Connect with us

Politique

Banankoro : heurts entre factions rivales du RPG font des blessés, la société Guiter citée

Published

on

C’est un conflit isolé qui s’est produit lundi, 4 novembre dernier dans la zone diamantifère de Banankoro, à 40 km de Kérouané, une ville de la Haute Guinée. Deux camps rivaux se réclamant chacun représentant légitime du RPG arc-en-ciel (parti au pouvoir) se sont affrontés cette semaine faisant plusieurs blessés et d’importants dégâts matériels dont des maisons incendiées.

Ce conflit est né après que le parti au pouvoir ait fini de restructurer ses instances à l’intérieur du pays. Avant cette restructuration, c’est un comité de crise qui gérait les instances du RPG arc-en-ciel dans cette sous-préfecture. Ce comité était dirigé par Sékouba Cissé dit « Armée ».

En début d’année, ce dernier avait été arrêté et incarcéré à Kankan suite à la destruction des biens de la société Guiter-mining. La restructuration est intervenue lorsqu’il était en prison et des nouvelles structures ont été mises en place pour la bonne marche du RPG dans cette zone minière.

Djomba Mory Traoré a été choisi comme secrétaire général du RPG arc-en-ciel à Banankoro. Après sa sortie de prison, Sékouba Cissé est venu revendiquer sa place et c’est cette guerre de leadership qui a conduit aux affrontements du lundi 5 novembre, faisant 14 blessés dont un a été transporté à Kérouané à cause de son état jugé « grave ».

Interrogé par Mediaguinee, le sous-préfet de Banankoro a minimisé les faits. Pour le commandant Faran Mara, c’est un petit problème qui a déjà été réglé.

Les deux camps qui sont en conflit se rejettent la responsabilité. Chacun accuse l’autre d’être l’auteur des violences.

Pour le Camp de Djomba Mory Traoré, c’est le jeune nommé Armée qui est venu jeter des pierres sur des citoyens qui participaient à une réunion appelée par les autorités pour trouver une solution à cette même crise.

« Il n’y a pas deux camps du RPG à Banankoro. Parce que la mission dépêchée par le président de la république est venue, on a annoncé à la radio que tous les bureaux du RPG arc-en-ciel sont dissous à Kérouané et que de nouveaux bureaux seront reconstitués pour continuer la marche du parti. Donc la mission est venue à Banankoro et le sous-préfet a signé leurs ordres de mission et les rediriger vers le vice-maire pour qu’on les amène chez les responsables du parti. C’est en ce moment qu’on les a amenés chez le jeune Armée. Lui il était en prison et ses militants qui étaient là, ont pris la mission en otage. Toute une nuit et toute une journée, ils étaient en otage et on les amenés à Kérouané. La mission est restée à Kérouané et a fait appel à tout le monde pour qu’on mette en place le bureau, les gens de Armée ont refusé de partir à Kérouané. La mission a dit que comme ils ne viennent pas, ils ne sont pas du RPG. C’est ainsi qu’ils ont signé nos papiers et nous sommes devenus la section du RPG à Banankoro. Quand on est revenus, le jeune Armée venait de sortir de la prison et il a commencé à créer des problèmes et en nous accusant d’avoir fait libérer un jeunes Sierra-Léonais qui a insulté le président de la république. Armée a fait un communiqué à la radio pour dire que nous prenons de l’argent avec les femmes, venu pour la Muffa (Mutuelle Financière des Femmes Africaines) et que ça ne se doit pas. Il a souillé notre nom alors que ce n’est pas notre travail et on ne pense même pas à ça. On a été voir les gens de la radio pour qu’ils arrêtent de diffuser de tel communiqué. Donc face à cette situation, le sous-préfet a fait appel aux deux camps pour une réconciliation. Nous on est partis mais ils avaient fait appel à leurs rebelles de Gbenko et leurs jeunes loubards de Banankoro. Ils sont venus avec des injures, ils sont partis chez le sous-préfet. A leur retour, ils nous ont jeté des pierres. Ils ont menacé beaucoup de personnes. Moi je suis resté chez moi c’est après que quelqu’un est venu me dire de sortir de ma maison parce qu’ils viennent attaquer ma maison. Je suis sorti et ils sont venus piller ma maison. Ils ont tout emporté », a expliqué Diara Condé, un des collaborateurs de Djomba Mory Traoré.

Pour sa part, Sékouba Cissé dit Armée a rejeté cette accusation et renvoie la responsabilité à la société Guiter-mining d’Ansoumane Kaba.

« Je suis le secrétaire général du RPG arc-en-ciel à Banankoro depuis 2017. Moi je n’insulte personne je n’attaque personne. Tout ce que je fais, c’est pour que la paix règne à Banankoro. Ce qui se passe ici, c’est la société Guiter-mining qui est responsable, parce que c’est elle qui achète des Tee-shirts et des motos pour donner à des personnes qui ne sont pas du RPG. Chaque vendredi les travailleurs de Guiter quittent Gbenkô pour venir faire une assemblée générale à Banankoro chez l’ex-général du RPG, Monsieur Traoré. Un jour il se sont réunis là-bas pour dire que Kaba Guiter a déposé un milliard sur le compte de la Muffa. Les femmes viennent payer 30.000 francs pour s’enregistrer. Les femmes ont fait plusieurs mois sans recevoir cet argent. C’est en ce moment que j’ai dit que ce n’est pas le RPG qui a pris l’argent avec vous. Lorsque j’étais en prison, le RPG a restructuré toute ses structures en Guinée sauf à Kérouané parce les militants du RPG ont décidé de ne pas participer à une restructuration tant que je serai en prison. Quand je suis sorti de la prison, j’ai continué à faire les assemblées générales et je suis parti à la radio Djoliba pour dire que l’affaire de la Muffa n’est pas politique, c’est une initiative du président pour aider les femmes et les jeunes. Dès que j’ai dit ça à la radio, Traoré a mobilisé sa jeunesse pour venir saccager la radio. Moi j’ai sensibilisé tout le monde pour calmer la situation. Après ils ont dit qu’ils vont incendier les voitures du parti, j’ai dit non. Si vous incendiez vous allez répondre devant la justice. C’est après tout ça qu’ils ont mobilisé des centaines de personnes avec des travailleurs de Guiter pour brûler des pneus, détruire l’antenne du parti. Ils ont jeté des pierres et toutes les autorités sont témoins. Ils ont tiré des coups de feu avec des fusils devant tout le monde. S’ils disent que c’est moi qui ai mobilisé les gens pour détruire les biens, c’est faux », a-t-il dit lors d’un entretien avec notre rédaction.

Bien que Kérouané soit son bastion imprenable, le RPG arc-en-ciel reste confronté à des conflits internes dans cette préfecture. En 2015, lors de l’installation des délégations spéciales, des affrontements avaient éclaté entre des groupes rivaux à Sibiribaro, une sous-préfecture située à 70 kilomètres de Kérouané-centre.

Pour sa part, la société Guiter-mining a balayé d’un revers de la main les accusations portées contre elle.

« C’est un problème politique. Guiter n’a rien à voir dans ça. Nous, nous sommes une société privée », a répondu laconiquement Mory Kaba, chargé de communication de Guiter SA.

72 heures après les accrochages, aucune enquête n’a encore été diligentée pour situer les responsabilités. Les autorités de Banankoro minimisent la situation et n’ont jusqu’à présent pas pris des mesures pour juguler la crise.

Thierno Sadou Diallo

+224 662767574

 

Print Friendly, PDF & Email
Publicités
Continuer la lecture
Advertisement
Cliquer ici pour Commenter

Laisser un commentaire

Publicités