Connect with us

Interviews

Aboubacar Sidiki Camara : lors du forum de la jeunesse de Siguiri, ‘’on a élaboré plus de 75 projets pour faire face à l’emploi des jeunes’’

Published

on

INTERVIEW. La préfecture de Siguiri située à près de 800 kilomètres de Conakry vient d’abriter des événements majeurs pour la jeunesse dont le forum de la jeunesse de Siguiri et la journée nationale de la jeunesse. Dans cet entretien qu’il a bien bien voulu nous accorder, Aboubacar Sidiki Camara, directeur général adjoint de l’Agence Guinéenne d’Exécution des Travaux d’intérêt Publics pour l’Emploi (AGETIPE), nous parle du déroulement de ces deux événements, avant de se prononcer sur les manifestations que le FNDC compte déclencher le 14 octobre prochain. Lisez !

Mediaguinee : Vous étiez récemment à Siguiri dans le cadre de la célébration de la journée nationale de la jeunesse. Comment cette fête s’est-elle déroulée ?

Aboubacar Sidiki Camara : Cette fête s’est passée dans les meilleures conditions puisqu’il faut savoir que c’était une première fois que la préfecture de Siguiri abrite une telle fête sur le plan national. Il y a eu la présence des 33 responsables de la jeunesse préfectorale du pays et beaucoup d’autres invités de marque. Je dirais donc que cette fête de la jeunesse guinéenne s’est déroulée dans des conditions les meilleures.

Pourtant, quelques défaillances ont été signalées dans l’organisation. Qu’est-ce que vous en dites ?

Comme on le dit souvent, aucune œuvre humaine n’est parfaite. Mais je peux franchement vous dire que la fête s’est passée dans les meilleures conditions parce qu’elle a été une occasion pour la jeunesse de Guinée d’adopter une stratégie nationale de la jeunesse. Et à Siguiri, on est en train actuellement de rénover et d’équiper la maison des jeunes, mais aussi sécuriser plus de 300 hectares de forêt dans la préfecture. Franchement, cette fête a été une parfaite réussite.

Certains participants à cette fête n’ont pas apprécié l’absence du président Alpha Condé à la clôture des travaux de cette journée nationale de la jeunesse. Comment expliquez-vous cet état de fait ?

Comme vous le savez, la population de Siguiri reste très mobilisée derrière le président Alpha Condé et c’est une population qui veut toujours être avec lui (président Alpha Condé). Sa venue avortée a certainement créé des mécontents. Mais ça n’a pas eu d’impact sur la mobilisation de la jeunesse parce que c’était un défi lancé. Vous savez, à l’heure actuelle, tout ce qu’on organise, directement ou indirectement a une répercussion politique. Les gens se sont fortement mobilisés pour montrer à l’opinion nationale et internationale que non seulement Siguiri reste toujours le fief incontesté du RPG Arc-en-ciel, mais aussi que Siguiri reste fidèle aux idéaux de changement de son Excellence Monsieur le Président de la République, Pr Alpha Condé. Pour ces petits problèmes qu’on a enregistrés, il faut savoir que la journée nationale de la jeunesse a été toujours comme ça. Parce que quand on gère la jeunesse, il y a toujours des petits problèmes surtout que tout le monde ne travaille pas. Mais comme je le disais tant tôt, ces petits problèmes n’ont pas eu d’incidences sur le déroulement correct des travaux.

Vous avez aussi organisé le forum de la jeunesse de Siguiri. Quel était l’objectif de cette initiative ?

