Grève de la faim : l’équipe de Faya priée de déguerpir de l’esplanade du stade du 28 septembre, à Dixinn

L’opposant Faya Millimouno et son équipe installés depuis 9h, ce mercredi 05 décembre à l’esplanade du 28 septembre, ont été empêchés par les forces de l’ordre de rester sous leur tente pour observer la grève de faim.

Les autorités du stade demandent une lettre d’autorisation. Pendant ce temps, Faya Millimouno annonce avoir déposé un recours à la mairie de Dixinn.

Pour l’instant (10h), aucune activité du Bloc libéral n’est autorisée. Sauf que Faya et son staff ont rejoint la dévanture de l’université Gamal Abdel Nasser.

Cette grève de faim débutera ce mercredi jusqu’au samedi sur toute l’étendue du territoire national.Objectif, demander le retour des enfants en classe et dénoncer la militarisation des quartiers de la commune de Ratoma.

Mohamed Cissé, depuis le stade du 28 septembre

623 33 83 57

Print Friendly, PDF & Email



0 thoughts on “Grève de la faim : l’équipe de Faya priée de déguerpir de l’esplanade du stade du 28 septembre, à Dixinn

  1. CONDÉ ABOU

    Dr. Faya Millimono, avec tout le respect que je vous dois, je me permets de vous dire que vous faites totalement fausse route, et votre démarche actuelle ne donnera rien du tout au plan politique.

    De mon point de vue, vous faites 2 erreurs de jugement contre-productives pour votre parcours politique Dr. Faya. Une grève de la faim, pour obtenir quoi ?

    D’abord, personne ne peut comprendre aujourd’hui, la justification de votre présence dans les manifestations de rue non autorisées en Guinée, alors qu’en tant homme relativement très raisonnable, vous avez votre place dans le cercle des hommes politiques non violents de ce pays.

    Ensuite, votre culture politique, n’a aucune ressemblance avec celle du chaos et de la déstabilisation de la cohésion nationale illustrée par les choix actuels du principal dirigeant de l’UFDG que vous suivez. L’une de vos erreurs se trouve à ce niveau.

    L’actuel leader de l’UFDG se donne le droit de mener droit le pays vers l’implosion, sous le masque de fausses revendications électorales et qui ruinent le pays. Comment pouvez-vous suivre une logique aussi absurde, alors que d’autres solutions politiques existent ?

    Les revendications autour des 8 millions de Francs Guinéens en faveur d’une seule catégorie de Fonctionnaires de l’Etat, sont totalement absurdes et économiquement suicidaires pour les Finances Publiques. Ce n’est pas du tout envisageable quelle que soit la durée de la grève actuelle du SLEEG.

    Soyons clairs. Je ne vois pas tout la justification de votre alliance politique avec le leader de l’UFDG, parce que vous risquez de déchanter tôt ou tard comme beaucoup d’autres l’ont fait avant vous.

    Si l’installation des PA de l’Armée Nationale peut faire du bien pour assurer la paix civile sur la route Le Prince et dans les quartiers de la haute banlieue de Conakry, où est le problème ? L’argument du rejet mécanique du principe de l’installation des PA ne tient pas debout pour le bon sens.

    Non, Dr. Faya Millimono, il serait souhaitable que vous fassiez une meilleure réévaluation de l’ensemble de la situation politique du pays et que vous sortiez de la logique absurde des manifestations sauvages et désordonnées dans les rues et qui endeuillent inutilement de nombreuses familles sur la route Le Prince.

    Je souhaite vivement que vous changiez de logique en allant vers la table de négociation pour sauver le pays des affres du communautarisme et de l’instrumentalisation des populations vivant dans certains quartiers de la haute banlieue de Conakry.

    Vous voyez bien la fermeté actuelle du Président Macky Sall, contre le désordre et l’anarchie dans son pays, avec énormément de décisions qu’il a prises pour protéger la stabilité politique et sociale dans son pays.

    Vous voyez bien aussi, que sans la fermeté du pouvoir en place, la Côte D’Ivoire n’aurait jamais pu renouer avec la stabilité de ses Institutions, et ses résultats économiques actuels.

    Au Maghreb, il n’y a même pas de commentaires à faire à propos des questions de sécurité intérieure et de stabilité politique des régimes au pouvoir.

    Pourquoi Macky Sall refuse-t-il de reculer, quand bien même, personne ne pourrait lui nier son ancrage dans l’Internationale Libérale et dans son attachement aux valeurs démocratiques au Sénégal ?

    C’est tout simplement parce que, c’est le passage obligé qu’il faut pour que la démocratie et le progrès économique soient sauvés.

    Quoi que l’on dise de ses décisions sécuritaires et judiciaires actuelles au Sénégal, son pays reste indiscutablement, l’une des plus belles destinations des investisseurs internationaux.

    À un moment donné, aucun Etat responsable ne peut reculer devant l’installation du désordre et l’anarchie dans le pays, sous le prétexte fallacieux de droits accordés par la Constitution aux citoyens y compris à ceux dont les agendas politiques obscurs consistent à faire descendre les adolescents dans la rue et de n’importe quelle manière.

    La Constitution ne donne le droit à aucun homme politique, d’installer le pays dans le chaos. Et c’est pourquoi, il serait souhaitable que vous changiez de logique quitte à envisager une audience auprès du Président de la République, pour débattre de tout ce que vous pouvez faire dans le cadre d’un dialogue ouvert pour que ce pays maintienne le cap vers la stabilité politique et la croissance économique. Pourquoi pas ?

    Dr. Faya Millimono, j’ai l’intime conviction que votre avenir n’est pas du tout dans l’Opposition actuelle dont tout le monde comprend maintenant le calamiteux agenda politique pour ce pays.

    De toutes façons, la Guinée est debout, et elle saura trouver les ressources dont elle a besoin pour relever les défis. Wait and see.

    Repondre

Laisser un commentaire