Boké: les bureaux du sous-préfet de Kolaboui toujours dans une case ronde

Incroyable mais vrai. Le bureau de la sous-préfecture et celui de la Commune Rurale (CR) de Kolaboui, sont toujours dans une case ronde dans l’enceinte de sa Résidence administrative du sous-préfet, Mamadouba Yakha Camara, ceci, par manque de bureaux adéquats, ceci, depuis les récents remous sociaux orchestrés par des jeunes réclamant l’eau, l’électricité et l’employabilité de la main d’œuvre locale.

Depuis sa prise de fonction, le sous-préfet le sous-préfet et ses collaborateurs de la CR utilisent la même table servant de bureau pour les deux (02) équipes (sous-préfecture et Mairie).

Ici, le constat crève les yeux. Il n’y a plus de secrets dans la gestion des affaires administratives car tout se discute en public et présence des citoyens et autres visiteurs.

Dans l’enceinte de la Résidence de monsieur le sous-préfet, on remarque en 1er lieu, une tablette couverte d’une vieille nappe à l’intérieur d’une case ronde, au flanc gauche de de la cour.

A l’intérieur de cette case, on peut remarquer des chaises de couleurs différentes, des fauteuils vétustes et troués.

Pire ! Le salon de monsieur le sous-préfet de Kolaboui offre à ses visiteurs le visage d’une salle de karaté. Un seul lit pour tout le bâtiment.

A côté de la Résidence du sous-préfet, les anciens bureaux de la Mairie et du sous-préfet. Ils avaient été terriblement vandalisés par les manifestants des toutes premières émeutes.

Aujourd’hui, tous ces édifices publics sont en état d’affaissement très avancé.

Inquiet, le sous-préfet de Kolaboui, Mamadouba Yakha Camara interpelle les autorités compétentes sur les urgences de sa sphère politique:

«On ne peut dire à l’Etat de nous aider pour réhabiliter les bureaux de la sous-préfecture, de la CR ainsi que mon logement.

Comme vous l’avez remarqué, nous n’avons pas de bureaux dignes de nom. Dans cette ambiance désastreuse, on ne peut plus discuter des choses en aparté.  Parfois, on discute des choses secrètes en présence des citoyens qu’on ne peut pas chasser. Ici, il n’y a pas de secret. Ça nous gêne mais qu’est-ce qu’on peut ???

L’unique table que vous voyez, est utilisée à tour de rôle par la sous-préfecture et la CR ceci, pour éviter le chômage de l’Administration.»

Ici, il est aisé de voir des cadres somnoler le fait de patienter ou attendre longtemps leurs collègues venus en 1ère position.

Mamadouba Camara, Boké

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires




Laisser un commentaire