Connect with us

En Guinée

BEPC : ‘’72 cas de fraude ont été répertoriés sur toute l’étendue du territoire national’’ (Ansa Diawara)

En Guinée, plusieurs cas de fraude ont été enregistrés lors du Brevet d’Etude du Première Cycle (BEPC) qui s’est tenu du 8 au 13 juillet dernier. Selon le porte-parole du Ministère de l’Education Nationale, en tout, 72 cas de fraudes ont été répertoriés sur toute l’étendue du territoire nationale. Et Labé n’a pas été en marge de cette situation. Néanmoins, les incriminés ont été sanctionnés à la hauteur de leur forfaiture.

« Au BEPC, il y a eu effectivement un certain nombre de cas de fraude. Des cas ont été répertoriés et certains cas majeurs ont été sanctionnés. Pour le cas de Labé c’est une certaine Adama Telly Bah secrétaire en service à la DPE de Labé, malheureusement, elle a fait sonner son téléphone pendant le partage des épreuves. Cas qu’il fallait sanctionner parce que seul le délégué du centre a été autorisé de détenir un téléphone. Nous avons enregistré 72 cas de fraudes, au niveau des 72 cas de fraudes, il y a 38 candidats, 30 enseignants et 4 encadreurs. Ces fraudes, ce sont soit par port de téléphone, du voile intégrale, substitution ou utilisation frauduleuse des documents. Voici les différents cas enregistrés lors du  BEPC », explique Ansa Diawara.

Parlant de la première journée du Baccalauréat, le porte-parole du Ministère de l’Education nationale précise qu’un certain nombre de cas ont été enregistrés. « Il y a eu des cas de port de téléphone, nous avons constaté ici à Conakry dans les commune de Kaloum, Ratoma, Matam, dans toutes ces communes nous avons eu un cas et à Kouroussa un cas. Pour le port du voile, Kankan a toujours la palme d’or parce qu’il y a eu un cas au lycée Mofindian Diabaté et à Conakry au centre Elhadj Lanssana Diaby. Pour le cas as de documentation, à Matam il y a eu 4 cas. Dans le cas de substitution, il y a eu un cas à Ratoma. On a découvert un comité de rédaction à Boké où 5 enseignants des écoles privées dans l’épreuve d’histoire ont été appréhendés avec un groupe de jeunes. Il s’agit bien des fondateurs de certaines écoles comme le groupe scolaire Lamine Guirassy. Les concernés ont pour noms Amadou Condé, proviseur du groupe scolaire Ousmane Sembene, Moly Guilivogui du groupe scolaire les élus, et deux autres enseignants », conclut Ansa Diawara.

Tidiane Diallo, correspondant régional à Labé

+224 620 44 25 83

 

Print Friendly, PDF & Email
Continuer la lecture
Advertisement
Cliquer ici pour Commenter

Laisser un commentaire

Publicités

Suivez-moi sur Facebook