamment UBA et NSIA Banque. A ce niveau, la question est simple à répondre, car, en l’absence des patrons de sociétés accusées, des comptes ont été ouverts au niveau de ces banques et aucune de ces signatures n’ont été reconnues par les propriétaires de ces sociétés. Aucune structure de contrôle n’a signalé les cas de détournement. Donc, aucun document ne justifie l’implication du Directeur Général de la SEG.

Pour le cas des licenciements dont parle le Directeur Général Adjoint de la SEG. Des cadres ont été licenciés suite à des comportements qui n’honorent pas la société.

-1er cas de licenciement : les sieurs André Kourouma et Jean Nyakoi Onivogui ont été appréhendés en flagrant délit de vol de carburant par la brigade mobile de gendarmerie.  Un comportement qui a été condamné par le conseil de discipline de la SEG.

-Deuxième cas de licenciement : Mr Francis Lama a déserté de la société après une formation en France, une désertion qui a failli mettre fin à la bonne coopération entre la SEG et l’AFD, financier de la formation et AGROS TECH, institution de formation. Là aussi, le licenciement n’est intervenu que plusieurs mois après la commission de l’acte. L’intéressé a tout dernièrement fait son mea-culpa.

-Troisième cas : Blaise Cécé Loua, sa collaboration au sein de l’entreprise représentait une menace pour l’intégrité physique de ses collaborateurs qui l’ont d’ailleurs signifié par écrit. Pour ce motif, son contrat à durée déterminée n’a pas été renouvelé.

Autres faits étonnants dont parle le DGA de la SEG : de l’augmentation du salaire de son DG. Il signale dans un courrier qu’il a adressé à son DG une différence significative entre eux sans parler des avantages dont il a bénéficié notamment la réforme de trois véhicules en sa faveur et l’embauche de son épouse dans la société.

Chers amis facebookers, faites votre analyse avant la suite de l’enquête, car, d’autres révélations prouveront l’acharnement du DGA sur son DG.

Charles André Kolié

——–

La Société des Eaux de Guinée (SEG) victime d’un virement frauduleux

Il y a eu un virement illégal constaté par Monsieur le Directeur Général de la SEG à partir de comptes domiciliés à :

– La Banque UBA au nom de l’Entreprise MATCO

– La Banque NSIA au nom de l’Entreprise ENCODI

Après ce constat, la SEG à travers son Directeur Général a officiellement informé par lettre en date du 02 Novembre 2017 Monsieur le Ministre de l’Energie et de l’Hydraulique (hiérarchie de tutelle) et Monsieur le Gouverneur de la Banque Centrale.

Il a aussi adressé un courrier au Directeur de l’Agence Principale de la BCRG ou les comptes de la SEG sont domiciliés l’informant, d’une opération frauduleuse constatée et pour dispositions à prendre afin de restituer les montants décaissés.

Monsieur le Directeur Général de la Société des Eaux de Guinée (SEG) a pris contact avec les deux Directeurs des Entreprises MATCO et ENCODI, ceux-ci lui ont confirmé de n’avoir pas de comptes dans les Banques précitées.

Ensuite il leur a demandé de mener des investigations sur l’existence de comptes ouverts en leurs noms.

L’Entreprise MATCO a saisi la Direction de la police Judiciaire (DPJ) Et l’Entreprise ENCODI a saisi à son tour la Gendarmerie pour des fins d’enquête.

En résumé la Société des Eaux de Guinée SEG a saisi son Avocat pour porter plainte contre X.

Les enquêtes sont en cours au niveau de la Société des Eaux de Guinée (SEG), de la BCRG, des Banques UBA et NSIA pour déterminer les circonstances et les mécanismes qui ont permis d’aboutir à cette malversation.

Cellule de communication de la SEG

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires




Laisser un commentaire