Depuis Atlanta, Damaro Camara se paye la tête de Cellou Dalein Diallo : « il y a un chef de file de l’opposition qui est tout sauf un leader »

Le président du groupe parlementaire RPG Arc-en-ciel, l’honorable Amadou Damaro Camara, depuis Atlanta (aux Etats-Unis), a accordé une interview à la rédaction de Médiaguinee dans la soirée d’hier dimanche. Il a bien se prononcer sur les marches de l’opposition républicaine, la menace proférée par Cellou Dalein pour faire partir le président Alpha Condé  et les émeutes qui ont secoué ces derniers temps la ville de Boké. INTERVIEW…

Médiaguinee: L’opposition républicaine a décidé de quitter le comité de suivi de l’accord politique pour reprendre la rue. Et, elle a organisé sa première marche le 20 septembre dernier. Une marche au cours de laquelle 2 jeunes militants ont trouvé la mort. Quelle est votre réaction par rapport à cette situation?

Amadou Damaro Camara : Chaque mort est une mort de trop. Et je profite de l’occasion pour encore présenter mes condoléances aux familles éplorées même si ces pertes en vies humaines étaient évitables. L’opposition vient toujours à la table de négociations, que pour obtenir ce qu’elle veut, dans la forme qu’elle veut et dans le délai qu’elle veut, même si ce n’est pas réaliste et réalisable. Je suis vraiment inquiet pour mon pays. La Guinée est entre deux (2) malheureuses réalités. D’un côté, un exécutif qui ne fait pas assez  pour faire respecter la loi. L’autorité de l’Etat est bafouée à tous les niveaux. Notre système judiciaire peine à rassurer les justiciables. D’où des lynchages presque quotidiens. La violation de la loi est devenue le sport national. L’état refuse désespérément de sévir  contre les bandits avec plume ou des armes. Aucune enquête sérieuse n’a abouti jusqu’à présent. Le jugement des présumés assassins de Mme Boiro et de Diaouné, qui ont été présentés à la presse, se fait toujours attendre. De l’autre côté, une opposition qui manque de leadership. Bien sûr, il y a un chef de file de l’opposition qui est tout sauf un leader. Au lieu de diriger en tirant sa masse vers la responsabilité, il est plutôt poussé par la base vers l’anarchie. Pour peu qu’il soit mis dans un état émotionnel, il fuit se cacher derrière son point d’ancrage préféré  qui est sa communauté. Il enveloppe ce manque de leadership dans la recherche d’un semblant de consensus de l’opposition. Et, alors qu’il n’est que le chef d’une communauté, même s’il y a de la coloration autour de lui.

Encore, la même opposition républicaine a décidé d’entamer la 2ème  phase de sa marche le 27 septembre prochain, mais cette fois-ci sur l’autoroute. Ne craignez-vous pas des risques d’affrontements entre les militants de l’opposition et les jeunes de la ‘’Casse’’ qui sont favorables au pouvoir en place?

Ces manifestations sont toujours susceptibles d’être violentes. Indifféremment de l’appartenance politique, tous ceux qui se jettent dans la rue ne sont pas tous des militants, ils ne le deviennent que quand ils sont arrêtés. Beaucoup en profitent pour casser, voler et même tuer. Sans se voiler la face, les marcheurs, dans leur quasi-totalité, appartiennent à une seule communauté. Comme le dit le chef de file de l’opposition lui-même, toutes les victimes sont de sa communauté. La dernière déclaration de Cellou  comme quoi les victimes sont d’une communauté considérée selon lui comme étrangère découle de cette logique. Un leader qui réserve un cimetière pour les futures victimes veut constituer une triste mémoire qui n’est pas de nature à faciliter une quelconque réconciliation. Même si des voyous tiennent une partie de la ville pendant 2 à 3 jours après une manifestation autorisée, Cellou ne s’est jamais désolidarisé des actes de vandalisme commis par ceux-là, ni des propos incendiaires de ses lieutenants. Une autre preuve de son manque de leadership. Il n’a jamais par exemple réclamé l’indemnisation des victimes des véhicules cassés et autres biens perdus par ses militants des jours après la manifestation autorisée.

Pas plus tard que le samedi dernier, le chef de file de l’opposition républicaine, Cellou Dalein Diallo a menacé de demander le départ du président Alpha Condé si jamais ce dernier ne respectait pas la Constitution ou le contenu de l’accord politique du 12 octobre 2016. Vos impressions?

Mais, c’est tout ce qu’il a fait depuis toujours, comme si c’est lui qui a mis le président Alpha à Sékhoutouréya. Il est si obnubilé par le pouvoir que la fin du mandat du professeur lui paraît trop long. Je voudrais cependant attirer son attention que si par malheur le mandat du Pr. Alpha Condé était interrompu, il peut oublier son rêve d’être président un jour.

Parlons maintenant des émeutes de Boké qui ont fait deux (2) morts et plusieurs dégâts matériels

Le régime Alpha est en train de subir les conséquences d’une politique minière depuis la première République, dont le contenu local n’a toujours pas été à la hauteur de ce que les Guinéens méritent. Nous devons être plus responsables devant les compagnies minières. Encore une fois, notre opposition irresponsable préfère soutenir les casseurs au lieu d’inviter à une meilleure concertation.

Réalisée par Elisa Camara

+224 654 95 73 22

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires




3 thoughts on “Depuis Atlanta, Damaro Camara se paye la tête de Cellou Dalein Diallo : « il y a un chef de file de l’opposition qui est tout sauf un leader »

  1. Mamadou Diallo

    Ferme ta bouche tu na pas honte de avance de tell propos c est cellou qui tire sur les manifestant dite a ton mentor de ne pas signe les accord si il sait il ne peut pas respecté sa parole.chaque fois que opposition propose de manifesté vous faite semblent des respecté .tu dit cellou essaye toujours de faire respecté quand ça lui arrange quel mensonge.on vous a une fois force de signe de accord qui pouvait pas respecté??reconnaise au moyen vous etes des imcapable de faut rien si il avait organisé de election dans le delai prevue ça allé nous evité tous ce mort point bar

  2. pecos

    Dites aussi à Cellou Dalein d’éduquer ses militants et de ne plus ériger les barricades quand il s’agit des opérations ville-morte. Les militants de Cellou Dalein doivent apprendre aussi à respecter le droit des autres c’est-à-dire ceux qui ne veulent pas manifester.. Donc, chacun doit balayer devant sa porte.

Laisser un commentaire