2è conférence des Etats membres de l’OCI : discours du vice-ministre turc des Affaires étrangères

A Istanbul, en Turquie, le 29 novembre dernier, une deuxième conférence des Etats membres de l’OCI sur la médiation a eu lieu. Voici en intégralité, le discours Yavuz Selim Kiran, vice-ministre des Affaires étrangères de la Turquie…

Excellences,

Ambassadeur Aldobeay,

Distingués participants des États membres de l’OCI, du Secrétariat de l’OCI et des institutions affiliées,

Chers universitaires et étudiants,

Mesdames et Messieurs,

C’est un honneur d’être ici aujourd’hui face à une audience si éminente et de prendre la parole lors de la deuxième Conférence des États membres de l’OCI sur la médiation.

Nous sommes ravis de vous accueillir tous ici à Istanbul, une ville englobant deux continents, berceau des civilisations.  

Un pied en Europe et un autre en Asie, Istanbul a été un refuge pour diverses races, religions, cultures et langues à travers l’histoire.

Dans le même temps, cette ville a régulièrement été l’hôte de nombreux événements internationaux importants, dont le tout premier Sommet humanitaire mondial, et d’innombrables autres.

Istanbul est également la ville dans laquelle nos séries de conférences ont commencé. Et nous sommes ravis d’organiser à nouveau la deuxième Conférence de médiation de l’OCI ici à Istanbul.

Comme vous le savez, l’OCI est la plus grande organisation internationale après l’ONU en termes de rayonnement géographique et de population. En tant que tel, il possède un potentiel énorme et un réel avantage comparatif pour la recherche mondiale de la paix et de la stabilité.

Cependant, nous ne pouvons pas ignorer les conflits et les tragédies humaines graves qui empêchent les États membres de l’OCI et leurs populations de vivre en paix.

Compte tenu de l’état actuel dans le monde de la situation politique minée par des crises et affaiblie, nous pouvons affirmer à juste titre que l’ordre fondé sur les règles internationales n’est plus en mesure de répondre aux besoins du monde et aux crises qu’il endure.

Notre monde a vu suffisamment d’effusion de sang et de larmes versées. La guerre en Syrie est entrée dans sa huitième année. Des centaines de milliers de civils ont été tués, des millions ont été déplacés. Au Yémen, un enfant de moins de cinq ans meurt toutes les dix minutes. La guerre en Afghanistan continue de faire des victimes, causant également une instabilité croissante dans la région.

Aujourd’hui, nous consacrons plus de temps et d’efforts à la résolution des crises pour sauver la situation, au lieu de nous attaquer aux causes profondes.

Le simple fait que le monde connaît le plus grand nombre de personnes déplacées de force depuis la Seconde Guerre mondiale nous montre que nous devons travailler bien plus ensemble.

Chers amis,

Malheureusement, le monde islamique n’est pas à l’abri des effets négatifs de ces défis mondiaux. Au contraire, nous assistons tous aux menaces mondiales actuelles telles que l’intensification de la violence et de l’instabilité, le terrorisme, la migration irrégulière et bien d’autres.

Comme vous le savez, Hatem-al Anbiya (le dernier des prophètes), le prophète Muhammad, a dit dans un hadith: « Rendez vos rangées droites, restez côte à côte et combler les lacunes, ne laissez pas de place aux diables ». Cela est vrai lorsque nous prions ensemble dans les mosquées, mais également dans notre vie quotidienne.

Si nous laissons des écarts entre nous, d’autres y prendront place. En tant que membres de l’OCI et en tant que nations musulmanes, nous devons redresser nos rangs et nous rapprocher les uns des autres.

Attendre que les conflits dans les États islamiques soient résolus par d’autres n’est pas réaliste. La carte des conflits dans le monde se complique et la prévention et le règlement pacifique des conflits sont aussi importants que jamais.

