Lélouma : des enseignants proches d’Aboubacar Soumah manifestent contre la mutation d’un des leurs à Mandiana

Dans la matinée de ce vendredi 9 février, des enseignants membres du mouvement syndicat libre des enseignants et  chercheurs de Guinée version Aboubacar Soumah ont pris d’assaut les rues de la commune urbaine de Lélouma, en Moyenne Guinée, pour protester contre la mutation d’un des leurs à Mandiana, qu’ils qualifient d’arbitraire.

Les grognards (manifestants) sont partis de la place des martyrs en passant par la préfecture via le Crédit Rural jusqu’ à la direction préfectorale de l’éducation (DPE). Avec des slogans hostiles aux autorités éducatives, ces enseignants en colère demandent le rétablissement sans condition de leur collègue, Ansoumane Diallo dans ses fonctions. Ils réitèrent également leur soutien à l’équipe dirigée par l’actuel secrétaire général Aboubacar Soumah, élu récemment par ses camarades syndicalistes.

Au téléphone de MEDIAGUINEE,  cet enseignant qui a souhaité grader l’anonymat, revient sur cette manifestation. ‘’Nous sommes en train de manifester et tous les enfants sont dehors (les élèves ndlr).  Nous sommes en train de faire une marche pacifique pour dire à nos autorités que trop c’est trop, on n’en a marre des mutations arbitraires et de l’injustice. On n’a commencé par la place des martyrs, nous avons longé l’allé et nous sommes venus jusqu’au niveau de la DPE. Nous avons fait là-bas cinq minutes en scandant des slogans hostiles à leur encontre pour que le DPE et ses collaborateurs comprennent que nous sommes fatigués des mutations arbitraires. De là-bas, on n’est venu à la préfecture et on est descendu au niveau du marché. On est actuellement sur le point d’aller vers l’hôpital pour enfin réunir les élèves au grand stade de Lélouma pour leur demander d’entrer à la maison…’’

Poursuivant son intervention, notre interlocuteur a déclaré que chaque année, ‘’les enseignants de Lélouma qui sont victimes de mutations arbitraires. Chaque année nos collègues sont mutés pour des raisons qui sont vides de contenu, on ne comprend absolument rien et cette année là en pleine année scolaire et pendant que Lélouma est en manque d’effectif, on mute un enseignant  pour la simple raison que il n’est pas du SLECG qu’ils qualifient légale. Pour l’instant, on est en train de les avertir et si l’avertissement ne va pas, nous allons user d’autres moyens pour nous faire entendre et on arrêtera les cours dans toutes les localités de Lélouma.’’

A noter que cette manifestation des enseignants de la préfecture de Lélouma de ce vendredi fait suite à la mutation en pleine année scolaire du secrétaire général du SLECG version d’Aboubacar Soumah à Mandiana par une décision signée du chef de cabinet du Ministère de l’Education Nationale, ElHadj Alhassane Diakité. ‘’Le seul crime qu’il dit avoir commis est le fait de soutenir Aboubacar Soumah’’, nous informe-t-on.

Le numéro 1 du SLECG dans la préfecture de Lélouma pointe un doigt accusateur sur Elhadj Ousmane Tannou Baldé, membre du bureau exécutif national du SLECG version ElHadj Souleymane Sy Savané. Des allégations que ce dernier (Ousmane Tanou Baldé) rejette.

Tidiane Diallo, correspondant régional à Labé

+224 620 44 25 83

 




2 thoughts on “Lélouma : des enseignants proches d’Aboubacar Soumah manifestent contre la mutation d’un des leurs à Mandiana

  1. Aboubacar sidiki Nabe

    Je me demande fort que veulent certains cadres guinéens. Nous sommes pauvres économiquement , plus plus pauvres nous le sommes en patriotisme, nous avons enregistré des morts pour obtenir les élections communales et communautaires au ment où les citoyens s’attendent aux résultats de leur vote ,il y’a des guinéens qui incitent à la violence et par ailleurs il y’a des éducateurs qui veulent aller en grève ,donc tenter d’éteindre le feu par l’essence. Il y’a même parmi ceux qui veulent être à la tête de ce pays poussent les guinéens à la révolte au lieu d’inviter les populations à la retenue et je me dis qu’ils veulent gouverner les cimetières. Regardez autour de vous et imaginez les conséquences de la guerre et que personne de nous n’a gagner dans la guerre. Un ministre ne peut plus affecter un cadre de son département ? La démocratie guinéenne est trop en avance dans ce cas ? Même en Amérique Trompe a remplacer des hauts cadres à la maison blanche. Arrêtez vos espiègleries égoïstes et permettez aux pauvres guinéens de chercher leurs nourriture dans la paix

    Repondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *