Costumes de François Fillon. C’est l’avocat Robert Bourgi qui a payé la note

Selon le journal Le Monde, c’est Robert Bourgi qui a réglé la facture des costumes de luxe de François Fillon. L’avocat avait jusqu’alors démenti, mais selon le quotidien, les enquêteurs disposent désormais des documents attestant que c’est bien lui qui a payé la note de 13 000 euros chez le tailleur parisien Arnys.
Le journal Le Monde assure ce vendredi que les enquêteurs détiennent désormais les preuves que c’est l’avocat Robert Bourgi qui a commandé puis réglé la note pour les costumes de luxe de François Fillon. Une note de 13 000 € payée au tailleur parisien Arnys.
Proche de dirigeants africains
D’origine franco-libanaise, Robert Bourgi est né à Dakar. Il a été ministre de la coopération de Jacques Chirac, puis de Dominique de Villepin. Il a ensuite été proche de Nicolas Sarkozy, qu’il a conseillé sur l’Afrique et qu’il a soutenu à la primaire de la droite. Robert Bourgi et François Fillon se connaissent également de longue date. « En novembre 2013, il avait notamment contribué à l’organisation de son voyage au Sénégal, puis en Côte d’Ivoire », rappelle le Monde. Robert Bourgi est proche de plusieurs anciens dirigeants africains (Omar Bongo, Abdoulaye Wade, Denis Sassou-Nguesso).
Commande et règlement
Selon les preuves récupérées par les enquêteurs, Robert Bourgi a commandé les costumes destinés à François Fillon le 7 décembre 2016, soit neuf jours après sa victoire à la primaire de la droite, indique le Monde. Il les a ensuite réglés le 20 février dernier.

Fillon
Les policiers se sont rendus à deux reprises dans la boutique Arnys à Paris pour y saisir les preuves en question, affirme Le Monde. « Un patron aux mesures de François Fillon a aussi été trouvé ». Contacté par le quotidien, Robert Bourgi n’a pas souhaité faire de commentaire.
Le JDD avait révélé le week-end dernier qu’un « ami », qui n’était alors pas identifié, avait payé ses deux costumes sur mesure pour un montant de 13 000 euros.

Ouest-france

Commentaires

commentaires




Laisser un commentaire