Il est navrant de voir que la communauté islamique, malgré son patrimoine exceptionnel, ressemble aujourd’hui à une épave dans un engrenage en spirale de pauvreté, de misère, de faim, de terrorisme et de conflits.

Mais nous savons tous que la lumière se lève de l’est.

C’est notre civilisation qui a élevé des personnalités telles qu’Ibn Sina (Avicenna) en médecine, Ibn Rushd (Averroès) en philosophie, Ibn Khaldun en sociologie et Piri Reis en géographie.

C’est notre civilisation qui a construit une si grande civilisation de Samarkand à Cordoue et qui a fait d’Istanbul, de Damas, de Bagdad des centres de science et de culture.

L’islam est né comme religion de la paix et les civilisations qu’il a créées tout au long de son histoire ont toujours été bâties sur l’affection, la justice et le savoir.

Nous devrions nous demander pourquoi notre civilisation, bien que centre et pionnière de la science, de la connaissance et du développement tout au long de l’histoire, est à la traîne derrière l’Occident et devient le terrain de jeu de la propagande occidentale.

Nous devrions réfléchir aux raisons pour lesquelles les pays islamiques ne peuvent pas parler d’une seule voix et pourquoi nous ne pouvons pas unir nos forces et nos cœurs sur de nombreuses questions.

Nous ne devrions jamais oublier que plus nous sommes unis et plus nous travaillons pour un objectif commun, plus nous pourrons facilement surmonter nos difficultés et mobiliser notre potentiel.

Votre présence même ici est un acte de défi relevé par la communauté musulmane dans le monde.

Chers amis,

Située dans une région turbulente, la Turquie joue un rôle de premier plan pour les efforts de médiation dans sa région et au-delà.

Les processus d’Astana, de Sotchi et de Genève sont des exemples récents des efforts déployés par la Turquie pour parvenir à un règlement pacifique en Syrie. Ce n’est que récemment que cette ville a accueilli le sommet quadrilatéral sur la Syrie. Hier le Président Erdoğan a eu une conversation téléphonique avec le Président Putin, le Président Poroshenko et le Président Trump afin de faire une médiation pour le récent conflit dans le détroit de Kertch.

La Turquie encourage également la communauté internationale à prendre part à la diplomatie préventive par divers moyens.

Nous avons lancé « l’Initiative de Médiation pour la paix » avec la Finlande au sein des Nations Unies en septembre 2010. Notre objectif est de sensibiliser la communauté internationale à l’importance de la médiation en tant que moyen de prévention et de règlement des conflits.

Le Groupe des Amis de la médiation des Nations Unies a été créé la même année et compte actuellement 57 membres issus de diverses régions géographiques.

La Turquie copréside également le groupe des Amis de la médiation de l’OSCE, aux côtés de la Finlande et de la Suisse.

En tant que président actuel du Sommet de l’OCI, nous voulons refléter la dynamique de notre politique étrangère entreprenante et humanitaire, au mécanisme de l’OCI dans le but de réaliser le grand potentiel de l’Organisation. Nous pensons que l’OCI dispose de tous les moyens nécessaires pour fonctionner de manière plus efficace et efficiente. Ce que nous devons faire, c’est d’aider l’Organisation à s’adapter aux conditions du monde actuel en renforçant sa capacité d’agir de manière efficace et dans les délais prévus.

Dans ce contexte, la Turquie a proposé des résolutions qui ont été approuvées lors du 45ème Conseil des ministres des Affaires étrangères à Dhaka et ont conduit à la première réunion de réflexion sur la réforme globale de l’OCI à Djeddah les 23 et 25 octobre 2018. La deuxième réunion devrait se tenir en février 2019.

Comme vous vous en souviendrez certainement, exemple concret d’une action prompte et opportune, la décision illégale prise par l’administration des Etats-Unis de transférer son ambassade de Tel-Aviv à Al-Quds et le massacre perpétré par les forces de sécurité israéliennes contre des civils palestiniens avaient été confrontés à notre position déterminée.

