Connect with us

Societé

Conakry-Kindia : le coût du transport fixé à 100.000 GNF pour emprunter une déviation

Published

on

Depuis une semaine déjà, les usagers de la nationale Conakry-Kindia sont confronté à un véritable calvaire. Pour cause, l’effondrement d’une partie de la montagne de Kaka ayant entraîné un blocus sans précédent dans la circulation sur cette route. Les pauvres, ce sont surtout les passagers des taxis qui en paient le prix fort. Pour se rendre à Kindia aujourd’hui, il leur faut débourser le montant de 60.000 gnf pour emprunter la route (officielle) ou payer la somme de 100.000gnf pour emprunter une déviation afin de rallier au plus vite Kindia. C’est le constat fait ce jeudi 29 août à la gare routière de Kindia, à Madina.

Ils ne sont ce matin que très peu de chauffeurs décidés à emprunter ce chemin désormais périlleux de Kindia. Pourtant à la gare routière, ce ne sont pas les véhicules qui manquent. Pour ceux qui décident de se lancer dans l’aventure le tarif est clair, 60.000 gnf par passager sans compter le prix de leurs bagages. Ousmane Touré est chauffeur, se lâche : « Il y a beaucoup d’embouteillages et en plus la route n’est pas bonne. Il nous faut parfois passer par Benna, mais pour cela les passagers devront débourser 100.000 francs car non seulement la route là-bas est aussi mauvaise, il nous faudra contourner vers Forécariah, et dépasser beaucoup de villages avant de rentrer à Kindia. Lorsqu’on passe par Kaka, parfois tu bouges aujourd’hui et tu rentres le lendemain alors que lorsqu’on passe par Benna on peut faire 5 heures et c’est encore mieux », a-t-il expliqué alors qu’il était sur le point de bouger.

Pour Mohamed Camara, passager à destination de Kindia, il revient à l’Etat de prendre ses dispositions

« La route-là quand même est complètement dégradée. Coyah à Kaka il n’y a pas de passage là-bas. On ne sait pas à quelle heure on va dépasser là-bas. De Débélé à Gbinkili, là-bas aussi il n’y a pas de route. En général, de Kindia à Conakry il n’y a pas de route. C’est quand-même à l’Etat de prendre ses dispositions pour que les routes maintenant soient arrangées sinon ça n’arrange pas. Par rapport au transport, le transport aussi coute cher parce qu’on paie maintenant double transport et pourtant il y a d’autres aussi qui veulent être à Kindia mais ils n’ont pas cette somme-là. Donc tout ça là c’est dommage et ce n’est pas bon pour le pays », nous fait-il remarquer.

Cette jeune dame passagère du nom de Djenab Kéita qui semble avoir contourné par Benna nous raconte le trajet : « Conakry-Kindia actuellement la route n’est pas bonne. Si tu veux aller à Kindia, il faut emprunter la route Forécariah-Kindia. Il faut passer d’abord par Coyah Mafèrinyah, Moussaya, Benna, Laya et vous allez sortir derrière Kindia, ce n’est pas Kindia ville mais derrière Kindia. Aujourd’hui les chauffeurs proposent la somme de 100.000 fg, ça c’est anormal. Il y en a qui disent 60.000 francs mais quand tu paies 60.000 francs c’est pour emprunter Coyah-Kaka-Kindia et si tu paies 100.000 francs c’est pour emprunter la route de Forécariah, donc on ne sait pas comment on va faire car 100.000 francs c’est trop pour Conakry-Kindia », s’inquiète-t-elle.

Il y a quelques mois, le gouvernement guinéen à travers le ministère des travaux publics, avait annoncé le réaménagent de cette route Coyah-Mamou-Dabola longue de 370 km, par la société CRBC. Financée dans le cadre de l’accord global du financement opéré avec la Chine, la construction de cette route a été estimée à plus de 350 millions d’euros.

Le ministre des Travaux publics Moustapha Naité a annoncé hier que la route sera ouverte lundi prochain dans les deux sens et ce, 24h/24.

Maciré Camara

+224 628 112 098

 

Print Friendly, PDF & Email
Publicités
Continuer la lecture
Advertisement
Cliquer ici pour Commenter

Laisser un commentaire

Publicités