Connect with us

International

Affaire Somaliland : Alpha Condé place la Guinée dans une position inconfortable

Published

on

A la veille du sommet de l’Union africaine à Niamey, au Niger, le président Alpha Condé a invité à Conakry le président de la République autoproclamée du Somaliland Muse Bihi Abdi. Un geste qui a irrité la Somalie qui a annoncé la rupture de ses relations diplomatiques avec la Guinée. Ce choix du pouvoir de Conakry de faire désormais chemin commun avec le Somaliland -un territoire dont les frontières restent encore un gros problème- met ainsi la Guinée du NON dans une position très inconfortable. Ni Sékou Touré ni Lansana Conté n’ont tenté cette aventure périlleuse aux conséquences immenses. L’opinion guinéenne qui attend des dirigeants des éclaircissements semble perdue. Du moins pour l’instant. Un lecteur pertinent a écrit à Mediaguinee….

Comment comprendre les engagements diplomatiques actuels inattendus de la Guinée sur la question des relations internationales et du statut du Somaliland ? Difficle d’y arriver.
Pourquoi le Somaliland depuis sa création en 1991, n’a été reconnu ni par les Nations Unies, ni par l’Union Africaine, ni par aucun Etat dans le monde ? 
Voici la réponse d’un analyste bien informé des contours de la séparation du Somaliland et de la Somalie depuis 1991:
Premièrement, selon lui, le Gouvernement Somalien (avec pour capitale Mogadiscio) ne reconnaît pas le Somaliland (capitale, Hargeisa). Toute reconnaissance du Somaliland irait au-delà des objections de la Somalie. 

La communauté mondiale est plus réticente à légitimer un tel séparatisme unilatéral. Les séparatistes du Somaliland avaient historiquement une influence économique/militaire ou des alliances étrangères minimes, c’est pourquoi personne ne s’est battu pour eux.

Deuxièmement, le Somaliland n’a pas de frontières bien définies. De facto, le Somaliland est principalement un territoire des clans Dir et Isaaq, mais le Somaliland revendique l’ensemble de l’ancien Somaliland britannique, y compris le territoire du clan Darod. 

Le Somaliland est resté sous protectorat britannique pendant un peu plus de 100 ans avant de fusionner librement avec l’ancienne Somalie Italienne (Mogadiscio) le 1er Juillet 1960 soit, cinq jours après la proclamation d’indépendance de celle-ci le 26 Juin 1960. 

La frontière de facto entre la Somalie et le Somaliland n’est pas du tout stable. Reconnaître le Somaliland soulèverait les enjeux du différend frontalier et risquerait de faire renaître les affrontements interminables. Et comment savoir quelle frontière reconnaître sans un processus bilatéral entre la Somalie et le Somaliland ?
Plus le Somaliland conservera son indépendance de fait, plus sa revendication d’indépendance de jure sera forte. Si cela renforce les liens avec les grands acteurs de la géopolitique sous régionale, tels que les États-Unis, l’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis (EAU) et l’Éthiopie, cela pourrait renforcer davantage sa position. 

Les Emirats Arabes Unis, en particulier, seraient en train d’établir une base militaire et une concession portuaire en échange d’un investissement d’un milliard de Dollars US environ en faveur du Somaliland.
AUTRES ZONES D’OMBRE :

(1) La Guinée n’ouvrirait-elle pas la boîte de pandore des mouvements sécessionnistes un peu partout en Afrique en reconnaissant le Somaliland, ou tout simplement en se démarquant ouvertement de la position de l’Union Africaine sur le même sujet ?

Il faudrait par ricochet, penser au mouvement séparatiste anglophone au Cameroun, au mouvement armé séparatiste du Cabinda au Nord de l’Angola, et tout près de nous, penser aux séparatistes de l’Azawad au Nord Mali, ainsi qu’au Mouvement des Forces Démocratiques de Casamance (MFDC) dans le Sud du Sénégal qui revendiquent tous leur indépendance en dépit du principe de l’intangibilité des frontières héritées du colonialisme au début des années 1960.
(2)Sur un plan plus emblématique, il y a le Front Polisario qui se bat depuis plus de 30 ans pour l’indépendance du Sahara Occidental et dont la Guinée a toujours refusé la reconnaissance de ses frontières vis-à-vis du Maroc notamment après le départ des colons Espagnols.
Bref, il serait très intéressant de savoir les tenants et aboutissants de la démarche diplomatique du Gouvernement Guinéen qui vient de franchir une ligne qu’aucun Etat, ni aucune Organisation internationale n’a pour l’instant franchi depuis la séparation du Somaliland d’avec la Somalie en 1991.
Un sujet difficile à décrypter, en l’absence d’éléments d’information clairs et fiables de la part de la République de Guinée.

CONDE ABOU

Print Friendly, PDF & Email
Publicités
Continuer la lecture
Advertisement
Cliquer ici pour Commenter

Laisser un commentaire

Publicités