Bandiou Doumbouya, président de l’association des greffiers de Guinée : « 80% des greffiers ont fait des études supérieures, mais ne sont pas dans la catégorie A  de la Fonction publique» (vidéo)

Depuis lundi 9 mai 2016, les greffiers guinéens sont en grève. Ils réclament la signature et l’application de leur statut. A l’occasion d’une assemblée générale des greffiers tenue à la Cour d’appel de Conakry, lundi dernier, le président de l’Association des greffiers de Guinée (AGG), Bandiou Doumbouya, a expliqué certains points de leur revendication.

« Nous sommes des fonctionnaires particuliers. Pourquoi ? Vous savez, il y a trois pouvoirs qui gouvernent un pays. Nous sommes, bien sûr, de l’Administration, mais l’institution qui compose la justice obéit à l’organisation judiciaire.

Donc nous greffiers, nous sommes acteurs de cette institution. Non seulement nous sommes administrateurs, mais nous sommes aussi judiciaires. C’est ce qui dénote surtout notre position actuelle.

On n’est pas que des fonctionnaires purs en tant que tels, mais nous sommes des judiciaires aussi parce que c’est nous qui garantissons toutes les procédures, tous les actes de justice. Notre statut compte 96 articles. Nous voulons que les gens soient reclassés dans leur corps professionnel. Il y a 80% des greffiers qui ont fait des études supérieures. Et la loi de la Fonction publique dit expressément que quiconque fait les études supérieures doit être dans la catégorie A de la Fonction publique. Ce n’est pas le cas chez les greffiers à l’heure actuelle. »

BAH Alhassane

+224 664 47 98 55

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires




Laisser un commentaire