Connect with us

Politique

Cellou Dalein: ‘’on a tendance à dire que même Ebola, c’est cette constitution qui l’a amené’’

Published

on

Pour empêcher Alpha Condé de briguer un autre mandat à la tête de la Guinée, Cellou Dalein suggère des mobilisations populaires.

Le président de l’union des forces démocratiques de Guinée (UFDG) qui s’adressait à ses militants ce samedi, à l’occasion de l’assemblée générale de son parti, plaide pour une mobilisation populaire pour arrêter Alpha Condé dans « sa velléité de s’octroyer une présidence à vie ».

« Alpha ne va pas reculer dans sa velléité de s’octroyer une présidence à vie, seule la mobilisation populaire peut l’arrêter. A cet égard, je vous invite à rester mobilisés pour lutter contre l’assassinat programmé de notre jeune démocratie. Le seul recours valable et efficace que nous avons, c’est la mobilisation et on n’a pas peur de le dire », a lancé le chef de file de l’opposition guinéenne.

Pour lui, le seul problème que l’actuelle constitution a, c’est parce qu’elle verrouille la limitation de la durée et du nombre de mandats présidentiels.

« Le problème c’est Alpha Condé, sinon, le processus électoral est bon, les lois de notre pays sont bonnes, notre constitution n’a rien à envier aux constitutions des autres pays, la seule chose qui ne convient pas aujourd’hui, c’est qu’elle a verrouillé la limitation des mandats, c’est ce qui gêne, sinon, il n’y a pas grand-chose à changer. Relisez la constitution du Sénégal, du Niger, du Mali, du Burkina, vous allez trouver la même chose. Aujourd’hui, les ministres, les gens de la mouvance vous disent que cette constitution ne permet pas l’expression des libertés, des droits, elle ne permet pas le développement, on a même tendance à dire que même Ebola, c’est cette constitution qui l’a emmené, mon Dieu ! Le seul problème, c’est parce qu’elle n’autorise pas Alpha Condé à se présenter pour un troisième mandat », soutient le leader de l’UFDG ajoutant qu’ »Alpha Condé a juré sur cette constitution mais aujourd’hui on nous dit que s’il n’y a pas la Haute cour de justice, c’est parce qu’il y a cette constitution, si on n’a pas respecté les accords politiques, c’est parce qu’il y a cette constitution, si Ebola est venu, si les routes sont dégradées, c’est parce qu’il y’a une constitution imparfaite, donc il faut la modifier mais personne n’est naïf », a-t-il ajouté.

Thierno Sadou Diallo

Print Friendly, PDF & Email
Publicités
Continuer la lecture
Advertisement
Cliquer ici pour Commenter

Laisser un commentaire

Publicités