Déclaration conjointe de l’AGEPI et de l’AGUIPEL relative à un journaliste brutalisé par la garde présidentielle

L’Association guinéenne des  éditeurs de la presse Indépendante (AGEPI) et l’Association guinéenne de la presse en ligne (AGUIPEL) ont appris avec indignation le  traitement violent et brutal  infligé le samedi 25 juin 2016  par la garde rapprochée du Président de la République au reporter du journal hebdomadaire ‘’le Populaire’’, Abdoul Malick Diallo  au siège du Rassemblement du peuple de Guinée (RPG-Arc-en-ciel)

Tout en  s’insurgeant contre  la présence effective du Président de la République au siège d’un parti politique, en   violation flagrante  des articles 38  et 45 de la Constitution, les deux associations affirment que les journalistes ne sauraient être des cibles dans leur quête quotidienne d’informations  crédibles et objectives sur le terrain et devraient, au contraire, bénéficier de la protection de tout le monde.

Les deux associations condamnent toutes violences  perpétrées contre les journalistes d’où qu’elles proviennent et exhortent les partis politiques à prendre des mesures idoines en vue de la protection des journalistes à leur siège.

Les deux associations prennent l’opinion nationale et internationale à témoin et n’accepteront aucun recul de la liberté de la presse, acquise après des années de lutte.

Elles se réservent donc le droit de porter plainte contre x  pour destruction de matériels de travail, de coups et blessures volontaires contre un journaliste dans l’exercice de sa profession.

Pour AGEPI ;                                                 Pour AGUIPEL                        

le bureau exécutif                                           le Bureau exécutif

 

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires




Laisser un commentaire