Connect with us

International

Boris Johnson succède à Theresa May

Published

on

La course à la succession de la Première ministre britannique Theresa May s’est achevée lundi après-midi avec la clôture des votes des membres du Parti conservateur.

Sans grande surprise, c’est Boris Johnson qui prendra le relais de May. Il a remporté l’élection, fort de ses 92.153 voix, face à Jeremy Hunt qui lui n’en a récolté que 46.656. Il prend donc la tête du parti conservateur. Il a d’ores et déjà promis un Brexit pour le 31 octobre.

L’ex-maire de Londres, âgé de 55 ans, est depuis le départ donné largement favori, l’homme étant très populaire outre-Manche. Boris Johnson s’est présenté comme le sauveur du Brexit. Pour lui, il est hors de question de le repousser à nouveau, quitte à sortir sans accord de l’UE en cas de refus de l’Europe de rouvrir les négociations.

Loin de faire l’unanimité

Si ses positions tranchées sur le dossier qui a fait chuter May lui confèrent le soutien des uns, elles lui valent également une certaine inimitié de la part de bon nombre d’europhiles. Dimanche, le ministre des Finances Philip Hammond a annoncé qu’il mettrait un point d’honneur à démissionner en cas de victoire de Boris Johnson, contre lequel il semble vouloir prendre la tête de la rébellion au parlement. Le ministre de la Justice David Gauke lui a emboîté le pas, en annonçant sa démission dimanche. Lundi matin, c’était au tour du secrétaire d’Etat aux Affaires européennes Alan Duncan, qui n’a jamais caché son mépris pour les talents diplomatiques de Boris Johnson, d’annoncer son départ de manière pro-active.

Du pain sur la planche

S’il incombe désormais à Johnson de mettre en oeuvre le Brexit, ce n’est pas le seul dossier brûlant qu’il devra gérer. En effet, vendredi, de nouvelles tensions ont éclaté dans le Golfe, après la saisie par l’Iran d’un pétrolier battant pavillon britannique.

Boris Johnson se présentera mercredi devant la reine Elizabeth II qui lui confiera la responsabilité de former le gouvernement. Une tâche qui risque de s’avérer compliquée pour l’homme qui ne fait pas l’unanimité au sein du monde politique anglais.

Le futur Premier ministre britannique Boris Johnson s’est engagé mardi à mettre en oeuvre le Brexit au 31 octobre, peu après avoir été désigné pour prendre la succession de Theresa May par les membres du Parti conservateur. « Nous allons mettre en oeuvre le Brexit le 31 octobre », la date butoir fixée après deux reports, a déclaré l’ancien maire de Londres, alors que les partisans de la sortie craignent un nouveau report de cette échéance.

AFP

 

Print Friendly, PDF & Email
Publicités
Continuer la lecture
Advertisement
Cliquer ici pour Commenter

Laisser un commentaire

Publicités

Suivez-moi sur Facebook