Grève des enseignants à Labé : des élèves en colère s’attaquent à la DPE et brûlent des pneus

Ils étaient des centaines d’élèves des écoles privées et publiques à sortir ce mercredi 6 décembre 2017, dans les rues de la commune urbaine de Labé pour manifester leur ras-le-bol, suite au manque d’enseignants dans les différents établissements scolaires de la cité sainte de Karamoko Alpha de Labé.

Ils scandaient des slogans hostiles au Président de la République et au ministre en charge de l’Education nationale du collège Hoggo-M’bouro jusqu’au  carrefour de hôpital préfectoral. En maîtres des lieux, les manifestants ont brulés des pneus, barricadé des routes par des grosses pierres et des véhicules abandonnés.

Ils (manifestants) ont aussi  pris d’assaut les locaux de la direction préfectorale de l’éducation (DPE) où en dépit des jets de pierres enregistrés, les vitres du bureau  de la directrice préfectorale de l’éducation et du responsable des ressources humaines ont été brisées.

Pour disperser les manifestants, les agents de l’escadron mobile numéro 8 et les agents de la CMIS  massivement mobilisés ont utilisé des matraques et des tires de gaz lacrymogène. Suite à cette altercation, certains des élèves ont été blessés.

Interrogé sur l’objectif cette manifestation, cet élève de la 12ème année sciences sociales au complexe scolaire Yacine Diallo a répondu : ‘’Ce matin nous sommes sortis pour déplorer la situation qui se passe ici à Labé. Puisque vous n’êtes  pas sans savoir qu’à Labé, il y a des écoles qui étudient  pendant que les autres n’étudient pas. Face à cette donne, les élèves des écoles publiques ont pris d’assaut notre établissement ce matin, puisque selon eux, c’est seuls nous les élèves des écoles privées qui étudions. Ils ont jeté des pierres sur la toiture et les enseignants ont pris la fuite. Nous aussi, nous sommes sortis pour suivre nos camarades. Donc,  cela nous a vraiment touchés. C’est pourquoi nous avons jugé nécessaire de sortir aujourd’hui pour manifester et pour montrer notre colère aux autorités compétentes. Surtout les faire part de leur négligence. On revendique la reprise normale des cours’’ a affirmé Daouda Diallo.

De son côté, Diallo Aissatou a tenu à préciser que l’objectif de leur marche est clair. ‘’Ça fait 3 semaines qu’on n’a pas étudié. Et vous-même, vous savez qu’ils ont exigé les compositions périodiques. Dans les conditions normales, on commence les compositions le lundi prochain et si on n’étudie pas c’est nous les candidats qui vont perdre. Le ministre peut prendre des sujets aux examens sachant que les élèves n’ont pas étudiés. Nous, on n’en a marre et on a trop souffert. Le ministre a ses enfants qui étudient à l’extérieur. Pendant ce temps nous, nous sommes là. Nous revendiquons qu’on nous laisse étudier dans la paix. Car, nous sommes les cadres de demain’’, a  conclut cette élève du complexe Hoggo-M’bouro.

Dans la foulé, le responsable du collectif des enseignants de Labé a demandé aux élèves de rester chez eux jusqu’à la levée du mot d’ordre de grève. Pour  le moment, aucune réaction n’a été faite par les autorités en charge de l’éducation de la région de Labé.

Affaire à suivre !

Tidiane Diallo, correspondant régional à Labé

+224 620 44 25 83

 

 

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires




Laisser un commentaire