Connect with us

Politique

Alpha Condé : ‘’nombreux fils d’Afrique ont laissé ici et là [en France] des souvenirs de bravoure et de fraternité’’

Dans le Var pour la commémoration des 75 ans du Débarquement de Provence, le président guinéen a rendu jeudi un hommage appuyé aux fils d’Afrique qui ont donné de leur sang et de leur sueur pour libérer la France du joug pesant du Nazisme. Alpha Condé qui a livré un discours ovationné devant les présidents Emmanuel Macron, Alassane Ouattara et Nicolas Sarkozy a indiqué que « nombreux de ces fils d’Afrique ont trouvé dans la terre de France le repos éternel, et ont laissé ici et là des souvenirs de bravoure et de fraternité. Au-delà des chiffres, ce sont des vies qui ont convergé vers l’appel et la lutte contre le Nazisme et pour la liberté. Ces vies sont celles des planteurs qui ont rejoint la résistance avant de se faire enlever dans les forces françaises libres. Ces vies, ce sont des paysans, des forgerons, des chasseurs, qui ont partagé l’idéal du combat ». Discours…

Monsieur le président de la République française,

monsieur le président de la République de Côte-d’Ivoire,

monsieur le président Nicolas Sarkozy,

monsieur le maire de la commune de Saint-Raphaël,

monsieur le président du conseil régional,

mesdames et messieurs les députés et sénateurs,

chers anciens combattants

Monsieur le président, je voudrais vous remercier de nous avoir associés en ce jour, à la commémoration du 75 anniversaire du Débarquement de Provence qui fut un des moments cruciaux de la fin de la 2ème guerre mondiale. Cette cérémonie nous projette dans un passé fécond et à venir. Ce passé, ce sont 250.000 hommes dont plus de la moitié était constituée d’Africains du Nord, de l’Est, du Centre et de l’Ouest. Ces hommes partageaient avec les soldats Français, que dis-je, avec le peuple Français le sang et la sueur de ce combat ultime de la 2ème guerre mondiale.

Le Débarquement de Provence, la bataille d’Italie, notamment les combats de Monte Cassino font partie d’une mémoire collective partagée entre les peuples français et africains. En ce moment où la France avec l’aide de ses alliés combattait pour sa survie et sa liberté, les fils et les filles des territoires africains d’alors se sont sentis interpellés, impliqués, partageant l’appel absolu et universel de la liberté.

Nombreux de ces fils d’Afrique ont trouvé dans la terre de France le repos éternel, et ont laissé ici et là des souvenirs de bravoure et de fraternité. Au-delà des chiffres, ce sont des vies qui ont convergé vers l’appel et la lutte contre le Nazisme et pour la liberté. Ces vies sont celles des planteurs qui ont rejoint la résistance avant de se faire enlever dans les forces françaises libres. Ces vies, ce sont des paysans, d’instituteurs, de forgerons, des chasseurs, qui ont partagé l’idéal du combat.

Je voudrais ici évoquer la mémoire de nos anciens qui, au-delà de leurs différences de culture, de race ou de religion, ont trouvé en eux des ressources vénérées ensemble au combat pour la liberté.

De l’histoire et de la mémoire, il ne faut pas retenir que des leçons du passé, d’ailleurs les leçons ne sont utiles que pour le futur. Nos peuples ont en commun le destin humain et le devoir de l’humanité.

Messieurs les présidents,

Permettez-moi de saluer la mémoire de tous les hommes et toutes ces femmes venant de partout, de France, d’Angleterre, d’Amérique, de Russie et bien sûr d’Afrique, sans le sacrifice desquels, notre humanité ne continuerait pas à se battre pour la paix et la crudité des affres, des erreurs et des extrémismes de la guerre.

Aujourd’hui comme hier les peuples d’Afrique, tout en étant attachés à leur identité et à leur liberté continueront le combat pour le monde toujours plus juste et toujours plus solidaire.

Je vous remercie !

——————–

[Décryptage : Maciré Camara]

 

 

 

 

 

 

Print Friendly, PDF & Email
Publicités
Continuer la lecture
Advertisement
Cliquer ici pour Commenter

Laisser un commentaire

Publicités

Suivez-moi sur Facebook