Aveux d’Etienne Soropogui : ‘’ça réconforte quelque part l’opposition…’’ (Cellou Dalein)

Les révélations faites récemment par le directeur des opérations de la commission électorale nationale indépendante (CENI) continuent de susciter des réactions. Pour Cellou Dalein Diallo qui présidait une plénière de l’opposition républicaine ce mercredi au QG de son parti, ces révélations d’Etienne Soropogui viennent réconforter l’opposition dans ces revendications.

‘’Vous avez suivi dans la presse les aveux du directeur des opérations de la CENI qui a en fin reconnu que des pressions de l’administration se sont exercées sur les magistrats qui ont présidé les CACV et ceux-ci ont écarté et falsifié des PV pour aider le parti présidentiel. Ça réconforte quelque part l’opposition dans la mesure où comme vous le savez, nous avons organisé des points de presse pour vous expliquer cette fraude massive à laquelle se sont livrés des magistrats assermentés qui étaient chargés de présider les commissions administratives des votes. On vous avait expliqué que l’UFDG disposait des PV dressés à l’issue du dépouillement des votes et ces PV dans la plus part des cas, dans les six communes urbaines qui faisaient l’objet de contestation, ces PV ont été écartés purement et supplément ou très souvent falsifiés au point que les résultats qui ont été publiés ne reflétaient pas la vérité des urnes’’, a lancé le chef de file de l’opposition guinéenne.

Pour le président de l’UFDG, l’opinion comprend pourquoi l’opposition contestait les résultats.

‘’Aujourd’hui, c’est un membre éminent de la CENI en l’occurrence le directeur des opérations qui confirme que cette pression a eu lieu et les magistrats ont cédé à cette pression. Cela signifie tout simplement que les élections n’ont pas été transparentes et vous comprenez aujourd’hui pourquoi l’opposition a organisé des manifestations pacifiques pour exiger la publication des vrais résultats. On était sûr de ce qu’on disait et de ce qu’on faisait. Et ça été confirmé par le directeur des opérations de la CENI’’, a ajouté l’ancien premier ministre tout en réitérant sa détermination pour des élections crédibles.

‘’Notre attachement à la loi, notre attachements à la vérité des urnes, ce sont les deux facteurs qui expliquent pourquoi on a décidé de faire ces manifestations pacifiques, parce que ce n’était pas la première fois, en 2010, en 2013, en 2015, les gens se sont livrés aux mêmes pratiques au niveaux des CACV. Nous sommes désormais déterminés à mener un combat sans merci pour ne pas que notre démocratie soit bafouée, pour que les élections soient transparentes, crédibles parce que permettant l’expression libre des citoyens dans les choix des dirigeants aussi bien au niveau de la commune, qu’au niveau de l’assemblée nationale et de la présidence’’ a-t-il laissé entendre.

Par Thierno Sadou

 

Print Friendly, PDF & Email



Laisser un commentaire