Assemblée nationale : le ministre de la Défense nationale Dr Diané déplore la diminution du budget 2018 de son département

Les ministres du gouvernement Mamady Youla continuent de passer devant les députés pour la présentation de leurs interventions relatives à l’examen et à l’adoption de la loi de finances initiale 2018. Ce jeudi 7 décembre 2017, trois ministres dont celui de la Défense Nationale, Dr Mohamed Diané se sont succédé à la tribune pour leurs présentations respectives.

D’entrée, le ministre d’Etat à la Présidence chargé de la Défense Nationale a rappelé : ‘’créé par l’ordonnance N0 023/PRG du 16 décembre 1958 et modifiée par le décret No D/2014/09/PRG/SGG du 11 avril 2014, le Ministère de la Défense Nationale, sous l’autorité du Président de la République, participe à la conception, l’élaboration, la mise en œuvre et le suivi de la politique du gouvernement dans le domaine de la défense nationale. A ce titre, il est particulièrement chargé de garantir les intérêts majeures et vitaux de la nation’’.

Parlant de l’exécution du budget 2017, il dira que le budget alloué au Ministère de la Défense Nationale en 2017, s’élève à 1792 273 017 891 GNF. ’’L’exécution de ce crédit à la date du 5 décembre 2017 est à 98% soit un montant engagé de 1762 930 380 032 GNF’’, a-t-il mentionné avant d’affirmer que dans le cadre de l’investissement, des efforts importants ont été consentis par son département pour la construction, la rénovation, l’achèvement et l’équipement des infrastructures militaires.

S’agissant de l’avant projet de budget 2018, il a dit que conformément à la note circulaire numéro 0457/MB/CAB du 31 mars 2017 du ministre du Budget, ‘’les prévisions financières pour le Ministère de la Défense Nationale de l’année 2018 s’élèvent à la somme de  1526 701 502 000 GNF, contre 1792 273 017 891 GNF en 2017, soit une diminution de 15%, correspondant à la somme de 265 571 515 891 GNF’’. Il fera ensuite remarquer que l’allocation initiale de l’exercice 2017 avait fait l’objet de rallonge budgétaire pour permettre de résoudre les difficultés survenues.

‘’Le plafond de l’exercice 2018, tel qu’il est prévu par le cadrage budgétaire, nous expose à une situation plus compliquée, au regard de l’accroissement des charges incompressibles et des missions stratégiques du département’’, a prévenu le ministre.

Poursuivant, il a attiré l’attention des élus du peuple sur la loi de programmation militaire adoptée par l’Assemblée nationale et promulguée par le Président de la République en décembre 2014. Selon lui, cette loi de programmation militaire souffre toujours d’un début de mise en œuvre véritable. ‘’Or, sans son exécution correcte, la réforme du secteur de défense n’atteindra pas les objectifs attendus…’’

Plus loin, par opposition aux critiques selon lesquelles le Ministère de la Défense Nationale est un département dépensier,  Dr Diané de répondre : ‘’nous affirmons que les actions des forces de défense et de sécurité sont salvatrices et ne peuvent être chiffrées. Je termine en rappelant que la sécurité n’a pas de prix mais un coût. Et vous conviendrez certainement avec moi que sans sécurité, il n’y a pas de paix et sans paix, il n’y a pas de développement. C’est pour toutes ces raisons que je sollicite votre soutien pour nous permettre de disposer des ressources indispensables à l’accomplissement efficace des missions qui nous sont dévolues’’, conclut-il.

Youssouf Keïta, depuis l’hémicycle

+224 666 48 71 30

 

 

 

 

 

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires




Laisser un commentaire