Connect with us

Societé

Baffoé, patron de la police : ‘’on a un PA à [Bambéto] qu’il fallait protéger parce que les militaires sont désarmés’’

Published

on

Alors que les militants et parents des victimes des manifestions du FNDC étaient en train d’accompagner les corps des 11 personnes tuées, une violence s’est éclatée entre force de l’ordre et jeunes marcheurs au carrefour Bambéto, dans la commune de Ratoma. Sur place, plusieurs blessés dont 3 qui ont succombé à leurs blessures.

Intervenant, mercredi, 06 novembre dans les GG d’Espace FM, le directeur général de la police nationale, Ansoumane ‘’Baffoe’’ Camara a donné les raisons de la présence des forces de l’ordre au carrefour. Ajoutant que ces personnes tuées ne l’ont pas été dans le périmètre du cortège funèbre. Donc, pas à Bambéto.

‘’Les trois morts, ce n’est pas dans le périmètre du cortège. Mais même si quelqu’un meurt à Yomou, c’est la sécurité qui est chargée de protéger tous les citoyens et leurs biens. Nous chercherons les auteurs pour qu’ils puissent comparaître devant la justice et être sanctionnés’’, promet-il. Pour lui, ‘’il y a des préalables pour organiser un cortège funèbre. Les organisateurs devaient faire une demande ou informer les autorités communales pour une réquisition des gendarmes et policiers. Subitement, les gens se sont mis dans la rue. Nous, on n’a pas reçu d’ordre pour encadrer un quelconque cortège d’un point A à un point B. Nous savions que les corps seront enterrés au cimetière de Bambéto et que la prière funèbre se fera dans la grande mosquée de Bambéto. On a un PA à la périphérie qu’il fallait protéger parce que les militaires sont désarmés’’, a-t-il dit.

Mohamed Cissé 

 

Print Friendly, PDF & Email
Publicités
Continuer la lecture
Advertisement
Cliquer ici pour Commenter

Laisser un commentaire

Publicités