Suite à l’appel de Son Excellence le Président Recep Tayyip Erdoğan, les 6ème et 7ème Sommets islamiques extraordinaires de l’OCI se sont tenus à Istanbul. De plus, nous avons transmis  nos décisions du Sommet aux sessions extraordinaires de l’Assemblée générale des Nations Unies et, encore une fois, la juste cause des Palestiniens a été entérinée.

En réalité, l’Organisation joue depuis longtemps un rôle actif dans le domaine de la médiation. Cependant, nous estimons qu’une capacité accrue de l’OCI dans ce domaine est nécessaire, compte tenu de la persistance de plusieurs conflits à l’intérieur de la région géographique de l’OCI.

La présidence turque de l’OCI au sommet repose sur un principe fondamental: « Les problèmes communs ne peuvent être résolus que par des actions communes. »

Il y a trop de conflits dans notre géographie et nous devons trouver nos propres solutions. En fait, l’avenir de notre géographie et de nos peuples dépendra de la manière dont nous relèverons (ou ne réussirons pas) à relever ce défi.

Le renforcement des capacités de médiation de l’OCI est un moyen parmi d’autres de relever le défi du rétablissement de la paix.

A cet égard, nous avons initié les conférences sur la médiation des États membres de l’OCI cela fait un an dans le cadre d’un effort plus vaste et plus général visant à renforcer le rôle et les capacités de l’OCI dans le domaine du rétablissement de la paix.

Nous avons organisé la première Conférence sur la médiation des États membres de l’OCI à Istanbul en novembre 2017, afin de discuter des possibilités et des nouvelles idées.

La première conférence de l’année dernière a servi de plate-forme pour la réflexion novatrice et le dialogue entre les responsables et les participants non officiels.

Dans le prolongement de cette conférence, la Turquie a présenté la résolution n ° 53/45-POL qui a été adoptée lors du 45ème Conseil des ministres des affaires étrangères à Dhaka.

Cette résolution a été une étape importante dans la définition d’une approche structurée de la manière dont nous pensons renforcer la capacité de médiation de l’OCI.

Un certain nombre de mesures prévues par la résolution ont déjà été prises; je ne vais pas entrer dans le détail de ce qui a été fait, car les membres de notre équipe le feront lors de la séance suivante.

Tous ces développements et ces approches forment une excellente base pour nos travaux dans la période à venir. 

Cependant, nous avons besoin d’une évaluation précise des défis à venir pour pouvoir agir et tirer pleinement parti des possibilités qui s’offrent à nous.

A cet égard, la conférence commencera par une présentation du rapport du SESRIC intitulé «Atteindre la paix et la sécurité dans un monde en crise: un défi ardu pour l’OCI ».

Lors de la séance d’introduction, l’ambassadeur Musa Kulaklıkaya, directeur général du SESRIC, exposera les principales conclusions du rapport SESRIC, tandis que l’ambassadeur Akçapar sera le modérateur d’une session sera l’occasion d’un échange libre d’idées et de commentaires. Nous espérons que ce rapport et la séance de brassage d’idées serviront de base solide pour développer notre pensée commune et notre compréhension des tendances et des problèmes.

Le panel suivant se posera la question de comment nous pouvons passer concrètement de l’analyse et des idées à des étapes pratiques à l’OCI avec la contribution de hauts fonctionnaires et d’experts issus des États membres de l’OCI, des institutions de l’OCI et de la société civile.

En fin de compte, nous espérons avoir une compréhension commune des défis et des opportunités à venir pour l’application de la résolution historique qui a ouvert un nouveau chapitre du rôle et du profil de l’OCI.

Chers amis,

Je souhaite plein succès à la deuxième Conférence des États membres de l’OCI sur la médiation et je vous remercie de votre présence et de vos contributions aux discussions.

Je vous remercie.

 

Print Friendly, PDF & Email



Laisser un commentaire