D’abord, nous savons que l’Etat ne peut pas tout faire pour la jeunesse guinéenne. Par conséquent, il faut que la jeunesse s’organise et qu’il y ait des initiatives privées au niveau de la jeunesse. Si vous prenez la préfecture de Siguiri, c’est la ville la plus peuplée de Guinée après Conakry. Donc, en tant que ressortissant de cette ville, nous avons un devoir vis-à-vis de cette jeunesse. C’est pourquoi nous avons eu l’idée de mettre ensemble d’abord la jeunesse de Siguiri et d’initier ce forum qui a regroupé les jeunes leaders de la commune urbaine, mais aussi les responsables de jeunes des 12 sous-préfectures plus d’autres leaders d’opinion. Le forum de la jeunesse de Siguiri, c’était pour débattre de tous les problèmes qui assaillent la jeunesse de Siguiri et on l’a fait. D’abord, il y a le problème d’emploi, tout le monde sait que la préfecture de Siguiri est très peuplée et on a un sérieux problème d’emploi des jeunes au niveau de la localité. Aussi, il y a le problème sécuritaire parce que Siguiri est une zone tampon et nous, en tant que jeunes, nous avons une grande responsabilité dans la sécurité. Parce que la sécurité est à la fois une affaire de l’Etat et de la population. Siguiri est aussi une zone minière. Par conséquent, comment profiter des retombées des sociétés minières ? C’est autour de l’ensemble de ces sujets qu’on s’est retrouvés dans un forum de trois jours pour débattre de toutes ces questions sur le plan local. J’avoue clairement que ça été une réussite parce qu’après ce forum de Siguiri, toutes les autres préfectures sont en train d’organiser leur forum à l’image de ce que nous avons fait. Tellement que le forum de Siguiri a réussi que toutes les autorités à commencer par le Chef de l’Etat, Pr Alpha Condé nous ont adressé des félicitations. Au cours de ce forum, nous avons élaboré plus de 75 projets pour faire face à l’emploi des jeunes de Siguiri. Si les autorités guinéennes nous accompagnent pour financer au moins deux projets dans les 75 qui ont été élaborés, ça va nous aider au moins à créer 5 à 6 mille emplois. Et si tous les 75 projets sont financés, nous ne parlerons plus du problème d’emploi des jeunes dans la préfecture de Siguiri. Parce que toutes les sous-préfectures ont eu au moins à présenter deux projets, la commune urbaine aussi a présenté des projets concrets. Notre combat d’aujourd’hui est comment faire pour que ces 75 projets soient financés non seulement par l’Etat guinéen, mais aussi par des partenaires au développement.

Le Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC) annonce des manifestations sur l’ensemble du territoire national ce lundi 14 octobre. Quelle réaction avez-vous par rapport à cette annonce ?

D’abord, une constitution, c’est l’aspiration populaire qui doit être adoptée par le peuple. L’actuelle constitution qui a été adoptée par le CNT [conseil national de la transition] n’est pas une constitution légitime à mes yeux. Elle n’est pas légitime parce que la légitimité tire sa source du peuple. Ensuite, il faut savoir qu’on ne peut pas fermer la porte pour dire qu’il est impossible de modifier tel ou tel autres article dans la constitution. Il faut savoir que la société évolue vite. Il y a quelques années, on ne pouvait pas se permettre de dire dans la société traditionnelle africaine que la polygamie est interdite, mais aujourd’hui force est de reconnaître que cette donne a changé. Ce qui revient à dire que la loi doit être conforme à la réalité du moment. En démocratie, c’est le peuple qui tranche et c’est lui qui est au dessus de tout. Si le FNDC sait qu’il est majoritaire en Guinée, qu’il laisse le peuple de Guinée trancher en allant au référendum. Qu’ils (membres du FNDC) comprennent qu’ils ne sont pas les seuls Guinéens, nous aussi avons des droits comme eux. Pour notre part, nous demandons à l’autorité du pays d’organiser un référendum transparent et libre au cours duquel chaque Guinéen sera libre d’exprimer ses opinions.

La déclaration du FNDC ne vous font pas peur ?

Pas du tout. D’abord, l’Etat doit jouer son rôle qu’est de sécuriser les citoyens et de leurs biens. Mais je pense honnêtement que le 14 octobre sera comme les autres jours à Conakry. Les gens continueront à vaguer librement à leurs occupations quotidiennes. Les membres du FNDC doivent comprendre que l’intimidation ne marchera plus en Guinée, il y a d’autres Guinéens qui ne pensent pas de la même manière qu’eux. Par conséquent, ils ne pourront jamais empêcher les autres Guinéens de vaquer à leurs occupations. Donc, j’invite une fois encore l’Etat à prendre toutes ses responsabilités. Quant aux jeunes de la mouvance présidentielle, je leur demande de rester mobilisés.

Votre message ?

Oui. En tant que responsable du forum de la jeunesse de Siguiri, je voudrais toujours inviter cette jeunesse de Siguiri de rester mobilisée et surtout de faire face aux défis qui nous interpellent. Aujourd’hui, on a fait le forum et les résultats commencent à venir. Le Président de la République nous a promis une usine de pomme de terre et on a déjà une parcelle pour installer cette usine. Aujourd’hui, on a un centre informatique moderne qui se trouverait être le plus grand centre informatique du pays et qui attend d’être inauguré très prochainement. Pour finir, je demande une fois encore à la jeunesse d’être unie et surtout de rester mobilisée car, personne peut préparer son avenir à sa place.

Propos recueillis par Youssouf Keita

+224 666 48 71 30

 

Print Friendly, PDF & Email
Publicités
Continuer la lecture
Advertisement
Cliquer ici pour Commenter

Laisser un commentaire

Publicités