Connect with us

Societé

Changement climatique : la Guinée bénéficie d’un financement d’1 million 650 mille euros…

Un point de presse sur la facilité Adapt’Action a eu lieu ce vendredi 9 août 2019 au département de l’Agence Française de Développement à Kaloum. Il s’agit d’un outil dont la maîtrise d’ouvrage est assurée par l’AFD et Expertise France. Financé pour une durée de 4 ans depuis 2017, ce projet a pour but d’accompagner les pays parmi les plus vulnérables dans la mise en œuvre de leur contribution déterminée au niveau national (CDN) et la réalisation de leurs objectifs climatiques. A cet effet un accent particulier est porté aux questions liées à l’adaptation au changement climatique.

Selon Safia Ibrahim Otokoré, directrice Adjointe de l’agence Guinée-Sierra Leone, l’AFD a été l’un des premiers bailleurs de fonds internationaux à intégrer la lutte contre le changement climatique dans ses pratiques

« Adapt’Action s’aligne sur les besoins de la Guinée en venant compléter les appuis de l’AFD et des autres partenaires techniques et financiers déjà existants dans le pays. L’Accord de Paris est un élément structurant d’un contexte renouvelé pour l’action climatique des financeurs du développement. Au-delà de la reconnaissance collective de ses objectifs et de la nécessité associée d’un changement de paradigmes du développement, il emporte une appropriation de la part des pays avec les contributions déterminées au niveau national publiées dès 2016. Il implique une attente forte et renouvelée vis-à-vis des financeurs du développement, en les invitant à renforcer les politiques et stratégies développées par les pays », estime-t-elle.

Le coordinateur du projet Abdoul Gafarou Tchalaou explique que la Facilité Adapt’Action est un projet de 30 millions d’euros répartis entre 15 pays et organisations sous-régionales, parmi lesquels la Guinée, sur une durée de 4 ans qui intervient sur 3 axes. En Guinée, dit-il, le coût du projet avoisine 1 million 650 mille euros.

« Il faut d’abord préciser que la facilité a trois axes. Le premier axe c’est la gouvernance climat, le renforcement des capacités pour la gouvernance climat, le second c’est l’intégration des enjeux d’adaptation dans les politiques sectorielles et le troisième c’est l’appui à la préparation des projets, donc comme je l’ai souligné dans les discussions c’est l’un des rares outils qui intervient sur ces trois axes, vous pouvez avoir des outils qui interviennent sur un des axes seulement ou sur deux ou plus mais nous nous intervenons sur les trois axes, renforcer les capacités, renforcer la coordination climat parce que le climat a des axes, questions transversales qui concernent tous les ministères sectoriels donc après il faut les transcrire dans les politiques sectorielles pour être sûr que ça puisse être mis en œuvre sur le terrain et après il faut avoir les ressources pour pouvoir mettre en œuvre ces actions qui sont inscrites dans les politiques sectorielles (…) En Guinée, nous avons commencé en février 2018 avec une mission d’identification et à l’issue de cette mission d’identification où les experts de l’AFD ont pu discuter avec les Ministères sectoriels, les partenaires techniques et financiers pour savoir quels sont les différents enjeux qui rentrent en Guinée, quels sont les besoins et quels besoins sont déjà couverts dans le passé ou sont en cours de mise en œuvre et quel est le cadre dans lequel nous pourrons intervenir. Il y a une liste de 9 activités au total qui ont été identifiées sous les trois axes de la facilité et depuis la mission d’identification il y a un protocole d’entente qui a été signé avec la Guinée après être convenu sur la liste de ces activités. Une fois cette étape passée on leur passera l’élaboration des fiches de prestation et puis des termes de référence pour recruter des consultants. En date, nous avons déjà lancé un appel d’offre pour le renforcement des capacités coordination-climat et nous venons de valider deux termes de référence pour l’intégration de l’adaptation dans les plans de développements locaux et aussi l’intégration de l’adaptation changement climatique dans les projets et programmes du PNIASAN au niveau national. Il y a une fiche de prestation, des prétérités si je peux me permettre de le dire, qui a été validée qui concerne aussi l’appui à la météo et au service hydrologique pour le développement des services climatiques adapté aux besoins des usagers finaux et aussi à la modernisation des infrastructures hydrométéorologiques de la Guinée. Le coût total du projet en Guinée avoisine 1 million 650 mille euros… », précise-t-il.

Abdoul Gafarou Tchalaou a ensuite rappelé que l’ultime objectif de cette facilité est de faire en sorte que chaque pays puisse avoir à la fin au moins un, deux, voire trois projets. Pour le cas de la Guinée, deux projets sont en cours de réalisations, il s’agit de la restauration du paysage forestier qui sera soumise au fonds vert pour un cofinancement et le second projet concerne la préparation du programme de modernisation des infrastructures hydro.

Ils sont au total 15 pays et organisations bénéficiaires de ce projet appelé facilité Adapt’Action. Des appuis sous forme d’assistance technique et de renforcement des capacités seront apportées à la facilité Adapt’Action afin de lui permettre de mettre en œuvre sa contribution déterminée au niveau national et l’engager sur un développement sobre en carbone et résilient au changement climatique.

Maciré Camara

 

 

Print Friendly, PDF & Email
Continuer la lecture
Advertisement
Cliquer ici pour Commenter

Laisser un commentaire

Publicités

Suivez-moi sur Facebook