Connect with us

Politique

2è journée de manif du FNDC à Labé : ‘’le peuple souverain est en train de reprendre sa souveraineté’’ (Cellou Baldé de l’UFDG)

Published

on

Comme annoncé, dans la journée du mardi 15 octobre dernier, c’est une marée humaine qui envahi à nouveau les rues de Labé, suite  à l’appel du Front National pour la Défense de la Constitution.

Après le ralliement au carrefour Hoggo-M’bouro, les manifestants ont marché du marché central, stade régional, Daka et Tata pour terminer au carrefour Hoggo-M’bouro. Dans son discours de circonstance, l’honorable Cellou Baldé a laissé entendre que le combat continue.

« C’est une marque de satisfaction totale parce que pour la deuxième journée consécutive,  les citoyens de Labé sont sortis comme un seul homme, comme vous pouvez voir, la marche d’hier n’a pas faiblie, le gouvernement n’a qu’à sortir de la sourdre oreille, c’est de constater et constater  que le peuple souverain est en train de reprendre sa souveraineté. Que le président Alpha Condé l’entende de bonne oreille et qu’il prend les dispositions qui s’imposent en pareille circonstance », dira-t-il entre autres.

Parlant de la main tendue du Chef de l’Etat, l’élu de Labé qualifie cette main tendue d’insulte. « Ça, c’est une insulte à la nation, une insulté à la mémoire des personnes qui sont tombées sous les balles hier. Alpha Condé, ce qu’il doit faire, c’est de passer devant la télévision pour dire qu’il renonce à son projet de nouvelle constitution et au troisième mandat, qu’il renonce aux élections le 28 décembre, qu’il libère tous les prisonniers arrêtés sous le label du FNDC dans tout le pays », a-t-il renchérie.

Mais déjà à Hoggo-M’bouro, une brève altercation a opposé les services de sécurité et certains manifestants à cheval de l’hôpital régional. Une situation qui n’a  pas été du gout de coordinateur du FNDC de Labé qui a recadré ces troupes en ces termes :

« Depuis hier, nous manifestons sans incident. Si les services de sécurité ne nous empêchent pas de manifester, nous n’allons pas les provoquer, nous ne manifestons pas à la police ou à la gendarmerie ou à l’hôpital. Mais s’ils nous empêchent de réclamer nos droits, nous n’allons pas se laisser faire. Mais ne les provoquons pas. C’est ici que la marche se termine pour aujourd’hui et rende-vous demain mercredi. »

Pour cette 2è journée, il faut noter que plusieurs personnes ont été mises aux arrêts et certains blessés ont été également enregistrés.

« Nous avons appris que des jeunes ont été arrêtés. Pour le moment, on ignore leur nombre mais on est en train de voir avec les autorités comment ils seront libérés », rassure le député de Labé.

Tidiane Diallo, correspondant régional à Labé

+224 620 44 25 83

 

 

 

Print Friendly, PDF & Email
Publicités
Continuer la lecture
Advertisement
Cliquer ici pour Commenter

Laisser un commentaire

Publicités